Bienvenue

Sur le site de l'association C'est Assez !

Ensemble

pour lutter contre les massacres et la captivité des cétacés.

Les parcs marins...

Ils ne préservent pas, ils exploitent.

STOP

aux massacres de cétacés dans le monde !

vendredi 24 février 2017

L'Armée Américaine Prévoit de Lâcher 100 Bombes Par An Dans Une Zone Très Fréquentée Par Les Cétacés


L'Armée de l'air américaine souhaite faire des tests de missiles et d'autres exercices militaires dans et au-dessus des eaux de Kauai (Hawaï), une zone très fréquentée par plusieurs espèces de cétacés. L'Air Force a déposé une requête auprès de la National Marine Fisheries Service pour réaliser des manoeuvres à tirs réels qui, selon leurs estimations, endommageraient l'audition de 637 cétacés de façon temporaire ou définitive. 

Plusieurs espèces pourraient subir les conséquences des essais militaires dans cette région: principalement des baleines à bosse, des rorquals boréals, des dauphins de Fraser et des baleines de Minke. 
Prévues du 1er septembre jusqu'au mois d'août 2022, les manoeuvres ont pour but de tester les équipements militaires dans le cadre d'un programme d'évaluation de systèmes d'armes. "Sans ces opérations, les pilotes utiliseraient ces armes pour la première fois au combat," argue l'armée de l'air dans sa requête. 

Air Force a précisé que des vols de contrôle seraient mis en place avant chaque essai afin de vérifier la présence, ou non, de cétacés dans la zone. Une telle mesure est insuffisante: les cétacés passant la majeure partie de leur temps en profondeur, ils ne sont pas systématiquement visibles et localisables du ciel.


Si l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA) approuve cette demande, les conséquences pourraient être catastrophiques. En effet, l'ouïe est le sens le plus développé chez les cétacés, qui s'orientent principalement grâce à leur système d'écholocation. Lorsque celui-ci est endommagé, les animaux sont désorientés, ce qui  peut entraîner des collisions avec des bateaux ou encore des échouages massifs. C'est aussi grâce à l'écholocation que les cétacés chassent leurs proies, trouvent leurs partenaires sexuels, communiquent entre eux etc..


Permettre à Air Force de faire ces essais militaires reviendrait à mettre en péril la vie de tous les cétacés qui vivent dans cette région. 



Merci de signer cette pétition adressée à la NOAA pour empêcher les essais militaires dans cette zone.


Sources pour cet article:

dimanche 19 février 2017

19 Février 2017: Journée Internationale De La Baleine

Cette année encore, la journée internationale de la baleine est l'occasion de rappeler que de nombreuses menaces pèsent sur ces géantes des mer et qu'il est essentiel de les préserver.


Leur grâce n'a d'égale que leur grandeur. Elles nous paraissent immenses et pourtant elles aussi sont vulnérables. Si leur chasse à des fins commerciales est interdite par le moratoire de 1986, trois pays continuent à la pratiquer: le Japon (pourtant signataire mais qui prétexte des fins scientifiques), la Norvège et l'Islande (pays n'ayant pas signé le moratoire).

Hormis la chasse, elles souffrent du réchauffement climatique qui les poussent à modifier leur alimentation et leur cycle migratoire. Elles doivent parcourir de plus longues distances et les températures plus élevées rendent ces migrations épuisantes. 

La pollution, de même que le traffic maritime qui s'intensifie ou encore l'acidification des océans qui menace leur reproduction sont autant d'autres dangers pour les populations de baleines.

Elles jouent pourtant un rôle essentiel pour notre planète. De nombreux scientifiques ont souligné leur importance au niveau écologique. Elles sont même considérées comme de véritables "pompes à carbone" par certains chercheurs grâce à leurs excréments.


Protéger les baleines, c'est protéger notre planète.  








  

vendredi 17 février 2017

NORVÈGE: Le Quota De Baleines À Abattre Revu À La Hausse En 2017

La Norvège vient de revoir à la hausse le quota de baleines à abattre pour l'année 2017, autorisant la chasse de 999 petits rorquals, contre 880 en 2016. 

La Norvège autorise la prise de 999 baleines de Minke (ou petits rorquals) en 2017. Elle est l'un des trois pays à pratiquer la chasse à la baleine.
Malgré une baisse du nombre de baleines abattues chaque année par la Norvège, le gouvernement vient d'augmenter le quota pour la chasse à la baleine en 2017.


Selon Truls Soløy, à la tête de la "Norvegian Whalers Association", les norvégiens ne mangent plus de baleine. Malgré cela, le quota est passé à 999 petits rorquals, soit une augmentation de 116 baleines par rapport à l'année précédente. En 2016, 590 baleines ont été tuées alors que le quota autorisait la prise de 880 baleines. 
La question est, pourquoi, alors que la consommation de viande de baleine diminue chaque année, le gouvernement augmente-t-il les quotas? 


La chasse à la baleine était une entreprise florissante en Norvège jusqu'à ce qu'elle soit interdite en 1986 par la Cour Internationale de Justice. 
Cependant en 1993, la Norvège annonçait qu'elle autoriserait de nouveau la chasse à la baleine dans ses eaux dans l'espoir de relancer cette industrie, espoir revu à la baisse en raison du tollé général contre cette chasse cruelle.


La demande de viande de baleine a diminué de façon spectaculaire, ainsi que les exportations vers le Japon, où la demande a également chuté. 
Selon un rapport récent, le gouvernement norvégien subventionne actuellement la chasse à la baleine à hauteur d'environ 50%, affirmant que l'abattage des baleines contribue à préserver des populations de poissons dans la région, et en dépit du fait que de nombreuses personnes affirment le contraire. De plus, d'autres rapports demontrent la toxicité de la viande de baleine, fortement contaminée par des pesticides. Le Japon s'est "débarrassé" d'une cargaison importante de viande de baleine en provenance de Norvège en 2015 après que des analyses aient révélé la présence d'au moins 3 pesticides dans la graisse de baleine. 

Alors que cette viande est désormais considérée comme impropre à la consommation, l'industrie baleinière continue de vendre de la viande de baleine pour la transformer en nourriture pour animaux de compagnie, dans une tentative infructueuse d'écouler davantage de viande de baleine.

PROTESTER CONTRE LA CHASSE AUX BALEINES EN NORVÈGE

■ Vous pouvez envoyer un courriel à l'ambassade de Norvège en France à cette adresse: emb.paris@mfa.no

Nous vous recommandons de personnaliser votre message, mais vous pouvez vous inspirer de celui-ci:

Monsieur,

Je vous contacte pour vous faire part de mon incompréhension concernant le fait que la Norvège continue à pratiquer la chasse à la baleine. La Norvège, pourtant réputée pour être un pays exemplaire en matière de protection environnementale, ne se montre pas à la hauteur de cette réputation en autorisant cette chasse obsolète et très controversée. La toxicité de la viande n'est plus à démontrer et de nombreux scientifiques invalident l'idée selon laquelle les baleines décimeraient les populations de poissons. 
Les baleines jouent un rôle essentiel dans l'écosystème marin mais aussi pour le climat de notre planète. Il est reconnu scientifiquement que des micro-organismes comme le phytoplancton se nourrissent de leurs déjections et absorbent une grande partie du CO2
Il est de notre devoir de sauvegarder ces géants des mers. En raison de leur rôle crucial pour les océans et pour notre planète,il est nécessaire de les préserver.

Sincères salutations,

Signature

Vous ne vivez pas en France? Trouvez l'ambassade de Norvège de votre pays en suivant ce lien.

■ Vous pouvez également envoyer un courriel en anglais au Premier Ministre Norvégien, Mme Erna Solberg, à cette adresse: postmottak@smk.dep.no  

Encore une fois, il est préférable de personnaliser votre message. Voici tout de même un exemple que vous pouvez utiliser.

Dear Mrs. Solberg,

I am writing you to express my deep concerns about Norway authorizing whale hunts. This position on such a practice is all the more incomprehensible as your country has made some great achievements to protect the environment. As you may know, whales are essential to our planet's good health. Indeed it is a proven fact that whale droppings are a natural ocean fertiliser and contribute to the absorption of carbon dioxide, blamed for global warming.

For these reasons I believe it is everyone's duty to protect and preserve these animals. I hope Norway will make a step in the right direction by putting an end to whaling.

Sincerely yours,

Signature

Source pour cet article: 

dimanche 12 février 2017

Junior, l'Orque Cachée du Marineland de Niagara Falls

C'est un secret que le parc Marineland de Niagara Falls aurait voulu ne jamais voir dévoilé. Une vie volée, cachée aux yeux du public et qui montre à quel point les dirigeants des delphinariums se soucient peu des conditions de vie de leurs prisonniers.


Junior fut capturé en 1984 dans les eaux islandaises. Il avait alors environ deux ans. Il partit ensuite au Canada, plus précisément au parc Marineland de Niagara Falls, dans l'Ontario. Il a passé les cinq dernières années de sa vie dans un entrepôt sans fenêtres, privé de la compagnie de ses congénères. 

Marineland se servait de cet entrepôt pour "stocker" les animaux qu'ils estimaient ne pas pouvoir montrer au public ou ceux destinés à être vendus. Le bassin pouvait aussi servir à séparer les mères de leurs petits. En ce qui concerne Junior, Marineland n'a jamais trouvé d'acheteur et l'a gardé là pendant plusieurs années.

Il est mort dans cet endroit sordide dans la solitude la plus totale.

Cara Sands est l'un des rares témoins de l'existence de Junior. "Ils l'ont gardé dans ces conditions pendant quatre ans," témoigne la militante, qui l'a découvert dans cette grange en 1990. "La première fois que je l'ai vu, c'était un jeune épaulard curieux et vif, il me suivait le long du bassin. Vers la fin de sa vie, il était léthargique, très abattu et se laissait flotter. Il restait face au bassin sans faire le moindre mouvement. Puis il s'est juste retourné et a ouvert la bouche. C'était une orque brisée, son esprit était parti."

▶️À voir: le témoignage de Cara Sands pour le site canadien The Star 

Traduction et sous-titrage: C'est Assez!

Le parc Marineland est très critiqué et est souvent au coeur de polémiques comme celles-ci. La pauvre orque Kiska y est toujours prisonnière, et vit complètement seule: aucune orque, aucun dauphin ne partage son bassin.

D'anciens soigneurs comme Phil Demers et Glenn Owen ont dénoncé les conditions de vie déplorables des animaux du parc où le taux de mortalité très élevé. 

L'OSPCA (Ontario Society for the Prevention of Animal Cruelty), une agence de protection animale, a récemment porté plainte contre le parc qui doit répondre à 5 chefs d'accusation concernant des faits de maltraitance sur des ours, des paons et des pintades. L'OSPCA a déclaré que son enquête était toujours en cours, et d'autres accusations devraient bientôt s'ajouter aux précédentes. 

Le procès a démarré début février. Si Marineland et en particulier son directeur John Holer font tout pour se dérober à la justice, gageons que, cette fois, ils ne s'en tireront pas si facilement. Ce sera peut-être l'occasion de lever le voile sur la cruauté dont les animaux de ce parc sont les innocentes victimes, et ce depuis son ouverture.

Autres vidéos sur le Marineland de Niagara Falls:

Témoignage de Phil Demers


 Enquête de Last Chance for Animals

                              







jeudi 9 février 2017

C'est Assez! Et le projet de nouvel arrêté sur les delphinariums

Depuis deux ans, C’est Assez ! est en contact avec les députés à l’origine des propositions d’amendements à la loi biodiversité sur la captivité des cétacés.

Ces amendements ont été rejetés mais suite à ce rejet, Mme Ségolène Royal, Ministre de l’Ecologie a mis en place un moratoire interdisant la construction de tout nouveau delphinarium.
En janvier 2016 un groupe de travail s’est réuni au ministère en présence des directeurs des delphinariums et de Mr Delors, directeur du zoo de Beauval.
Nous avons contacté les services ministériels et demandé expressément de faire partie du groupe de travail suivant, ce qui a été accepté.

Depuis le 3 mai nous avons travaillé de façon très constructive sur ce projet avec La LFDA (La Fondation Droit Animal, Ethique et Science),  La Fondation Brigitte Bardot, la Fondation 30 millions d’amis, l’ASPAS (Association pour la protection des animaux sauvages)...
Aujourd’hui un projet d’arrêté fixant des règles contraignantes pour les delphinariums nous est proposé.

Certes il est loin de prendre en compte nos principales demandes, à savoir :

■ La fin des spectacles
 La fin de la reproduction des dauphins
■ L’arrêt des transferts et des échanges
■ L’interdiction de nouveaux delphinariums 

Cependant certaines de nos exigences ont été acceptées et nous avons obtenu des avancées allant vers un « mieux-être » des dauphins.
Détention de cétacés limitée à deux espèces (orcinus orca et tursiops truncatus)

■ Arrêt de la reproduction des orques

■ Agrandissement et approfondissement des bassins 
■ Zones d'ombre
■ Suppression des produits chlorés
Alimentation des dauphins sans contreparties (difficile à vérifier hélas...)
■ Arrêt des spectacles de nuit et des feux d'artifice
■ Fin des échouages volontaires
■ Interdiction des contacts directs entre le public et les dauphins

L’objectif est clair et l’a toujours été : nous souhaitons la fermeture de ces établissements et la réhabilitation des animaux dans des sanctuaires marins adaptés. Cet engagement est inscrit dans le nom même de notre association, « C’est Assez ! »

Notre association est composée de bénévoles passionnés et nous plaçons nos militants au cœur de notre action. Nous avons remis vos 70000 signatures pour la fermeture des delphinariums à Mme Barbara Pompili, Secrétaire d’État auprès de Ségolène Royal, le 10 janvier dernier, nous protestons tous les mois devant les delphinariums de France, nous sensibilisons le public à la captivité et aux massacres à travers toutes nos actions de terrain. Après plus de 40 années d’existence des delphinariums, sans aucune remise en cause, nous constatons que le débat est enfin lancé à l’échelle publique et politique.



La stratégie adoptée pour cet arrêté est la même que celle qui a conduit l’Angleterre à fermer ses delphinariums dans les années 90 : durcir la loi pour dissuader les parcs qui aspirent à détenir des cétacés captifs de construire leur delphinarium et contraindre les delphinariums existant à réaliser de lourds travaux et ce, dans un délai très court, dans un objectif de transition vers la fermeture définitive. En parallèle, nous travaillons sur un projet de sanctuaire marin afin d’accorder un lieu de « retraite » aux animaux captifs et éviter ainsi qu’ils soient transférés dans d’autres delphinariums à travers le monde.

C’est pourquoi ce projet d’arrêté est capital pour l’avancée de notre cause. Il permet non seulement de fixer un cadre strict mais aussi de donner du poids à la parole  des associations de défense des animaux. Si nous restons sur l’arrêté de 1981 et la levée du moratoire interdisant l’ouverture de nouveaux delphinariums en France nous laissons la voie libre à toutes les dérives, à la reproduction des orques, à la détention de bélugas et à la construction de bassins encore plus minuscules …

Il est essentiel que nous soyons unis pour avancer dans le bon sens, celui qui mène vers la liberté.






Courrier adressé au Ministère le 22 décembre 2016:




mercredi 25 janvier 2017

Justice Pour Kina, La Pseudorque Oubliée

Kina a tout connu: les captures, le massacre de sa famille, la Marine, les expériences scientifiques... À présent, elle croupit dans une cuve insalubre, seule et oubliée de tous. Ou presque.
Nina est une femelle pseudorque (ou fausse orque) captive. Elle vit aujourd'hui à SeaLife Park, à Hawaï.
 Crédit photo: A.Paradise
Kina est capturée en avril 1987 au large de l'archipel japonais d'Iki. Considérés comme nuisibles, les membres de sa famille sont impitoyablement massacrés. Seule survivante, Kina sera placée à l'Ocean Park de Hong Kong puis soi-disant "donnée" à la Marine américaine en novembre de la même année. 

La fausse orque passera environ 6 années "au service" de l'armée avant d'être revendue à l'Institut de Biologie Marine d'Hawaï en 1993. Elle est alors utilisée pour des recherches portant notamment sur l'écholocation. Selon les scientifiques Kina se montre "amicale, patiente et incroyablement intelligente".

▶️ article de Futura Sciences sur les recherches menées sur Kina

En août 2015, l'institut universitaire d'Hawaï se sépare de Kina ainsi que de Boris et BJ, deux grands dauphins. Les trois cétacés sont alors achetés par SeaLife Park, un parc marin de l'île. Mais SeaLife Park n'a, à ce jour, toujours pas obtenu les permis nécessaires à la "détention" de Kina. La pseudorque vit à présent seule, dans une cuve insalubre et non-ombragée. Ses conditions de vie sont absolument déplorables.
La flèche montre la cuve où Kina passe ses journées et ses nuits au SeaLife Park. Crédit image: Animal Rights Hawaii  
Voilà qu'après des années de bons et loyaux services pour les USA - qu'il s'agisse d'études scientifiques ou de défense militaire, Kina meurt d'ennui et dépérit dans ce qu'on peut appeler un mouroir. Selon l'ONG Keiko Conservation, pas moins de 124 dauphins y sont morts. 


Keiko Conservation lançait en novembre 2016 la campagne de sensibilisation "Justice for Kina" afin d'informer le public sur le triste sort de la pseudorque, qui a un peu plus de 40 ans aujourd'hui. Nous espérons que cela portera ses fruits, et que Kina ne passera pas le reste de ses jours dans cette horrible prison.

Vidéo "Justice for Kina" par la Keiko Conservation (sous-titrée en français).


Vous pouvez aider Kina en signant cette pétition. 


lundi 23 janvier 2017

Alors que le cirque Ringling ferme, SeaWorld fait face à des défis similaires


"Il y a de l'espoir". Le cirque Ringling Bros. a annoncé sa fermeture définitive quelques mois après avoir arrêté les spectacles d'éléphants. SeaWorld sera-t-il le prochain?
Article original de Sandra Pedicini pour Orlando Sentinel, publié le 17 janvier 2017. Traduction: Marie Vigoni pour C'est Assez!
L’abandon des numéros d'éléphants n’aura pas suffi à sauver le cirque Ringling Bros. et Barnum & Bailey.
Combien de temps faudra-t-il pour renverser SeaWorld, un autre empire du divertissement avec des animaux qui a également opéré un tournant concernant ses animaux phares ?
Samedi dernier, la société Ringling Bros. a annoncé la fermeture prochaine de son cirque, mentionnant différents facteurs parmi lesquels une baisse spectaculaire de la vente de billets, et ce dès la disparition des numéros avec éléphants. Le propriétaire, Feld Entertainment, a également parlé de coûts d'exploitation élevés, d’un changement dans les goûts du public et de luttes avec les groupes de protection des animaux.
Ringling et SeaWorld sont souvent comparées l’une à l’autre. Ces  deux compagnies sont en effet connues pour utiliser des mammifères massifs et intelligents à des fins de divertissement. L’attitude du public ayant changé, les deux sociétés sont de plus en plus sous le feu des critiques de par l'utilisation de ces animaux en tant qu’objets de divertissement.
Les cadres de SeaWorld ne se sont pas rendus disponibles pour répondre à nos questions. La société a déclaré dans un courrier électronique «se concentrer actuellement sur le développement de nouvelles expériences durant lesquelles les visiteurs s’amuseront, mais seront également incités à en apprendre davantage sur les animaux et leur milieu naturel, et à agir pour leur protection.»
Selon des observateurs de l'industrie, la leçon à tirer de l’expérience de Ringling est que les grands changements opérés suite à la pression des groupes de protection animale peuvent entraîner la perte d’une partie de la clientèle.
«Tenter d’apaiser les groupes de protection des animaux est vraiment une mauvaise stratégie», a déclaré Scott Smith, professeur adjoint à l'Université de Caroline du Sud. « Ils perdent la base même de leur entreprise: le public qui s’y rend pour voir les animaux.»
Tout comme le cirque, SeaWorld a encore un certain nombre de défis à relever, comme par exemple la concurrence et les questions qui émergent quant à la façon de gérer ses autres spectacles d'animaux.
Pourtant, le président de « International Theme Park Services », Dennis Speigel, a déclaré: «Je pense que ce sont deux situations différentes. Je ne pense pas que ce soit le même type d’implication. »
Des experts en attractions ont indiqué que le cirque, vieux de 145 ans, devait également faire face à d'autres difficultés, comme le fait qu’il était devenu un peu obsolète dans un monde de divertissement lié aux nouvelles technologies.
SeaWorld a une plus grande variété d'attractions qu'il peut utiliser pour attirer les gens et faire du profit.
«Depuis toujours, le cirque est basé sur les animaux,» rapporte Duncan Dickson, un professeur associé au UCF's Rosen College of Hospitality Management. «Maintenant, SeaWorld peut-il passer d'un parc basé sur les animaux à un parc à sensations? Cela reste à voir. Je pense qu'il va leur falloir avancer avec prudence ».

SeaWorld a construit des manèges tels que Mako (voir vidéo ci-dessus), la plus haute et la plus rapide des montagnes russes à Orlando. L'entreprise se concentre également davantage sur la promotion de la conservation et du sauvetage dans ses parcs à thème. La compagnie a déclaré qu’elle allait investir cette année dans une gamme variée d'attractions, ce qui inclut des manèges inspirés par des sauvetages d'animaux, des expériences de réalité virtuelle et de nouveaux spectacles et événements «qui réunissent les familles pour des vacances qui ont un sens».
SeaWorld lutte contre une baisse de la fréquentation depuis la sortie du documentaire anti-captivité "Blackfish" en 2013. Mais le nombre de visiteurs de SeaWorld a continué de baisser, même après qu’ils aient annoncé l’arrêt de la reproduction des orques, ces animaux ayant inspiré d’importantes polémiques.
Plus récemment, la compagnie a blâmé des facteurs externes, telle qu’une baisse du nombre de visiteurs brésiliens et une baisse de la fréquentation touristique à Orlando pendant une grande partie de l'année dernière.
Les sondages ont montré que les gens sont de plus en plus mal à l'aise avec le fait de garder des orques en captivité. La moitié des américains se prononce contre cette pratique, selon un sondage réalisé en 2014 par l’Animal Welfare Institute (l’Institut du bien-être animal). Un chiffre en augmentation de 11 pour cent par rapport au même sondage effectué deux ans plus tôt.
Les entreprises doivent suivre l'évolution des goûts et des attitudes du public pour rester pertinents, a déclaré Joe Couceiro, un ancien directeur du marketing de SeaWorld qui dirige maintenant le Lowry Park Zoo de Tampa.
«Si vous n'êtes pas en mesure d'ajuster votre entreprise, que vous travailliez dans un zoo, un cirque, à SeaWorld ou Kmart… vous ne survivrez pas,» a déclaré Couceiro. «Je pense que cela nous rappelle à tous à quel point il est important de continuer à faire progresser et évoluer nos entreprises.»
Personne ne s'attend à voir SeaWorld mettre la clé sous la porte bientôt. Mais selon Naomi Rose, une scientifique spécialisée dans les mammifères marins de l’Animal Welfare Institute, la pression poussera l’entreprise à mettre fin à d'autres spectacles tel que son spectacle de dauphins Blue Horizons.

«C'est un spectacle de cirque complet avec des costumes élaborés, acrobaties, de la musique live et tout ce qui s’ensuit», a déclaré Rose. «Et il implique des animaux. Je pense que c'était le problème avec Ringling, bien sûr.»

vendredi 20 janvier 2017

Taiji: Les Pêcheurs Capturent Près de 300 Dauphins

C'est tout ce qu'ils attendaient. Aujourd'hui, les pêcheurs de Taiji ont réussi à rabattre un très grand groupe de dauphins tursiops (ce que l'on appelle un "super pod") dans l'infâme baie de la honte. Les militants présents sur place estiment qu'entre 250 et 300 dauphins ont été capturés ce matin, parmi lesquels des mères avec leurs petits. 

Le grand groupe de dauphins essayant d'échapper aux pêcheurs. Crédit photo: Dolphin Project
Dauphins fuyant les pêcheurs. Crédit photo: Dolphin Project
Selon les "Cove Monitors" de l'ONG Dolphin Project, la visibilité étant mauvaise, les pêcheurs ont certainement bénéficié d'un 'tuyau' pour repérer le groupe, qu'ils n'ont eu aucun mal à rabattre. Le sort des animaux dépendra du bon vouloir des acheteurs qui vont se presser pour choisir les futurs esclaves des delphinariums.

Les dauphins passeront la nuit là, entassés et apeurés. Crédit photo: Dolphin Project
145 000 euros. C'est le prix moyen pour un dauphin captif, alors qu'un dauphin vendu à la boucherie ne vaut que quelques centaines d'euros. Une aubaine pour les impitoyables pêcheurs, qui vont très certainement toucher le 'jackpot' avec cette prise. Les dauphins quant à eux sont terrifiés. Ils passeront la nuit sans nourriture, dans la peur et le stress. Demain, la sélection commencera, un processus qui pourrait durer plusieurs jours au vu de la taille de ce pod. Une vie de tristesse, d'enfermement et de dressage commencera pour certains. Que deviendront les autres?

JOUR 2
Le processus de sélection a été, à nouveau, très violents. Épuisés, affamés et terrifiés, les dauphins ont été poussés, pris dans des filets, harcelés pendant sept longues heures. Des bébés ont été arrachés à leurs mères, les adultes  ont   été brutalement séparés de leur pod et un nombre incalculable de dauphins ont été blessés tout au long du processus. Les photos et vidéos des militants présents sur place témoignent de la brutalité de Taiji.

À l'issue de cette journée, trente dauphins ont été "choisis" pour rejoindre des enclos marins où les acheteurs viendront choisir leurs prisonniers. Les autres passeront une nouvelle nuit dans la baie, sans nourriture et donc sans hydratation.



Épuisés et affamés, les dauphins doivent affronter l'horreur du processus de sélection. Crédit photo: Dolphin Project

Dauphins pris dans les filets. Crédit photo: Dolphin Project

La violence des séparations. Crédit photo: Dolphin Project
 JOUR 3

Le processus de sélection continue, encore plus éprouvant pour les dauphins  épuisés par deux journées de lutte, de faim, et de violence. À nouveau, les dauphins sélectionnés pour la captivité, souvent de jeunes dauphins, ont été séparés des leurs pour rejoindre les enclos situés plus loin. D'autres ont été marqués, ce qui signifie qu'ils ne sont pas des sujets "intéressants" pour les delphinariums, afin que les pêcheurs n'aient pas à les inspecter ultérieurement.


Les dauphins épuisés doivent se soumettre aux plongeurs

Les dauphins sélectionnés sont emmenés dans des enclos marins et seront bientôt vendus aux delphinariums du monde entier. Crédit photo: Dolphin Project

Après cette troisième journée de terreur et de violence, le nombre de dauphins sélectionnés pour la captivité s'élève à 53 individus. Les dauphins passeront une nouvelle nuit privés de tout...

 JOUR 4

Aujourd'hui ce sont 29 dauphins de plus qui ont perdu leur liberté alors que la sélection se poursuit. Un dauphin a officiellement perdu la vie sous les yeux des militants. L'horreur continue.


Harcelé et pourchassé, ce dauphin semble avoir vomi de peur et d'effroi. Crédit photo: Dolphin Project

Les dauphins subissent les assauts des plongeurs à Taiji (Japon). Crédit photo: Dolphin Project
Le nombre de dauphins capturés pour la captivité s'élève désormais à 82 individus. Combien de temps cela va-t-il encore durer? Que deviendront ceux qui n'ont pas été choisis?

 JOUR 5- EPILOGUE

Au terme de ce dernier jour, ce sont finalement 100 grands dauphins qui iront rejoindre les prisons marines du monde entier. au moins 4 dauphins ont péri à cause de la violence du processus.

Après 5 jours et 5 nuits de torture, 5 jours et 5 nuits de souffrances physiques et morales, 5 jours et 5 nuits sans manger, complètement déshydratés, épuisés moralement et physiquement, les autres membres de ce super pod ont été relâchés.

Vous pouvez agir! Cliquez ICI

En janvier, C'est Assez! organise deux rassemblements contre Taiji. Le premier s'est déroulé à Paris le samedi 21 janvier. Près de 150 personnes nous ont rejoint, nous les remercions très chaleureusement! Prochain événement le samedi 28 janvier à Nantes. Venez nombreux pour dire #StopTaiji.