Bienvenue

Sur le site de l'association C'est Assez !

Ensemble

pour lutter contre les massacres et la captivité des cétacés.

Les parcs marins...

Ils ne préservent pas, ils exploitent.

STOP

aux massacres de cétacés dans le monde !

mardi 31 mai 2016

Le "dauphin le plus laid au monde" ?

Le "dauphin le plus laid au monde" ?

Aux dires de certains, le dauphin retroussé serait « le dauphin le plus laid au monde » … et bien non, nous ne sommes pas d’accord ;)

Il a peut-être une allure particulière, mais le dauphin à aileron retroussé  - filmé ici pour la 1ère fois au large de la côte ouest de l’Australie – est magnifique !


Ces dauphins, connus depuis seulement 2005 par les scientifiques, font partie d’une nouvelle espèce de dauphins, les seuls originaires d'Australie !

Ce cétacé est très timide et rarement photographié, ce qui explique peut-être en partie pourquoi il n’a été découvert que si récemment.

Mesurant entre 1,50m et 2,70m, il a la particularité d’avoir un évent légèrement excentré et un aileron dorsal retroussé, d’où son nom ;)

Nous vous laissons apprécier ces images de ce dauphin qui n’a décidément rien de laid <3

Sources : NTDTV et  http://fr.abcarticulos.info/article/dolphin-dauphin--aileron-retrouss-d-australie

lundi 30 mai 2016

Une baleine rare échouée en Australie, témoin de l’évolution de son espèce

 Une baleine à bec échouée au mois de février sur les côtes australiennes de Waitpinga arborait 2 mystérieuses dents, jamais encore étudiées sur cette espèce. Les chercheurs du South Australian Museum estiment qu’il pourrait s’agir d’une évolution de l’espèce ! Après avoir fait appel à leurs confrères du monde entier (notamment du renommé Smithsonian Institute), ils ont conclu que ces dents ne sont pas une difformité, mais plutôt une caractéristique qui réapparait après plusieurs générations.

Catherine Kemper, chercheuse du musée d’Australie du sud déclare : « C’est quelque
chose que je n’ai jamais vu auparavant !» David Stemmer, directeur des collections du musée ajoute : « C’est toujours excitant et bien que nous sachions désormais qu’il s’agit d’une espèce que nous connaissons, c’est une espèce que nous ne voyons que peu. » L’équipe du musée espère que l’étude de la carcasse du cétacé permettra de lever le voile sur la fonction de ces dents mystérieuses et d’en apprendre davantage sur les caractéristiques de cet habitant des grandes profondeurs car , comme le souligne Catherine Kemper : « Sans ce savoir, il est vraiment difficile de savoir si cette espèce se porte bien ».

Source
 http://www.theguardian.com/environment/2016/may/15/rare-whale-found-on-australian-beach-believed-to-be-evolutionary-throwback

samedi 28 mai 2016

A Cause De SeaWorld, 17 Orques Ne Célébreront Pas La Fête Des Mères

Article original publié sur The Dodo le 6 mai 2015. Depuis, l'orque Unna est décédée.
Une traduction de Vox Delphini.

Crédit photo: YouTube.com / PETA officiel.

Un petit déjeuner au lit, des fleurs, un appel, un câlin..... Il y a mille et une  façons de faire plaisir le jour de la fête des mères. Pour les orques de SeaWorld,  il n’y a que peu de raisons de le fêter. 

Les orques sauvages vivent au sein de pods pouvant compter jusqu’ à 30 individus qui voyagent ensemble leurs vies entières (qui peuvent dépasser les 100 ans, comme c’est le cas pour l’orque surnommée Granny) et qui sont très soudés.


C’est en observant leurs propres mères et les autres membres de leur groupe que les jeunes femelles apprennent à s’occuper et à tisser des liens avec leurs petits.

A SeaWorld, les orques sont arrachées à leurs mères pour satisfaire les besoins de leur programme de reproduction, et pour faire davantage de profits financiers. Des mères captives ont étés filmées criant leur détresse quand leur bébé leur avait été enlevé. 
Voici  17 orques qui ont été séparées de leur mère par SeaWorld.



1. Ikaika

Photo: Wapcaplet / WikimediaCommons / CC BY-SA 3.0

Ikaika est né au Sea World d’Orlando. A l’âge de 4 ans, il est séparé de sa mère pour être envoyé au Marineland d’ Ontario au Canada. Il fut transféré au SeaWorld de San Diego quelques années plus tard.  

2. Kohana 
Quand elle eut 3 ans elle fut séparée de sa mère. Elles vivent désormais sur deux continents différents. Comme d’ autres femelles de SeaWorld,  elle n’a jamais appris à prendre soin de ses petits et rejeta deux de ses petits. 


3. Skyla 
La mère de Skyla, Kalina (maintenant décédée), a souvent aidé les autres femelles captives à élever leurs petits. Peut-être parce que ses propres bébés  (y compris Skyla) lui ont été enlevés et dispersés aux quatre coins du monde. A deux ans, Skyla fut séparée de sa mère et transférée en Espagne. 



4. Kalina 
Photo: Wapcaplet / WikimediaCommons / CC BY-SA 3.0

Kalina se distingue pour avoir "l’honneur" d être la 1ère orque née en captivité et  survécu jusqu’ à l’ âge adulte. C’est le « Baby Shamu » de SeaWorld (Le nom de « Shamu » est une marque déposée par SeaWorld, qui fait référence aux orques ‘stars’ de leurs spectacles, N.D.T.)  Elle sera séparée de sa mère à 4 ans, et sera envoyée  en l’espace de 16 mois dans trois parcs différents des États Unis.


5. Trua
A Orlando en Floride, Trua a passé trois ans avec sa mère avant que celle-ci ne soit envoyée à San Antonio. Ils furent réunis plus tard avant d’être à nouveau séparés l’année suivante.


6. Takara

La mère de Takara, Kasatka, l’a aidée à mettre au monde son premier bébé, soulignant le lien que les orques ont typiquement à l’état sauvage. Depuis, SeaWorld ne l’a pas seulement séparée de sa mère (au bout de douze ans) mais lui a également retiré deux de ses petits.

7. Tekoa
La mère de Tekoa n’a jamais appris à s’occuper de ses petits correctement. Ceux qui ont survécu lui ont été enlevés, y compris Tekoa, qui après 3 ans fut déplacé au Texas, puis à Loro Parque où il vit toujours aujourd’hui. 

Suite à des inséminations à répétition par SeaWorld, la mère de Tekoa est finalement décédée de complications survenues en mettant au monde un bébé mâle mort-né.


8. Keet
Photo: Wapcaplet / WikimediaCommons / CC BY-SA 3.0
Keet est né au Texas. SeaWorld l’a séparé de sa mère quand il avait un an et a décidé de le relocaliser  à maintes reprises dans tout le pays, montrant ainsi la façon dont ils traitent leurs animaux.

9. Tuar
Tuar a été enlevé à sa mère à Orlando en Floride lorsqu’il avait 4 ans et envoyé à San Antonio.

10. Unna

Unna a passé 6 ans avec sa mère au SeaWorld d’Orlando avant qu’elles ne soient séparées. Selon certaines sources, elle a aidé sa mère lorsque celle-ci a donné naissance à sa sœur, Ikaika. Unna a été séparée de sa famille et transportée à San Antonio.


11. Katerina
Katerina a été séparée de sa mère, Katina (qui fut capturée dans la nature et séparée de son pod) après deux ans passés ensemble. Katerina est décédée avant son onzième anniversaire. Katina, quant à elle, a eu 7 petits en captivité. Elle vit seulement avec deux d’entre eux,  qui ont survécu jusque l’âge adulte, au parc d’Orlando en Floride.  

12. Kayla et 13. Halyn
Photo: Wapcaplet / WikimediaCommons / CC BY-SA 3.0
Née à San Antonio, la mère de Kayla, maintenant décédée, a été envoyée à Orlando, moins de 2 ans et demi après la naissance de Kayla. Depuis, SeaWorld l’a envoyée dans tout le pays – dans l’Ohio, en Floride et de nouveau au Texas.
Kayla, qui n’a pas grandi avec sa famille dans un pod, a rejeté son propre bébé, Halyn, vraisemblablement parce qu’elle n’a jamais appris à s’occuper d’un petit. Halyn fut donc retirée à sa mère presque immédiatement après sa naissance. Elle n’avait que deux ans lorsqu’elle est morte.

14. Splash
Splash a été retiré à sa mère lorsqu’il avait deux ans et transféré du Marineland au SeaWorld de San Diego. Certains prétendent que Splash est mort de complications gastro-intestinales, dues au fait qu’il ingérait des quantités importantes de sable, qui  passait par le système de filtration de son bassin. Ce comportement anormal avait été noté par les dresseurs. Il se peut que cette « fixation » soit une conséquence du stress dû à son emprisonnement perpétuel et à l’ennui.

15. Sumar
Sumar a été élevé par des mères de substitution, après que sa propre mère, Taima, l’ait attaqué lorsqu’il avait 6 mois pendant un spectacle au SeaWorld d’Orlando. Elle n’avait probablement jamais appris à s’en occuper correctement, comme elle l’aurait fait dans la nature. Avant qu’il ne meure à l’âge de douze ans, la nageoire dorsale de Sumar s’était repliée, un phénomène rarement observé dans la nature mais qui est banal chez les orques mâles en captivité.

16. Taku
Taku et sa mère ont passé treize ans ensemble au SeaWorld d’Orlando avant qu’il ne soit envoyé au SeaWorld de San Antonio, où il est décédé 11 mois plus tard. Avant de séparer Taku de sa mère, SeaWorld les a laissés se reproduire – ce qui veut dire que la fille de Taku était aussi sa sœur. 

17. Keto


Keto a passé du temps dans chacun des quatre parcs de SeaWorld avant d’être expédié à Loro Parque, aux Iles Canaries en Espagne, pour un prêt d’une durée indéterminée. Son bien-être ne semble pas inquiéter SeaWorld. Séparé de sa mère lorsqu’il avait 3 ans, il est maintenant le père de sa demie-nièce, née de parents consanguins. Soulignant davantage le danger de garder des orques en captivité, dans un incident précédant la mort de la dresseuse Dawn Brancheau, Keto a tué le dresseur Alexis Martinez de Loro Parque lors d’une séance d’entraînement.


A SeaWorld, les orques sont prises au piège dans des bassins à l'étroit, elles sont consanguines et les bébés sont arrachés à leur mères.

Sea World est un endroit horrible pour les orques, qui endurent stress, ennui et dépression en captivité. Dans la nature, les orques vivent dans de grands groupes sociaux, passent souvent toute leur vie avec leur famille. Ce sont des animaux intelligents qui nagent jusqu’à 100 miles par jour et plongent des centaines de pieds au-dessous de la surface de l'océan, mais à SeaWorld ils sont enfermés dans un espace réduit dans des bassins stériles en béton. 

N'OUBLIEZ PAS : CHAQUE ENTREE POUR SEAWORLD CONTRIBUE DIRECTEMENT A LA SOUFFRANCE DE CES ANIMAUX MAJESTUEUX. 



Une merveille de la nature

Une merveille de la nature

Surnommée "Iceberg", une orque blanche a été vue croisant au large des côtes nord ouest de Russie :)

Des images exceptionnelles car, si d'autres orques blanches ont déjà été observées par le passé, il s'agissait de juvéniles alors qu'"Iceberg" pourrait avoir une quinzaine d'années selon les spécialistes

‪#‎nachetezpasdebillet‬ ‪#‎merveillesdelanature‬

vendredi 27 mai 2016

De quoi se sentir vraiment tout petit



Dans cette animation simple et efficace de la BBC, vous pourrez découvrir quelles sont les plus grandes créatures peuplant les océans de notre planète ...


De quoi se sentir vraiment tout petit ;)

Un ado surfe sur un requin baleine

Un ado surfe sur un requin baleine 




Il y a quelques temps, nous partagions la vidéo édifiante d’un jeune australien faisant du surf sur une baleine en décomposition qui servait de festin à des requins.. 

Cette fois-ci, c'est un ado nommé Chris qui a décidé de s'accrocher à la dorsale du requin croisant au large de la Floride. Il déclare "J'ai décidé de tenter de nager avec lui car je n'en aurais probablement plus jamais l'occasion"

Bruce Neill, biologiste marin interviewé à ce sujet rappelle que "ces interactions stressent l'animal et ont un impact négatif sur sa santé"

Les exemples de ce type de contacts rapprochés et inappropriés avec des animaux sauvages foisonnent sur la toile depuis ces derniers mois (même scénario, mais au Vénézuela cette fois : https://www.youtube.com/watch?v=dEx7lYb5z4w ) et le gouvernement américain hésite de moins à moins à sévir, notamment en Floride où des touristes en mal de sensations fortes n'hésitent pas à faire du surf sur des lamantins, comme vous pourrez également le découvrir cette vidéo 

#respectonslanature #respectonslesanimaux

Source
https://www.youtube.com/watch?v=6Onmi7thOcQ

jeudi 26 mai 2016

Un joli panorama des différentes espèces de dauphins peuplant la planète


Un joli panorama en images des différentes familles de dauphins peuplant nos océans :)

#nachetezpasdebillet #emptythetanks

Source : World viewer stop 

mardi 24 mai 2016

Passion cachalots!

Un beau projet !

Stéphane Granzotto, réalisateur et photographe sous-marin est un véritable passionné des cachalots, ces cétacés encore trop méconnus et longtemps massacrés pour leur huile.

Cela fait maintenant 3 ans qu'il plonge avec le même groupe composé d'une cinquantaine d'individus au cœur de l'océan indien, qu'il les côtoie et apprend à les reconnaitre et à identifier leurs attitudes :

"Pour la première fois au monde, ces géants autrefois massacrés par les hommes, nous permettent de partager leur quotidien, leurs siestes, leurs jeux, leurs socialisations."

C'est simple, il les aime tellement qu'il a décidé de leur consacrer un livre recueillant près de 200 clichés à paraitre très prochainement.

#‎cachalotsforever‬ ‪#‎merveillesdelanature‬

Images de René Heuzey

dimanche 22 mai 2016

Kiska, l'Orque la Plus Seule au Monde

Aujourd'hui âgée de 40 ans, Kiska a passé les 37 dernières années au Marineland de Niagara Falls, dans la province d'Ontario au Canada. Elle y vit seule depuis Novembre 2011, sans autre compagnie que celle des humains. Une vie misérable, ponctuée par la mort de ses petits, tous décédés prématurément. (Lien vers une pétition à la fin de cet article.)

Kiska vit depuis près de 37 ans au Marineland de Niagara Falls. Une vie de misère au cours de laquelle elle a vu ses cinq petits mourir les uns après les autres.

Kiska a environ 3 ans lorsqu'elle est capturée près des côtes islandaises, en Octobre 1979. Depuis lors, elle n'a jamais quitté le bassin de Marineland.

Kiska a vu tous ses petits mourir

Kiska et son fils Hudson. Hudson est mort en 2004 à l'âge de 6 ans.
Elle a mis au monde 5 petits. Le premier, né en août 1992, était un mâle. Il n'a survécu que deux mois dans l'eau chlorée de sa prison.

Le second naît en août 1994. Nommé Kanuck, il décède en 1998. Nova, lui, naît en novembre 1996. Il meurt en 2001. Un quatrième mâle, Hudson, naît en septembre 1998. De tous les petits de Kiska, Hudson est celui qui aura vécu le plus longtemps: il meurt en octobre 2004, environ un mois après son 6ème anniversaire.

Enfin, la femelle Athéna naît en août 2004. Elle décède en 2009.

Certains ont attribué ces morts prématurées à une maladie génétique qui leur aurait été transmise par leur géniteur, Kandu 7. D'autres pointent du doigt la façon dont les animaux sont traités à Marineland, qui est en effet loin d'être exemplaire.

L'orque vit dans la solitude la plus totale

Seules trois orques captives vivent privées de la compagnie de leurs congénères: Lolita, Kshamenk et Kiska. Cependant, Kiska est la seule orque qui ne partage son bassin avec aucun autre animal: Lolita et Kshamenk vivent, eux, en compagnie de dauphins.

En 2006, SeaWorld envoie le mâle Ikaika à Marineland, où vivent alors Kiska, Nootka 5, et Athéna. Lorsque Nootka et Athéna meurent, Ikaika reste seul avec Kiska. Mais le mâle grandit et harcèle la femelle. Ils restent séparés la plupart du temps. En Novembre 2011, Ikaika est transféré à SeaWorld San Antonio (au Texas). Kiska vit complètement seule depuis.

Selon les associations ontariennes de défense des animaux, cela constitue une violation des normes établies par l'OSPCA (Ontario Society for the Prevention of Cruelty to Animals, l'équivalent de la SPA) qui stipule que "les animaux sauvages captifs doivent vivre au sein de groupes sociaux compatibles afin d'assurer le bien-être de chaque individu".

Son état de santé se dégrade depuis des années

L'état général de Kiska est catastrophique. Comme beaucoup d'orques captives, elle souffre d'importants problèmes dentaires. Ses dents - ou plutôt ce qu'il en reste - doivent être régulièrement forées et désinfectées.

Sa nageoire dorsale est, elle aussi, en bien mauvais état. Comme si elle avait été mutilée, sa nageoire semble gangrénée et témoigne d'une mauvaise santé.

Enfin, Kiska a ce que l'on appelle une tête "en forme de cacahuète". Ce symptôme apparaît lorsqu'une orque souffre de malnutrition et / ou de déshydratation. C'est un signe très inquiétant et préoccupant qui en dit long sur l'état général de Kiska.



Agir pour Kiska

Alors que l'an dernier, une nouvelle législation a été adoptée pour interdire l'achat, le transfert ou l'exhibition d'orques dans la province de l'Ontario, plusieurs alinéas excluent Kiska de cette loi.

Au Canada, une nouvelle proposition de loi fédérale visant à mettre un terme à la captivité des cétacés a été déposée en Décembre 2015.

Vous pouvez aider Kiska en signant et en partageant cette pétition qui récapitule tous les manquements et les violation de l'OSPCA. Dans cette pétition, l'association Ontario Captive Animal Watch (OCAW) demande à ce que Kiska puisse être relâchée dans un sanctuaire marin, afin d'y terminer sa vie tranquillement. En raison de son état de santé (en particulier de ses dents), Kiska ne pourra jamais retrouver sa liberté perdue. Elle pourrait en revanche rejoindre un environnement plus naturel, un espace plus grand, où elle continuerait à recevoir les soins nécessaires à sa condition.

Lire aussi:


Pétition pour Kiska: ICI

Un requin baleine aspirant le contenu d’un filet de pêche

Un requin baleine aspirant le contenu d’un filet de pêche

Au cours d’une expédition dans le golfe de Cenderawasih (Indonésie), Mark Erdmann de l’ONG Conservation international a pu constater que les requins baleines se regroupaient souvent autour des filets de pêche pour littéralement aspirer le poisson ainsi capturé.

Il convient de se demander si ce type de comportement témoigne de l’ingéniosité du squale qui se nourrit ainsi par facilité ou si ce n’est pas plutôt un comportement induit par une activité de pêche trop soutenue qui réduit le stock de nourriture nécessaire à la subsistance de ces magnifiques animaux…

#respectonslanature #aimonslesanimaux

Source
https://www.youtube.com/watch?v=71FLO_6JJVo

La pollution sonore assourdit nos océans

La pollution sonore assourdit nos océans

Les mammifères marins émettent des cliquetis pour communiquer entre eux sur de très longues distances, surveiller leurs jeunes, se diriger mais aussi pour localiser leurs proies. C’est ce que l’on appelle « écholocation ».

L’écholocation permet également de pallier au manque de clarté des fonds marins, ce qui peut s’avérer utile, surtout quand on sait que le cachalot chasse les calamars à 1 000 mètres de profondeur!

Problème : nos océans sont victimes de pollution non seulement organique, mais également sonore dûe au transit des navires à moteur de l’activité des plateformes offshore ou encore aux canons à air comprimés utilisés dans la prospection pétrolière. Cette véritable cacophonie sous-marine impacte la communication des animaux et est perceptible jusque dans la fosse des Mariannes (point océanique le plus profond de la planète, avec ses 11 000 m de fond) selon une étude notamment menée par la NOAA (Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique) …

Difficile d’y échapper et on soupçonne ce phénomène d’être à l’origine d’échouages de cétacés qui peinent à se diriger.

Que peut-on faire ?

Les consommateurs que nous sommes devraient acheter moins de poissons issus de la pêche industrielle et privilégier la production locale le plus possible et l’évolution des technologies devrait travailler sur le développement de moteurs plus silencieux.

Sources 
http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/dossiers/d/zoologie-cetaces-nos-cousins-mers-782/page/3/
https://mrmondialisation.org/pollution-sonore-des-oceans/

Des dauphins tués par balle dans le Golfe du Mexique

Des dauphins tués par balle dans le Golfe du Mexique

Les grands dauphins sont de plus en plus souvent victimes d’actes de malveillance dans le Golfe du Mexique :  au début du mois de mai, l'ONG WDC a été informée qu’un dauphin avait été abattu par balle tout près de l’île d’Okaloosa, en Floride. (La nécropsie du cétacé a révélé qu’une balle était logée dans son épaule)

Ces dernières années, un nombre alarmant de dauphins ont été blessés mortellement par balle, harpon ou avec des objets coupants tels que des tournevis… dans zone du golfe du Mexique malheureusement connue pour être une région où les interactions entre dauphins et humains sont monnaie courante (activités de nourrissage, de nage avec les dauphins, d’observation en bateau) et mettent à mal le bien-être des cétacés et la protection de leur habitat.

Les actes de malveillance sont totalement proscrits grâce à la Loi de protection des mammifères marins en vigueur aux États-Unis (Marine Mammal Protection Act ou MMPA), mais les données recueillies par la NOAA (Agence d'observation océanique et atmosphérique) font état d’une hausse du nombre de dauphins échoués ayant été blessés par balle !

Voyez plutôt :
Entre 2002 et2014, au moins 19 dauphins ont été pris pour cible, dont une majorité depuis 2010.

Ces « incidents » sont préoccupants au vu du trauma et de la souffrance causés aux dauphins, sans parler de leur répercussion sur les populations sauvages, d’autant que le nombre de cétacés touchés qui parviennent à s’en sortir pourrait ne représenter qu’une trop faible fraction des animaux pris pour cible :(

#respectonslanature #protégeonslesdauphins

Source : http://uk.whales.org/blog/2016/05/another-dolphin-found-shot-in-gulf-of-mexico

Des orques comme on les aime : en LIBERTÉ

Si vous vous demandiez à quoi cela peut ressembler d'évoluer au côté des orques, dans leur milieu naturel, cette vidéo est faite pour vous 




#nachetezpasdebillet #libertépourlescétacés

Vidéo de The EARTH filmée à Little Barrier, Nouvelle Zélande

samedi 21 mai 2016

Lolita: Nouvelle Plainte à l'Encontre du Département de l'Agriculture des Etats-Unis

Trois associations de défense des animaux ont déposé une plainte fédérale ce mercredi 18 mai contre le Département de l'Agriculture des Etats-Unis (l'USDA). Cette action en justice concerne l'orque Lolita, qui vit depuis près de 50 ans au Miami Seaquarium.

PETAAnimal Defense Funds et Orca Network accusent l'USDA d'avoir renouvelé la licence qui permet au Miami Seaquarium de détenir Lolita, alors que les normes réglementaires ne sont pas respectées.


Selon les associations, les conditions de vie de Lolita ne correspondent pas aux normes établies par l'Animal Welfare Act. En vigueur aux Etats-Unis depuis 1966, cette loi fédérale réglemente le traitement des animaux utilisés pour la recherche, à des fins commerciales ou de divertissement et établit des standards minimums pour chaque espèce. L'APHIS (le Service d'inspection sanitaire des animaux et des plantes) est une agence du Département de l'Agriculture américain (USDA). Entre autres missions, l'APHIS est chargé de l'administration de l'Animal Welfare Act.

Dans le cas de Lolita, un point essentiel constitue un manquement à la réglementation de cette loi: son bassin.
Selon la législation, pour une orque de sa taille, le bassin doit mesurer au moins 14 mètres en largeur et en longueur. L'orque doit pouvoir le traverser en ligne droite depuis les 4 extrémités du bassin. Or, au centre du bassin de Lolita se trouve une plateforme sur laquelle elle s'échoue pendant les spectacles, ce qui ne lui permet pas de traverser son bassin en ligne droite dans le sens de la longueur, comme le montre ce schéma:

Lolita ne peut pas traverser son bassin dans la longueur, ce qui constitue une violation de l'Animal Welfare Act. De l’extrémité du bassin jusqu'à l'île, il n'y a que 10.5 mètres (35 pieds). La profondeur maximale du bassin est de 6 mètres (20 pieds). Source image: ICI
Contrairement à Kiska (une autre orque "solitaire" qui vit au Marineland de Niagara Falls), Lolita partage son (très petit) bassin avec quelques dauphins. Mais elle n'a pas vu d'autre orque depuis 1980, date à laquelle son compagnon Hugo est mort d'un anévrisme, à force de se cogner la tête contre les murs. 

Autre fait qui pourrait peser dans la balance, elle appartient au pod L, une population d'orques menacée d'extinction et protégée par l' Endangered Species Act. Ce n'est qu'en février 2015 que le nom de Lolita a été ajouté à la liste des espèces "protégées" par l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA). Son pod est parfaitement identifié et localisé, dans les eaux où elle a été capturée en 1970. 

En 2012, une plainte similaire avait été rejetée par un juge fédéral, puis par la Cour d'appel l'an dernier. Espérons que cette fois sera la bonne pour Lolita! 

MISE A JOUR: La plainte a de nouveau été rejetée par le juge fédéral. 

Lire aussi:









Féérique !


Quand des dauphins nagent de nuit dans un océan de plancton bioluminescent, ils laissent une trainée brillante dans leur sillage, qui fait penser à un long serpent de mer... juste magnifique !

#nachetezpasdebillet #merveilledelanature

vendredi 20 mai 2016

Requiem 2019

La dernière baleine bleue dans un ultime face à face avec celui qui est la cause de sa disparition : l'homme :(

Le corps de ce géant des mers se transforme en écran de cinéma qui retrace toute les maltraitances que son espèce a subi au fil du temps, ainsi que la lente agonie des océans, jusqu'à l'inexorable : la dernière baleine bleue au monde flotte sur une terre asséchée :(



C'est Rutger Hauer, acteur - réalisateur qui incarne le rôle de l'homme mis face à ses responsabilités - qui est à l'origine de projet tristement intitulé "Requiem", réalisé par lui-même et Sil Van Der Woerd

Des ostréiculteurs bretons sauvent 4 dauphins échoués en baie de Paimpol



Le 12 mars dernier, des dauphins surpris par la marée descendante, se sont retrouvés en fâcheuse posture dans la baie de Paimpol : « Ils étaient sur un dôme de vase entre les tables de poches à huîtres», raconte Adrien.



Des employés n’ont pas hésité à se mettre à l’eau afin d’aider les cétacés qui ont pu regagner le large grâce aux efforts des ostréiculteurs

Ces derniers témoignent : « On avait l’impression qu’ils se parlaient entre eux, c’était impressionnant », « On avait tous les larmes aux yeux quand on les a vus repartir sains et saufs, vers le large. »

‪#‎mercipoureux‬ ‪#‎marsouinsenliberté‬

Source : http://www.ouest-france.fr/bretagne/paimpol-22500/paimpol-quatre-marsouins-sauves-par-des-ostreiculteurs-4093431

Un comportement très curieux observé entre dauphins et baleines

On a pu assister à des échanges surprenants entre de grands dauphins et des baleines au large de Hawaï :

le dauphin vient se coucher sur la tête de la baleine, celle-ci le soulève lentement, puis le dauphin se laisse glisser dans l’eau, la queue la première !

Ce type d’interaction a pu être observé à plusieurs reprises et dans différents lieux de l’archipel du pacifique et, s’ils ne savent pas encore vraiment l’expliquer, les scientifiques considèrent en tout cas qu’il s’agit plus d’un échange ludique que d'une comportement agressif
émoticône wink

‪#‎merveillesdelanature‬ ‪#‎liberté‬

Source : Musée Américain d’histoire naturelle http://www.amnh.org/explore/science-bulletins/%28watch%29/bio/news/whales-give-dolphins-a-lift/

Une amitié hors normes !



Alors que Jim et son Husky, Rocky, longent la côte de la Nouvelle-Écosse (Canada), un jeune béluga un peu curieux s’approche de leur embarcation.

En voyant la jeune baleine, Rocky se met à émettre des sons auxquels le béluga réplique par des cliquetis.



« Ils semblent communiquer d’une façon qu’on ne peut comprendre, nous, les humains » déclare Jim, non sans ajouter que le béluga semble ne prêter aucun intérêt au pêcheur, focalisant son attention exclusivement sur le chien !

Nous vous laissons apprécier ces moments uniques de complicité


‪#‎emptythetanks‬ ‪#‎nachetezpasdebillet‬ ‪#‎amitiésinterespeces‬

mercredi 18 mai 2016

VIDEO: Des Conditions Déplorables au Cirque Aquatique Itinérant de Russie

L'une des formes les plus cruelles et les plus dégradantes de la captivité : les delphinariums ambulants et les cirques aquatiques.

Article original publié sur le site de Dolphin Project le 12 mai 2016.
Photos / vidéo (à la fin de l'article): SaveDolphins.net

Spectacle des bélugas dans un delphinarium ambulant. Crédit photo: SaveDolphins.net
Bélugas et otaries dans un delphinarium ambulant. Crédit photo: SaveDolphins.net
Sous cet article, vous trouverez une vidéo obtenue par SaveDolphins.net. Elle montre le chargement d'un béluga dans un camion alors que le cirque marin doit quitter la ville de Smolensk en Russie. Deux bélugas et une otarie, tous 3 capturés dans les eaux russes, avaient déjà passé plusieurs heures en transit lorsque cette vidéo a été filmée.

Les delphinariums ambulants sont également populaires en Indonésie, où trois compagnies distinctes opèrent dans des conditions épouvantables. Comme les cirques vont de ville en ville, les animaux sont fréquemment tirés hors de leurs bassins en plastique puis chargés à l'arrière des camions. Le transport est si stressant que beaucoup d'animaux meurent à cause du stress et du manque de soins.

En Russie, un béluga est chargé sur une grue de transport. Crédit photo: SaveDolphins.net
Crédit photo: SaveDolphins.net
Crédit photo: SaveDolphins.net
Mise à jour: Les deux bélugas ont passé plus de 30 heures dans les bassins de transport.





En Australie, Bob Carr se Bat Pour Mettre Fin à la Captivité des Dauphins

Si son nom ne vous dit rien, cet homme politique est en revanche bien connu des Australiens: il est l'ancien Premier ministre de Nouvelle-Galles du Sud et a été Ministre Fédéral des Affaires Etrangères de mars 2012 à septembre 2013. Il est aussi célèbre pour avoir battu le record de longévité en continu pour un Premier ministre de l'état.

Il y a deux delphinariums en Australie: SeaWorld* à Gold Coast, dans l'état de Queensland, et Dolphin Marine Magic situé à Coffs Harbour, en Nouvelle-Galles du Sud. C'est dans cet état que Bob Carr est bien décidé à mettre un terme à la captivité des dauphins.

Dauphins au Dolphin Marine Magic, en Nouvelle-Galles du Sud.
Le Dolphin Marine Magic héberge actuellement 5 grands dauphins, qui doivent participer aux spectacles et nager avec les visiteurs, qu'ils tirent d'un bout à l'autre du bassin à longueur de journée. Le plus jeune dauphin du parc, Ji-Ling, est décédé en août 2015 après avoir ingéré des feuilles, des bâtons, ainsi qu'une petite pièce de métal. Quant au plus vieux, Bucky, il continue à travailler quotidiennement, malgré son âge et un cancer qui est en train de le tuer... Une pétition a récemment été initiée pour que Bucky ne soit plus obligé à travailler et puisse finir ses vieux jours dans un sanctuaire marin.

C'est ce genre de pratiques que Bob Carr dénonce avec force. Et l'homme politique n'en est pas à son coup d'essai. En effet dans les années 1980, alors qu'il était ministre de l'environnement de Nouvelle-Galles du Sud, il avait fait passer une législation pour interdire les captures de dauphins à des fins de divertissement. Suite à ces mesures, trois delphinariums ont fermé leurs portes en Australie. Si, à l'époque, cette loi fut accueillie assez froidement par la population, aujourd'hui les choses sont différentes: le public est mieux informé et plus sensibilisé.

"Le sourire du dauphin laisse penser qu'ils aiment être en captivité, mais en réalité, la captivité les rend fous."
Bob Carr

La nouvelle législation visant à abolir la captivité des dauphins dans l'état australien sera présentée par le parti travailliste (la "famille politique" de Carr) devant Mike Baird, l'actuel Premier ministre de l'état. Elle est soutenue par le parti vert et par le parti "Animal Justice" de Nouvelle-Galles du Sud. 

Si cette nouvelle loi était adoptée, cela aurait pour conséquence directe la fermeture du Dolphin Marine Magic. Ce projet a également reçu un soutien plus inattendu: le fondateur et actionnaire principal du parc, Hec Goodall, s'est dit favorable à cette nouvelle loi. Lorsqu'il créa ce delphinarium dans les années 1960, son but était de soigner les animaux échoués. Mais à son grand regret, le parc est vite devenu une attraction pour les touristes. S'il juge que les dauphins ne peuvent pas être relâchés dans la nature sans danger, il se dit en revanche favorable à une retraite dans un sanctuaire marin. "Je suis persuadé qu'il existe une meilleure façon de continuer à les montrer au public et à les soigner, en les plaçant dans de grands enclos en mer," a-t-il déclaré.

On peut également compter sur les efforts des associations, en particulier d'Australia for Dolphins, pour que le texte soit adopté. Affaire à suivre...!

*Ce parc n'a aucun lien avec l'entreprise américaine SeaWorld.


Lire aussi:

Sources:

lundi 16 mai 2016

Halyn et Victoria: Nées et Mortes en Captivité

Les histoires de Halyn et Vicky sont similaires. Elles montrent à quel point la reproduction en bassin est artificielle et mettent en lumière les problèmes inhérents à la captivité des orques.

Le cas d'Halyn

Rejetée par sa mère, Halyn fut nourrie au biberon par les soigneurs de SeaWorld.
Halyn naît le 9 octobre 2005 au SeaWorld de San Antonio, au Texas. Halyn fait partie de la troisième génération d'orques captives de SeaWorld: son père Keet était le premier mâle à naître en captivité. Quant à sa mère, Kayla, elle fut la première orque née dans les bassins de SeaWorld San Antonio. C'est là que Kayla et Keet se rencontrent. 

Dans la nature, devenir mère s'apprend pour les orques, elles ont pour modèles leurs propres mères, leurs tantes, des femelles plus âgées... Mais Kayla n'a pas cette chance: elle a été séparée de sa mère Kenau bien trop tôt, à l'âge de 2 ans, et aucune orque expérimentée qui puisse l'aider. 

Lorsque Halyn naît, Kayla la rejette immédiatement. Se montrant agressive envers Halyn, mère et fille sont séparées. Halyn est nourrie au biberon toutes les deux heures par l'équipe de SeaWorld, et elle est surveillée de près. Elle n'est pas visible du public et n'a aucun contact avec les autres orques.
Au bout de trois mois, elle rejoint l'un des bassins de l'orca stadium mais reste séparée des autres: elle ne peut avoir de contacts avec eux qu'à travers les barreaux métalliques d'un portail. 

C'est en 2007 qu' elle rencontre les autres orques, parmi lesquelles son père Keet. Elle ne rencontrera jamais sa mère, transférée entre temps au SeaWorld d'Orlando. Keet et elle tissent des liens forts et passent beaucoup de temps ensemble.

Halyn et son père Keet se rencontrent en 2007. Ils tissent rapidement des liens.
A cette époque, les dresseurs commencent à entraîner Halyn. La petite orque grandit bien et se montre joueuse et vive. Mais en 2008, son comportement change subitement et de manière inattendue. A la surprise générale, elle meurt d'une encéphalite aiguë le 15 juin 2008, alors qu'elle n'a que 2 ans et demi. 

Halyn était ce que l'on appelle une orque "hybride", c'est-à-dire que ses parents sont d'écotypes différents. On distingue 9 types d'orques, répartis dans 3 océans.

Dans la nature, ces types d'orques peuvent parfois se croiser mais ne se reproduisent pas entre eux. Les scientifiques estiment d'après les analyses génétiques effectuées qu'il n'y a pas eu de reproduction entre ces types depuis au moins 10 000 ans. L'orque hybride est donc une création purement humaine, qui n'existe pas dans la nature. Avec 62.5% de gènes d'orques de l'Atlantique Nord, 25% des Résidentes du Nord et des 12.5 % des Résidentes du Sud, Halyn est un triste exemple de cette reproduction contre-nature. 

Le cas de Victoria (Vicky)


Victoria naît le 3 août 2012 à Loro Parque, sur l'île de Ténérife (dans les Canaries, Espagne). Sa mère Kohana est née en 2002 au parc SeaWorld de San Diego par insémination artificielle: sa mère est Takara et son géniteur est Tilikum, qui vit alors au SeaWorld d'Orlando.
Kohana et Takara sont transférées à Orlando en 2004, mais sont séparées lorsque SeaWorld décide de "prêter" plusieurs orques à Loro Parque pour la reproduction, parmi lesquelles Kohana et sa soeur Skyla. 

SeaWorld envoie aussi sur l'île canarienne deux mâles, Keto et Tekoa, en provenance de San Antonio. Tous arrivent en 2006 à Loro Parque. Kohana n'a alors que 4 ans,  et pourtant elle est la plus "vieille" femelle de ce nouveau groupe... Elle est présentée à Keto, qui est le demi-frère de sa mère Takara. Ils s'accouplent, et à la grande satisfaction de Loro Parque et de SeaWorld, Kohana donne naissance à Adan en 2010. C'est un évènement, puisqu'Adan est le premier épaulard né en captivité en Espagne. Bien sûr on tait volontairement le fait qu'Adan ait un coefficient de consanguinité de 6.5%...
Keto et Kohana à Loro Parque. Keto est le demi-oncle de Kohana. Leurs petits, Adan et Victoria, sont donc consanguins à 6.5%
Tout comme Kayla, Kohana est inexpérimentée et ne montre aucun intérêt pour le petit, qui devra être nourri au biberon par les dresseurs de Loro Parque. Il en va de même lorsqu'elle donne naissance à Victoria en 2012: trop jeune pour être la femelle dominante, séparée trop tôt de sa mère, Kohana ne sait absolument pas comment être mère. Dans la nature, les femelles les plus âgées sont là pour éduquer, montrer, transmettre une culture aux plus jeunes. Pour ce qui est de la maternité, les aînées montrent aux jeunes femelles comment s'occuper de leurs petits.

Vidéo de Loro Parque sur la naissance de Vicky:


Victoria fut donc séparée de sa mère et élevée par le personnel de Loro Parque. Son frère Adan et elle furent placés ensemble dans le bassin médical, et n'eurent que peu de contacts avec les autres orques. Victoria a passé la majorité de sa vie avec ses soigneurs. Elle est morte à l'âge de 10 mois, le 16 juin 2013. Un changement dans son comportement avait été observé les jours précédant sa mort. Loro Parque annonça plus tard qu'elle était décédée des suites de complications intestinales.

Aujourd'hui, Adan et Kohana sont réunis, et vivent toujours à Loro Parque avec Keto, Skyla, et Tekoa, ainsi qu'avec Morgan qui a rejoint le groupe en Novembre 2011.

Conclusions

La reproduction des orques en bassin est artificielle à tous points de vue. SeaWorld et d'autres parcs n'ont pas hésité à jouer aux "apprentis sorciers": hybridations, consanguinité, et inséminations n'ont rien de naturel. Les comportements de Kayla et Kohana qui ont toutes deux rejeté leurs petits ne le sont pas davantage: les orques libres n'abandonnent pas leurs petits et sont soutenues par les femelles plus expérimentées du groupe auquel elles appartiennent.

Le but de ce programme d'élevage -auquel SeaWorld a récemment déclaré renoncer- n'a jamais été la conservation des espèces. Leur seule motivation a toujours été de renouveler un "cheptel" d'orques captives pour assurer leur avenir et faire rentrer de l'argent dans les caisses.

Il en va de même pour tous les parcs qui détiennent des cétacés en captivité. La reproduction n'est en rien un gage de bien-être dans ce cas précis: elle est simplement un moyen de "noyer le poisson" auprès d'un public mal informé.

Sources principales: