Bienvenue

Sur le site de l'association C'est Assez !

Ensemble

pour lutter contre les massacres et la captivité des cétacés.

Les parcs marins...

Ils ne préservent pas, ils exploitent.

C'est Assez !

partenaire du film l'Homme Dauphin

jeudi 20 juin 2019

La douleur d’une mère

3 juin 2019

Une vidéo a été filmée le 3 juin dernier au large d’Indian Shores, en Floride. 
Elle montre la détresse d’une maman dauphin qui nage en portant le corps sans vie de son bébé. Elle est en deuil. 


Comme les humains, les cétacés souffrent de la perte des leurs, ils pleurent leur mort.

Selon une étude réalisée par Melissa Regente, biologiste à l’Université de Milano-Bicocca en Italie, sept espèces de cétacés, allant du grand cachalot au dauphin à long bec, ont été observés transportant le cadavre d’un proche. 


«Ces animaux font leur deuil ainsi. Ils souffrent et sont anxieux. Ils ont conscience que quelque chose ne tourne pas rond. C’est un comportement très fréquent et très répandu à travers le monde » - explique-t-elle.

En mer Rouge, des chercheurs ont pu observer un Grand dauphin de l’océan Indien poussant le corps en décomposition d’un dauphin plus petit, probablement une maman et son petit.


L’orque connue sous le nom de L72 a été vue au large des îles de San Juan, dans l’Etat de Washington, portant le corps de son bébé mort-né dans sa mâchoire.

«Elle essayait de garder son petit à la surface quasiment tout le temps, le balançant sur sa tête. Ce comportement est compréhensible lorsqu’on sait qu’une orque femelle passe sa vie avec ses petits» - Robin Baird 

L’an dernier, J35 (Tahlequah) a ému le monde entier alors qu’elle a porté le corps de son petit 17 jours durant, soutenue par les autres membres de sa tribu.

Dans les delphinariums, les mères sont séparées de leurs enfants qui sont envoyés dans d’autres delphinariums. 

À la douleur de leur vie de captive s’ajoute celle de la séparation, une douleur incommensurable avec laquelle mères et enfants sont obligés de vivre leur vie durant pour satisfaire les besoins de l’industrie de la captivité.

Traduction : C'est assez ! 


Crédit photos : See Through Canoe


Alec Baldwin s'en prend à SeaWorld

12 juin 2019

L'acteur américain exhorte SeaWorld d'arrêter d’exploiter des dauphins dans leurs spectacles et demande au parc marin de cesser de mettre leurs animaux, y compris les dauphins, dans une situation cruelle au nom du divertissement.


Alec Baldwin a participé le mercredi 12 juin à une réunion en ligne avec SeaWorld afin de sensibiliser les dirigeants de l’entreprise sur la question.

« Quand SeaWorld cessera-t-il d'autoriser les dresseurs à utiliser les dauphins comme planches de surf, de se tenir debout sur leur rostre pour des spectacles de cirque ? ».

L’intervention de Mr Baldwin est intervenue à peine un jour après que le Canada ait interdit la captivité des dauphins et des baleines partout dans le pays.


Les droits des animaux ne sont pas le seul enjeu sociétal pour lequel Alec Baldwin se bat. Il a appelé à l'action sur le changement climatique lors de sa visite aux Nations Unies (ONU) en avril dernier.

L'acteur âgé de 61 ans a animé un panel sur les menaces pesant sur les "défenseurs des forêts" lors de la réunion annuelle de l'Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones et a expliqué comment son engagement pour la préservation de la planète avait été suscitée lors de la conférence de Paris de 2015, qui avait alors adopté un accord révolutionnaire pour lutter contre le réchauffement climatique.


Il a déclaré: « Je reconnais, à l'instar de tous ceux qui y prêtent attention, que les peuples autochtones de cette planète sont aux premières lignes de la lutte pour la protection des forêts et qu'ils méritent et ont besoin de soutien et de la protection de la communauté internationale. »

« Il y a des choses que nous ne pouvons tout simplement pas imaginer qui peuvent arriver en termes d'approvisionnement alimentaire, de changement climatique, d'inondations dans les zones côtières des États-Unis et au-delà. Le temps est venu de faire certains sacrifices... afin que cette planète reste habitable pour les enfants d'aujourd'hui. »

Traduction : C’est assez ! 


Crédit photos : © Bang Showbiz/©dreamstime.com / Paul Brewster

Reprise de la chasse aux dauphins à Futo (Japon)

16 juin 2019

Le prix de la captivité !

Selon Life Investigation Agency (LIA), la coopérative des pêcheurs d’Ito à Futo (Préfecture de Shizuoka - Japon), envisage de reprendre ses chasses aux dauphins après 15 ans d’arrêt.


Dans un premier temps, les pêcheurs de la coopérative d'Ito se limiteront à la "capture de dauphins vivants" pour les spectacles et la reproduction dans les aquariums et delphinariums. Les chasses pour cette année seraient autorisées entre le 1er octobre et le 31 mars. Mais les pêcheurs sont également décidés à reprendre la chasse aux dauphins pour leur viande.


Selon les fonctionnaires, la coopérative de pêche a demandé à l'Agence de Pêche et à la préfecture de coopérer à la révision du manuel d'opération, qui servira de norme pour les drives. Actuellement, l'accent est mis sur les procédures d’abattage et de découpe de la viande. Mais la même coopérative de pêche, en consultation avec l'agence de la pêche et la préfecture, devrait changer son contenu pour le rendre compatible avec la capture de dauphins vivants.



En anticipant la demande de dauphins reproducteurs, la coopérative des pêcheurs de la coopérative d'Ito (Futo) voudrait passer d’une politique conventionnelle de capture pour l’alimentation à une politique de pêche pour capturer des dauphins en vue de leur vente pour les delphinariums. Selon eux, les captures de dauphins vivants sont moins critiquées que les captures de dauphins pour la viande, captures réputées pour leur violence et leur cruauté.

La chasse aux dauphins a toujours été autorisée à Futo et l'union des pêcheurs reçoit ses quotas de chasse tous les ans, et ce même si plus aucune chasse n'y a été recensée depuis 2005. Jusqu’à 10000 dauphins y étaient capturés chaque année. 


Mais, et comme c'est le cas à Taiji, de nombreux dauphins seront certainement tués pour leur viande, alors que les autres seront vendus aux delphinariums.

Lors de la dernière saison de chasse dans la baie de Taiji, 241 dauphins ont été capturés pour l'industrie de la captivité, 556 ont été massacrés pour leur viande.

Traduction : C'est assez ! 

Sources : 


Crédit photos : ©Life Investigation Agency (LIA) / ©Dolphin Project / ©Elsa Nature Conservancy

Little Grey et Little White : De la captivité à la Liberté

Le 19 juin 2019

Cargolux, une compagnie luxembourgeoise de fret participe ce mercredi au transport de deux bélugas entre la Chine et un sanctuaire marin au large de l'Islande.


De la captivité au premier sanctuaire en eau libre au monde pour les bélugas.

Les deux baleines blanches ont quitté la Chine pour l'Islande où elles sont arrivés aujourd'hui, avec le concours de Cargolux. Les cétacés, portant les noms «Little Grey» et «Little White», effectueront les quelque 6 000 kilomètres du voyage en camion, en avion et en ferry. Dans la zone protégée de l'achipel Westman, au sud de l'Islande, ils vivront dans un environnement naturel, a déclaré l'organisation environnementale Sea Life Trust.


Les deux bélugas ont passé la majeure partie de leur vie en captivité, dans un aquarium de Shanghai, où ils étaient dressés pour divertir le public. Leur arrivée en Islande coïncidera avec l'ouverture de la réserve de 32 000 km² créée par Sea Life Trust. D'autres baleines pourraient les rejoindre dans le futur.

Leur transport avait été envisagé à la mi-avril avant d'être reporté en raison du mauvais temps. «Little Grey» et «Little White» seront placés sur des civières sur mesure dans l’aquarium chinois puis placés dans des caisses de transport. Des camions les amèneront à l’aéroport puis un avion les transportera en Islande, où les attendront deux nouveaux camions.


Une fois en Islande, le voyage des bélugas n’est pas terminé. Elles seront transportés en camion, puis en Ferry pour les emmener vers l'île de Heimaey, située au sud du pays.

Arrivées au sanctuaire, les 2 jeunes femelles seront examinées pour vérifier qu'elles ont bien supporté le voyage.

[ Little Grey et Little White sont arrivées en Islande aux environs de 16 h, elles étaient en bonne condition physique, L'équipe de soins continuera d'évaluer leur bien-être alors qu'elles continuent dans leur voyage vers l'île de Heimaey - (Beluga Sanctuary) ]


Après avoir passé une demi-journée d’acclimatation, Little Grey et Little White pourront enfin nager librement dans la baie de Klettsvik, leur nouvelle maison.

Après 10 ans de captivité, 10 ans passés à effectuer des tours pour les visiteurs, les deux bélugas pourront enfin nager librement dans ce sanctuaire spécialement créé pour elles. Little Grey et Little White sont les premiers bélugas à être réintroduits dans leur habitat naturel, mais ce seront pas les dernières. Environ 300 bélugas sont maintenus en captivité dans le monde entier, et ce en dépit du fait que la captivité nuit aux bélugas et aux cétacés prisonniers de bassins en béton.

Sources : 

Lire également : 

Crédit photos : ©Sea Life Trust / ©Cargolux Airline International S.A.



mercredi 19 juin 2019

Japon - « Reprise » de la chasse commerciale à la baleine le 1er juillet.

10 juin 2019 

Le Japon se prépare à reprendre la chasse commerciale à la baleine le mois prochain, après 30 ans d’arrêt (du moins sur le papier) alors que le pays s’est retiré de la Commission baleinière internationale en décembre 2018. Une décision qui avait suscité de nombreuses critiques de la communauté internationale.


Dans les faits, le Japon n’a jamais arrêté la chasse commerciale à la baleine, il profitait d’une faille juridique du moratoire qui autorisait cette chasse à des fins scientifiques.

Une flotte de cinq navires partira du port d'Abashiro, dans la ville Kushiro (Île d’Hokkaido), le 1er juillet, à l'issue d'une cérémonie officielle, une chasse à la baleine qui se poursuivra jusqu’à l’automne.

Les navires baleiniers appartiennent à six opérateurs de chasse à la baleine de tout le pays, qui se sépareront pour chasser la baleine dans différents endroits de la zone économique exclusive du Japon, mais ils ne chasseront plus dans les eaux de l’Antarctique et de l’hémisphère sud. 


La mission baleinière du mois prochain devrait cibler plusieurs espèces de baleines, dont la baleine à bec (Bérardie de Baird) durant les mois d’été, suivie de la chasse au petit rorqual dans les eaux septentrionales jusqu’en octobre.

Ce sera la première fois depuis plus de trois décennies que le Japon pratique la chasse commerciale à la baleine, après l’interruption de cette activité en 1988, conformément au moratoire adopté par la Commission internationale de la chasse à la baleine six ans plus tôt.

Au cours des dernières décennies, le Japon a poursuivi ses missions de chasse à la baleine sous couvert de "recherche scientifique", bien que de cette activité ait été largement condamnée par les opposants et considérée comme un prétexte pour couvrir la chasse à la baleine à des fins commerciales.

Le Japon milite depuis de longues années pour la reprise de la chasse commerciale à la baleine, affirmant que la plupart des espèces de baleines ne sont pas menacées, soulignant l’importance de la consommation de la viande de baleine pour sa culture, une tradition profondément enracinée dans la culture nippone.


Selon les données du gouvernement citées par Kyodo News, environ 200 000 tonnes de viande de baleine étaient consommées chaque année au Japon. Ce chiffre serait tombé à environ 5 000 tonnes ces dernières années.

Certains acteurs du secteur de la chasse à la baleine s’interrogent sur la rentabilité financière de la reprise de la chasse commerciale à la baleine, l'appétit pour la consommation de la viande de baleine ayant diminué.

Les circonscriptions d'un certain nombre de personnalités politiques japonaises de haut rang abritent des communautés baleinières, y compris la circonscription électorale du Premier ministre Shinzo Abe, dont la ville de Shimonoseki, est un bastion de la chasse à la baleine et le port d’attache des baleiniers qui partaient pour l’Antarctique.

À l'heure actuelle, on ignore combien de baleines la flotte compte tuer.

Le Japon, l'Islande et la Norvège sont les seuls pays à conserver cette pratique barbare à des fins commerciales.

Traduction : C'est assez !

Sources : 

Crédit photos : ©Getty / ©AP 

Grèce - Le premier sanctuaire pour les dauphins sauvés de la captivité ouvre sur l’île de Lipsi

Article  ERT paru le 13 juin 2019

Le premier sanctuaire permanent au monde pour les dauphins sauvés de la captivité a été fondé par l’Archipelagos Institute of Marine Conservation.


Le sanctuaire est situé dans une magnifique petite baie au nord de l’île de Lipsi. Son objectif est d’offrir un refuge aux dauphins piégés, blessés et qui, avant étaient en captivité, dans le cadre de l’initiative visant à mettre un fin à l’exploitation des dauphins dans les zoos au monde entier.

Nous avons décidé de créer le premier sanctuaire de la vie marine au monde en Mer Égée, désireux d’atteindre un objectif ambitieux tout en respectant l’héritage culturel grec, en tant que premier pays à les protéger par la loi il y a plus de 2500 ans!”, explique la directrice de l’Institut Anastasia Miliou.


L’exploitation des dauphins à des fins commerciales et pour le divertissement pour enfants et adultes est attaquée par des organisations environnementales du monde entier. Cependant, le droit international interdit la libération des dauphins en pleine mer. L’Institut a décidé de proposer une solution. Après des études approfondies, l’institut a choisi le golfe étroit de Vroulias pour créer un sanctuaire où les dauphins captifs pouvaient être transportés. Sous surveillance et dans un environnement sécurisé, les dauphins seront en mesure de récupérer leur instinct de chasseur afin d’être relâchés dans leur environnement naturel.


“Aujourd’hui, il y a 2 913 dauphins en captivité au monde. Nous voulons qu’ils soient liberés, car il est scientifiquement prouvé qu’ils ont un haut degré d’intelligence et qu’ils souffrent en captivité”, explique Mme Miliou, soulignant que le sanctuaire in Lipsi servira de prototype, dans l’optique d’en développer d’autres dans tous les coins de la planète “.


Crédit photos : ©Archipelagos Institute of Marine Conservation.


mardi 11 juin 2019

Le Canada adopte une loi pour interdire la captivité de baleines et de dauphins

UNE VICTOIRE HISTORIQUE !

Lundi 10 juin 2019 , les parlementaires canadiens ont validé un projet de loi interdisant la captivité et l'élevage de cétacés comme les baleines ou les dauphins

Le projet de loi S-203, qui nécessite encore l'approbation royale symbolique, interdit la reproduction, l'importation, l'exportation et la capture vivante de baleines, dauphins et marsouins partout au Canada. Il interdit également l’importation et l’exportation de leurs embryons et spermatozoïdes.


Ce projet de loi, présenté pour la première fois en 2015, a fait face à de nombreux obstacles et revers tout au long de ces années. L'Opposition a tenté à plusieurs reprises de faire capoter cette loi.

Malgré tous ces obstacles, c’est fait, le Canada interdit la captivité des cétacés !


Rebecca Aldworth, directrice générale de HSI/Canada, a déclaré : 

« L'adoption du projet de loi S-203 marque un tournant décisif dans la protection des animaux marins et représente une victoire pour tous les Canadiens. Les baleines et les dauphins n'ont pas leur place dans des bassins. Les souffrances endurées par ces animaux très sociaux et intelligents en confinement intensif ne peuvent plus être tolérées. Nous tenons à féliciter les parrains de ce projet de loi et le gouvernement canadien qui a joué un rôle déterminant en s’appuyant sur l’opinion publique et les solides preuves scientifiques liées à cette question cruciale. »

Elizabeth May, chef du Parti vert et députée de Saanich/Gulf Islands, a déclaré : 
« Les Canadiens se sont clairement prononcés, ils souhaitent que la pratique cruelle consistant à retenir les baleines et les dauphins en captivité soit interdite. L’adoption du projet de loi S-203 permet de nous assurer que cette mesure se concrétise. »


Le sénateur Wilfred Moore, parrain du projet de loi, a déclaré : 

« Nous avons l'obligation morale de mettre fin à la capture et au confinement des cétacés à des fins commerciales ou récréatives. Les Canadiens nous demandent de faire mieux - et nous les avons écoutés. »

Hal Whitehead, un éminent spécialiste des sciences de la mer, a ajouté : 

« Les conditions de vie des mammifères marins en captivité ne sont pas comparables à celles de leur environnement marin naturel, que ce soit en termes de superficie ou de qualité. Nous remercions le gouvernement fédéral et tous ceux qui ont contribué à l'adoption du projet de loi S-203, alors que nos lois reflètent enfin les valeurs du peuple canadien et mettent fin à cette pratique cruelle. »


Cette loi ne sera pas rétroactive, les cétacés actuellement en captivité le resteront. Certaines exceptions s'appliqueront notamment dans le cas d'animaux nécessitant une réhabilitation à la suite d'une blessure ou dans le cas d'une autorisation fournie par les autorités.

2 établissements détiennent encore des cétacés au Canada, l'aquarium de Vancouver et le Marineland de Niagara Falls. Ces 2 delphinariums ne seront plus en mesure d'élever ou d'importer de nouveaux cétacés au sein de leurs établissements.

"Nous espérons que d'autres pays suivront maintenant l'exemple du Canada et que les agences de voyages se rendront compte de la baisse d'acceptation (sociale) de ce type d'attractions", a déclaré l'ONG Humane Society International/Canada

Il est temps pour la France de faire de même et de reléguer la captivité des cétacés au passé !



Crédit photos : ©Humane Society International/Canada - ©Humane Canada 

mardi 4 juin 2019

Spirtle, une guérison miraculeuse...et un bébé !

Par Martin Hannan - 27 mai 2019

Après avoir frôlé la mort, Spirtle a retrouvé un second souffle et mène son propre groupe de dauphins au large de l’Irlande, à des centaines de kilomètres de son domicile d'origine, et il semblerait qu’elle soit maman !


Spirtle, un dauphin Tursiops, s’était échoué le 29 mai 2016 sur une plage écossaise. 

Elle était sévèrement déshydratée et souffrait d’importantes brûlures dues au soleil après être restée plus de 24 h hors de l’eau. 


Après intervention, les secours avaient décidé de la remettre à l'eau.


Suivie par les chercheurs de l’université d’Aberdeen, l’équipe a pu constater que Spirtle avait non seulement survécu, mais qu’elle avait bien guéri de ses blessures durant les 2 mois qui avaient suivi son échouage. Malgré tout, pour ces derniers, l’animal était encore faible et ils n’étaient pas sûrs qu’elle passerait l’hiver.

Elle avait été vue une autre fois le 14 juillet 2016. Depuis lors, elle est observée régulièrement chaque été, sa plaie cicatrisant progressivement. Elle a été vue également en septembre 2018 visiblement en bonne santé.


Le 14 mai dernier, Spirtle a été observée au sud de Dublin et dans la région de North Wicklow, elle était accompagnée d’un groupe de grands dauphins.

Cairbre O Ciardha a pris quelques photos de l’animal, et les a envoyé à Barbara Cheney de l'Université d'Aberdeen. Celle-ci a confirmé qu’il s’agissait bien de Spirtle.

« Elle a vraisemblablement une fille et est probablement à la tête de son groupe », rapporte le Irish Whale and Dolphin Group (IWDG).

[ Traduction : C'est assez ! ]

Crédit photos : 
©Cairbre Ó Ciardha-IWDG 
©CetaceanResearch&RescueUnit 
©Lorraine Culloch




Une orque blanche aperçue au large de l’île de Vancouver

Par Alexa Huffmanon - 29 mai 2019

Le Vancouver Island Whale Watch, entreprise basée à Nanaimo, a publié mardi la photo d’une jeune orque observée près de Dodds Narrows. L’orque fait partie de la famille des orques de Bigg T46B qui voyagent de l’État de Washington à l’Alaska.

C’est durant expédition touristique que les membres d’équipage et les touristes présents sur le bateau ont observé une orque blanche au large de Nanaimo, sur l'île de Vancouver.


Le capitaine Mike Campbell, de Vancouver Island Whale Watch, a déclaré que l’orque avait été vue pour la première fois par Val Watson, un naturaliste.
«Au début, je pensais que c’était une erreur quand Val est revenu et qu’il a dit qu’il y avait une orque blanche. Pour moi, il semblait blanc avec la lumière », a déclaré Campbell.

Jared Towers, chercheur spécialiste des orques à Pêches et Océans Canada, a déclaré que l’orque était née à l'automne dernier, entre septembre et fin novembre.

«À ce moment-là, nous n’avons pas eu assez de photos pour nous assurer que la peau de cette orque était beaucoup moins sombre que celle d’une orque ordinaire. Il a donc fallu attendre le 17 mai pour que cet épaulard soit photographié et, à ce moment-là, nous avons réalisé qu’il était blanc » a déclaré Towers.



Towers a déclaré que l’orque souffrait probablement de leucisme, une perte partielle de pigmentation.

Le naturaliste marin Brendon Bissonnette de Eagle Wing Whale Watching Tours, a pris une photo magnifiquement détaillée du bébé orque " blanc " .
Ce petit est âgé d'environ 6 mois, il a été nommé Kanaka (t046b1b). Le bébé a fait surface juste à côté de sa maman, Tread (t046b1). 


"Si vous regardez les photos, vous pouvez voir que l'animal a toujours les taches oculaires et des détails de la selle qui sont clairs, mais toutes les autres parties de son corps qui sont supposées être noires ont une couleur grisâtre, il est donc exclu que cet animal soit un vrai albinos », a déclaré Towers.

«Les albinos sont généralement tous blancs et, en plus, ils n’ont pas de pigmentation oculaire.»

Towers a ajouté qu'il était possible que l’orque soit atteinte du syndrome de Chediak-Higashi, une maladie génétique qui provoque un albinisme partiel ainsi que de nombreuses complications médicales dues à un système immunitaire déficient, mais il conviendrait de l'examiner plus en détail.


Selon Towers, des orques blanches ont été recensées en Colombie-Britannique. depuis environ 100 ans. C'est la quatrième orque blanche observée depuis 1924.
«Certains épaulards que nous avons vus au fil des ans, ici en Colombie-Britannique, sont nés comme cet individu, avec une couleur assez laiteuse et au fil du temps, en grandissant, ils perdent cette couleur et deviennent noirs et blancs comme des épaulards normaux », a déclaré Towers.

"Tous les épaulards blancs que nous avons vus dans cette partie du monde sont tous des orques de Bigg."

Les orques de Bigg sont également appelées orques « transientes » ou « vagabondes ». Ils se nourrissent principalement de mammifères marins et de calmars.

Towers a déclaré que les chercheurs continueraient à surveiller cette orque blanche en prenant des photos.

[ Traduction : C’est assez ! ]

Crédits photos : ©Vancouver Island Whale Watch / ©Brendon Bissonnette