Bienvenue

Sur le site de l'association C'est Assez !

Ensemble

pour lutter contre les massacres et la captivité des cétacés.

Les parcs marins...

Ils ne préservent pas, ils exploitent.

STOP

aux massacres de cétacés dans le monde !

lundi 25 juillet 2016

Article du Courrier Picard

Suite à notre mobilisation pour annuler le transfert de deux dauphins du Parc Astérix , le Courrier Picard a rédigé un court article sur nos actions mises en oeuvre. 
Édition du 25 Juillet 2016.

mardi 19 juillet 2016

Lettre ouverte à Monsieur Nicolas Kremer, directeur du Parc Astérix

Vous le savez, nous vous invitons depuis quelques jours à venir signer et faire signer notre pétition pour demander l'annulation du transfert d'Ekinox et Naska du parc Astérix vers le parc zoologique Attica près d'Athènes, en Grèce.

Aujourd'hui, les associations 30 millions d'amis, Réseau-Cétacés, La Dolphin Connection, Fondation Brigitte Bardot, ASPAS (Association pour la protection des animaux sauvages), Code Animal, Fondation Droit Animal Ethique et Sciences et C'est Assez! se sont réunies pour signer une lettre ouverte adressée à Monsieur Kremer, directeur du Parc Astérix dans laquelle est demandée expressément l'annulation du transfert des deux dauphins.

Nous vous invitons une fois de plus à diffuser le message, à informer vos proches, et à faire signer notre pétition en ligne

Egalement pour les personnes proches de Paris, venez nous rejoindre ce samedi 23 Juillet 2016 devant les portes du parc afin de crier "NON" haut et fort pour ce transfert mais surtout d'en informer le public !

Leur transfert est IMMINENT et leurs fiches de présentation ont d'ores et déjà disparues!

Article du Huffingtonpost concernant le zoo d'Athènes à lire également!

Merci à vous!





dimanche 17 juillet 2016

Premier clip anti-captivité et appel à la manifestation !

Nous connaissons presque tous les histoires des orques emprisonnées à SeaWorld ou à Loro Parque via les documentaires comme Blackfish, mais qu'en est-il de l’histoire des orques françaises ?

Si beaucoup s’accordent à dire que ces cas de maltraitances ne concernent que les « autres pays », il n’en reste pas moins que les orques du Marineland ont toutes un passif. Qu’elles soient nées au parc ou issues de captures sauvages, leur voix doit aussi résonner et c’est ce que les militants pour la cause ont souhaité mettre en images !

L'association est heureuse de vous présenter son premier clip anti-captivité !

Depuis plusieurs mois et grâce à la coordination de ces personnes qui ont accepté de mettre leur talent au service des cétacés captifs, ce beau projet a enfin vu le jour.

Un énorme merci à eux, pour leur temps, pour leur patience et pour leur générosité, sans eux rien n'aurait été possible.

Nous espérons que ce clip poussera le public à la réflexion et les convaincra que les orques et dauphins sont loin de couler des jours heureux dans nos bassins.



C’est pourquoi il est important de partager, d’informer vos proches mais surtout de nous rejoindre pour ce grand rassemblement annuel du 14 Août prochain devant le parc !

Ne ratons pas un instant de nous faire entendre !
Pour eux, pour la liberté.

Voici le lien de l'évènement!
https://www.facebook.com/events/868772599844877/

jeudi 7 juillet 2016

Transfert Imminent de Deux Dauphins du Parc Astérix en Grèce

C'est Assez! l'a appris il y a quelques temps, deux dauphins du parc Astérix seront bientôt transférés vers le delphinarium du parc zoologique Attique, près d'Athènes.


Dauphins au Parc Astérix. Deux d'entre eux s'envoleront bientôt pour le zoo Attique en Grèce.
Christine Grandjean ainsi que des membres de C'est Assez! ont rencontré le directeur du parc  M. Nicolas Kremer lors d'une visite du delphinarium le 15 juin dernier. A cette occasion nous lui avons remis en mains propres une lettre co-signée par plusieurs associations (Réseau-Cétacés, Code Animal, la Fondation Brigitte Bardot, l'ASPAS et Fondation Droit Animal, Ethique, et Sciences) pour lui exprimer notre vive inquiétude concernant ces transferts. 
Suite à cette réunion et à ce courrier, le parc Astérix nous a informés que les dauphins en partance pour la Grèce étaient Ekinox et Naska. L'équipe du parc justifie ces déplacements en raison de l'âge des dauphins, qui sont arrivés à maturité sexuelle et de la nécessité d'éviter la consanguinité dans leurs bassins. Des soigneurs ainsi qu'un vétérinaire accompagneront les dauphins en Grèce. 

Si nous pouvons comprendre les raisons pour lesquelles les dauphins doivent être déplacés, le choix de leur destination nous paraît peu judicieuse, voire périlleuse. En effet, depuis son ouverture en 2010, 5 dauphins sont morts dans le parc grec, dont 4 juvéniles et une jeune mère. Un taux de mortalité élevé qui est extrêmement préoccupant.

La situation est d'autant plus inquiétante que le parc zoologique d’Athènes subit les conséquences de la crise économique et des restrictions financières mises en place par le gouvernement grec. L’année dernière, le zoo peinait à faire importer de la nourriture pour ses dauphins, comme le révélait le Huffington Post.

Après la mort des 5 dauphins, les autres "pensionnaires" sont repartis en Lituanie, au "Musée de la Mer" qui les avaient déplacés en Grèce le temps de faire des travaux. 

Il ne reste actuellement que deux dauphins au zoo d'Attique, qui devraient sans doute rejoindre le Musée de la Mer en Lituanie. Le zoo cherche donc à remplacer ses prisonniers par d'autres. Ekinox et Naska ne seraient pas les seuls à "échouer" dans ce parc. Après des mois de suspense, la nouvelle est tombée: les 4 dauphins finlandais s'envoleront finalement pour la Grèce. 

Le parc zoologique d'Attique est le seul parc à détenir des dauphins en captivité en Grèce. 
En 2012, le parlement grec a voté l'interdiction d'utiliser des animaux sauvages dans des spectacles. Malheureusement, force est de constater que la loi n'est pas appliquée.

En savoir plus sur le delphinarium du zoo d'Attique : article de la Dolphin Connection



06 / 07 / 2016: Premier Grind de l'Année Pour les Féringiens

Ce mercredi 6 juillet 2016 fut une bien triste journée pour tous les amoureux des cétacés. 43 baleines-pilotes se sont faites massacrer sur la plage de Hvannasund, aux îles Féroé. C'est vers 12h que les chasseurs ont rabattu les animaux dans la baie, pour ensuite les tirer vers le rivage et les tuer sans aucune pitié pour ces pauvres créatures.


L'expression "un véritable bain de sang" prend tout son sens lorsque l'on regarde les images de cette journée. Sur les photographies prises par des locaux, on voit les globicéphales se débattre, tenter d'échapper au terrible destin qui les attend. Mais une fois rabattus dans la baie, ces familles n'avaient malheureusement plus aucune chance de s'en sortir.


Une tentative de grindadrap avait échoué le 5 juin dernier. Un groupe de globicéphales avait été repéré mais les courants forts mirent les pêcheurs en difficulté et les cétacés avaient pu s'échapper. Les 43 globicéphales qui se sont fait assassiner ce mercredi n'ont malheureusement pas eu cette chance.

La violence inouïe avec laquelle ces animaux ont été tués est d'autant plus choquante lorsque l'on voit les mines réjouies des spectateurs et les visages triomphants des tueurs. 




Les globicéphales sont des êtres pacifiques et très intelligents. Après l'épuisement et le stress du rabattage, ceux-là ont vu leur famille et leurs amis mourir avant de se faire tuer. Selon les cétologues, les dauphins et les baleines seraient dotés d'une grande empathie. Une chose est sûre, elle est bien plus importante chez ces créatures que chez certains êtres humains...


Cette pratique vous choque et vous voulez agir?
Venez nombreux à nos rassemblements contre le grind à ParisNiceNantes et Lyon!



Et rejoignez notre action de protestation en envoyant des emails aux instances danoises.
Pour que ces massacres cessent, enfin!


Copyright des photographies du grind: DV & Katarina VS - Source: ICI


lundi 4 juillet 2016

Le Cas de Lolita, une Orque Menacée de Disparition, Va Repasser Devant un Tribunal

Publié le 1er juillet 2016 sur le site d'Animal Legal Defense Fund.

PETA, Animal Legal Defense Fund  et Orca Network font appel afin d’annuler une décision de justice dangereuse qui affaiblit l’Endangered Species Act (Loi pour Protection des Espèces Menacées)


Miami — Ce matin, PETA,  Animal Legal Defense FundOrca Network et son directeur Howard Garrett ont fait appel de la décision du tribunal de première instance qui avait rejeté leur  plainte contre le Miami Seaquarium.

Armés des témoignages d’experts en biologie, d’un vétérinaire et d’un ancien dresseur d’orques, les plaignants soutiennent qu’il est illégal de détenir Lolita sans la compagnie d’autres orques, avec des animaux ne pouvant cohabiter,  dans un bassin exigu et sans aucune protection contre le soleil brûlant. Ces faits constituent selon eux une violation  de l’Endangered Species Act (ESA). Mais un juge fédéral a affirmé que les violations à l’ESA ne s’appliquaient que lorsque la survie d’un animal captif protégé était « gravement » menacée — une décision considérée par les plaignants comme sans précédent et dangereusement étriquée.

 « Cette orque –qui est sur la liste des espèces menacées- devrait pouvoir bénéficier de la protection légale de l’ESA sans avoir à être en danger de mort, » a déclaré Jared Goodman, directeur de la Loi Animale à la fondation PETA.

« L’ESA interdit que des animaux comme Lolita, qui souffre dans son petit bassin du Seaquarium, soient harcelés et blessés. C’est sur ce point que PETA insistera auprès de la cour d’appel. »

« Heureusement, maintenir des animaux en captivité à des fins de divertissement devient de moins en moins acceptable aux yeux du public américain — même SeaWorld a annoncé publiquement la fin du programme de reproduction de ses orques captives et affirmé qu’aucune nouvelle orque ne serait acquise, » explique Stephen Wells, directeur exécutif de l’Animal Legal Defense Fund. « L’ Animal Legal Defense Fund continuera  à se battre pour Lolita et pour tous les autres animaux souffrant en captivité au nom du divertissement. »

Depuis des années,  PETA, l’ Animal Legal Defense Fund, Orca Network ainsi qu’un nombre incalculable de militants inquiets font pression afin que Lolita soit mise à la retraite et transférée dans un sanctuaire marin qui l’attend dans ses eaux natales au large des îles San Juan (dans l’état de Washington), où elle pourrait interagir avec sa famille.  Là où elle fut capturée il y a plus de 45 ans.

Traduction: Vox Delphini

Lire aussi:

mardi 28 juin 2016

ISLANDE: Des Activistes Projettent Des Images de Baleines Agonisantes sur La Façade Des Restaurants

Des militants de l'ONG Hard to Port ont projeté des images de baleines qui agonisent sur les murs du restaurant islandais Fjalakötturinn à Reykjavik.

Une baleine de Minke est acheminée en Islande. Crédit photo: Mbl.is/ Halldór Sveinbjörnsson
Dans un communiqué de presse envoyé au journal Iceland Monitor, l'ONG a déclaré: "Nous avons montré cette image choquante pour mettre l'accent sur la chasse brutale à la baleine de Minke dans les eaux islandaises et sensibiliser les gens."

L'association de défense des animaux Aktivegan a rejoint la protestation plus tard ce dimanche en se rassemblant dans les rues de Reykjavik armés de banderoles et de tracts informatifs.


Capture d'écran du compte Twitter de l'ONG Hard To Port
Les deux organisations pointent du doigt et critiquent le manque de transparence des opérations baleinières en Islande.

"La chasse à la baleine est une forme abjecte de cruauté envers les animaux qui ne doit plus être ni ignorée ni tolérée. Le principal problème est que ces opérations sont cachées au public, et par conséquent peu de gens les remettent en question. Nous exigeons que les images non-censurées de la chasse aux baleines soient rendues publiques. Ici dans la baie de Faxafloi, chaque année des islandais et des centaines de milliers de touristes rencontrent ces animaux de façon respectueuse et pacifique. Ces gens ont le droit de savoir ce qui arrive à ces baleines lorsqu'elles sont chassées par des bateaux harponneurs", dit Arne Feuerhahn, le porte-parole de Hard to Port.

De plus, on peut lire plus loin dans le communiqué: "En Islande, on trouve de la viande de baleine de Minke dans les supermarchés et les restaurants alors que seul 3% de la population en consomme de façon régulière. La demande est surtout alimentée par les touristes, à qui l'on fait croire que la viande de baleine est un plat traditionnel islandais."

Article original: ICI



lundi 20 juin 2016

Chasse à la Baleine: la Norvège Tue Plus de Baleines Que le Japon et l'Islande Réunis

Selon un nouveau rapport, en 2015 et en 2016 la Norvège a tué plus de baleines que le Japon et l'Islande réunis. Pourtant, le pays scandinave échappe aux critiques internationales qui se concentrent sur le Japon.
Une baleine de Minke vient de se faire tuer et est hissée à bord du Kato, un baleinier norvégien. Crédit photo: John Cunningham / Getty Images
Le rapport, co-écrit par des membres de trois ONG (l'Animal Welfare Institute, Ocean Care et ProWildlife) établit que depuis 1993, les baleiniers norvégiens ont tué plus de 11 800 baleines de Minke (ou petits rorquals). En 2014 et 2015, la Norvège a exporté près de 180 tonnes de produits composés de baleine vers le Japon, l'Islande et les Iles Féroé.

La Commission Baleinière Internationale a interdit la chasse commerciale à la baleine avec le moratoire de 1986, ratifié par 88 nations. En tant que signataire, le Japon est souvent désigné comme le "mauvais élève" et se fait régulièrement taper sur les doigts, personne n'étant dupe de la valeur "scientifique" de leur chasse. Mais alors que les projecteurs sont braqués sur le Japon, la Norvège -qui n'est pas signataire du moratoire - a repris la chasse à la baleine en 1994, et semble passer à travers les critiques.
"Tout le monde s'est focalisé sur le Japon, la Commission Baleinière Internationale s'est concentrée sur le Japon, et il semble que tout le monde oublie la Norvège. Il est grand temps de s'intéresser de près à la chasse norvégienne." Kate O'Connell, consultante sur la vie marine de l'Animal WelFare Institute.
Le rapport insiste aussi sur la faible valeur marchande des produits issus de la baleine, en Norvège comme à l'étranger. Moins de 5% des norvégiens consomment de la viande de baleine plusieurs fois par an, et en achètent relativement peu. Le gouvernement norvégien a tenté de relancer le secteur en mettant en avant des produits comme le "whale pastrami" (une sorte de charcuterie à base de viande de baleine) ou encore des produits cosmétiques à la graisse de baleine. 

A l'export, l'industrie baleinière norvégienne rencontre aussi des difficultés puisque l'an dernier le Japon a renvoyé des cargaisons de viande de baleine pour des raisons sanitaires. 

Plus surprenant, la Norvège clame que la chasse à la baleine est une pratique "durable" qui permettrait selon eux de protéger les stocks de poissons dans la région. Un argument rejeté par de nombreux scientifiques (parmi lesquels des chercheurs norvégiens) qui affirment qu'au contraire, les baleines jouent un rôle crucial dans l'écosystème marin.


Alors que la Norvège ne fait pas partie de l'Union Européenne et n'est pas signataire du moratoire de 1986, comment faire en sorte que cette pratique cesse?
Selon Astrid Fuchs, membre de la Whale and Dolphin Conservation (WDC), la Norvège est un pays riche qui ne se laissera pas convaincre par des pressions économiques. Elle estime donc que les sanctions semblent inutiles. En revanche, selon elle, il faut mettre l'accent sur l'éducation et se concentrer sur l'électorat: "Si [les norvégiens] commencent à s'interroger sur leur gouvernement et réalisent que le whale-watching est une source de revenus supplémentaires, combiné à des actions diplomatiques entreprises par d'autres pays, cela pourra porter ses fruits."

Sources:
http://m.csmonitor.com/Environment/2016/0614/How-Norway-quietly-became-a-whaling-powerhouse
http://time.com/4370478/norway-whaling-report/
https://awionline.org/sites/default/files/uploads/documents/AWI-ML-NorwayReport-2016.pdf

Lire aussi: 
La Norvège Tue des Baleines Pour Nourrir Des Animaux Elevés Pour la Fourrure
Le Parlement Européen Appelle le Japon A Cesser la Chasse Aux Baleines
3 Millions de Baleines Tuées Par l'Homme Le Siècle Dernier


dimanche 19 juin 2016

PEROU: Procès Pour Les Pêcheurs qui Tuent des Dauphins

Depuis des années, des pêcheurs péruviens enfreignent la loi en chassant les dauphins, pour les utiliser comme appâts dans la pêche aux requins. La viande des dauphins ainsi massacrés est souvent vendue sur les marchés péruviens en toute illégalité. 
Après avoir fermé les yeux sur cette pratique, le gouvernement péruvien a décidé de prendre les choses en main en intentant un procès à l'encontre des pêcheurs qui tuent des dauphins. 
Grâce à une vidéo tournée en caméra cachée, le procureur général du Pérou a pu identifier les pêcheurs qui s'adonnent à cette chasse cruelle et a ouvert une instruction pour les poursuivre en justice. L'auteur de la vidéo, Stefan Austermuhle, a été appelé à témoigner au procès.
Pour la première fois, des pêcheurs se retrouveront devant les tribunaux pour avoir tué des dauphins. Une décision majeure qui pourrait mettre fin à ces massacres dans ce pays.

Un pêcheur péruvien vise un dauphin avec son harpon.
Le nombre de requins a considérablement diminué dans le monde, à cause de la pêche intensive entretenue par une grande demande de pays comme la Chine ou d'autres pays d'Asie orientale qui utilisent leurs ailerons dans un plat très prisé dans ces régions: la soupe d'aileron de requin.
Les pêcheurs péruviens ont donc mis en place une technique des plus cruelles pour attirer les poissons si recherchés: utiliser des cétacés pour les appâter. Trois associations ont enquêté dans le plus grand secret pendant des mois et estimaient en 2013 qu'entre 10 000 et 15 000 dauphins et marsouins mouraient chaque année dans le cadre de cette pêche qui décime les populations de dauphins comme celles des requins. 
Les dauphins sont capturés dans des filets, harponnés, poignardés, frappés avec des gourdins et parfois même découpés vivants. Quant aux requins leur sort n'est pas plus enviable: on leur coupe la gueule alors qu'ils sont encore vivants, ou on leur sectionne la colonne vertébrale au niveau de l'arrière de la tête. 

"Les pêcheurs péruviens mettent en danger la survie des espèces de dauphins tout en poussant les populations de requins vers l'extinction." 
Stefan Austermuhle, directeur exécutif de Mundo Azul
Au Pérou, il est pourtant illégal de tuer des dauphins depuis 1997. Mais comme toujours, l'appât du gain est le plus fort. Aussi s'agit-il d'un double génocide qui s'opère dans les eaux péruviennes, au mépris des lois et de la réglementation en vigueur. 
Moins médiatisée que les massacres de dauphins au Japon, cette pêche n'en est pas moins meurtrière. Les conditions dans lesquelles les pêcheurs agissent sont également très cruelles, qu'il s'agisse de tuer les dauphins ou les requins, comme en témoigne cette vidéo (Avertissement: les images peuvent heurter les plus sensibles):


En haute mer, il est difficile de faire appliquer la loi. Mais contrôler la viande de dauphin sur les marchés pourrait être facilement réalisable, si seulement la police péruvienne était disposée à le faire, comme l'expliquait Hardy Jones, le directeur exécutif et fondateur de BlueVoice
"Tout le monde sait que les pêcheurs péruviens prennent des centaines de requins, jusqu'à présent le monde ignorait le grand massacre des dauphins au large du Pérou. Beaucoup de gens sont parfaitement au courant des terribles massacres de Taiji, et pensent qu'il s'agit du plus grand massacre de dauphins au monde. C'est loin d'être le cas. En fait, la chasse aux dauphins pour la consommation est un problème international et il pourrait prendre davantage d'ampleur au fur et à mesure que les pêcheries s'effondrent." Hardy Jones, en 2013
Au cours de leur enquête au Pérou, Jones et le Dr. Yaipen-Llanos ont rencontré le maire de San José, Victor Paiva. Celui-ci ainsi que 10 autres membres du conseil de la ville leur ont admis manger de la viande de dauphin. Interrogée par leurs soins, une habitante de la ville de quelque 7000 habitants leur a déclaré:"Presque tout le village susbiste grâce à la viande de dauphin." 
Dans ces conditions, on comprend mieux pourquoi la police locale fermait les yeux sur ces pratiques illégales. 


Crédit photo: BlueVoice.org
La décision du gouvernement péruvien de poursuivre en justice les pêcheurs incriminés est historique. Suffira-t-elle à mettre fin à cette pratique de manière définitive?