Orques résidentes du Sud - Bébé Tofino va mal !

Tofino (J56), fille et 2è enfant de Tsuchi (J31), est née en mai 2019 au sein du pod J.

Les chercheurs de l’ONG SR3 (SeaLife Response, Rehabilitation and Research) observent Tofino depuis l'été 2020, ils avaient remarqué une perte de masse corporelle et une couleur de peau plus pâle, un état qui s’est depuis aggravé.

L 'état de Tofino est actuellement qualifié de « mauvais », ce qui signifie qu'elle présente un risque élevé de décès.

L'équipe de SR3 a alerté le Washington Department of Fish , qui dans le cadre de la nouvelle réglementation sur l’observation des baleines adoptée par l’Etat de Washington en 2020, a mis en place des mesures supplémentaire pour garantir à Tofino et son groupe familial les meilleures chances de réussite pour se nourrir. 

Le WDFW a confirmé les observations de l’ONG SR3 et a invoqué jeudi une règle d'urgence exigeant que les excursions commerciales d'observation des baleines se tiennent à une distance d'au moins un demi-mille nautique (soit 900 m) du bébé ou de sa famille, si elle est avec eux.

L'objectif de cette règle est de veiller à ce que la survie du bébé ne soit pas entravée par les bateaux, qui peuvent perturber les orques et rendre plus difficile leur chasse au saumon par les clics d'écholocation. Le bruit et les perturbations causés par les bateaux les empêchent d'entendre et obligent les orques à élever la voix pour communiquer, ce qui peut leur faire perdre beaucoup d’énergie. 

Les 3 causes du déclin des orques résidentes du Sud sont : le manque de saumon Chinook, leur nourriture préférée ; la pollution ; et le bruit et les perturbations causés par les bateaux.

En tant que jeune femelle, Tofino (J56) est importante pour la capacité de reproduction de cette population en danger. 

« De nombreux partenaires travaillent ensemble pour faire face à toutes les menaces qui pèsent sur les orques. Nous savons que le fait d'avoir suffisamment de proies et l'impact des navires sont liés et la science nous dit que les orques chassent avec plus de succès lorsqu'elles ont suffisamment d'espace et de calme pour les trouver », a déclaré Lynne Barre, coordinatrice du rétablissement des pêcheries de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) pour les résidentes du sud.

Les résultats des recherches publiés par la NOAA Fisheries plus tôt cette année indiquent que les orques femelles abandonnent souvent leur quête de nourriture lorsque les bateaux s'approchent à moins de 400 mètres. 

Ce phénomène est particulièrement préoccupant chez les femelles enceintes ou allaitantes qui doivent subvenir aux besoins de leurs petits.

On sait que le groupe de Tofino (J56) se trouve actuellement dans les eaux de l'État de Washington et les agents de contrôle des pêches du WDFW et de la NOAA effectueront des patrouilles pour aider à faire respecter la réglementation sur la protection des orques, a déclaré le WDFW.

« La nouvelle de l'aggravation de l'état de santé de Tofino ne fait que souligner la déchirante vérité que les orques résidentes du Sud sont en difficulté », a déclaré Kelly Susewind, directrice du WDFW. 

« La perte d'un seul jeune individu dans cette population est trop importante. En respectant la réglementation Be Whale Wise, les plaisanciers peuvent contribuer à donner une chance à Tofino. »

Les orques résidentes du Sud viennent récemment de subir la perte de Cappuccino (K21), le plus vieux des mâles des résidentes du sud. Il a été vu sévèrement émacié le 29 juillet dernier et n'a pas été revu depuis. Il est présumé mort, ce qui porte la population totale des orques résidentes du Sud, une espèce en danger d’extinction, à seulement 74 individus.

Lire également : 

Les navires à proximité des orques résidentes du Sud les empêcherait de s’alimenter, en particulier pour les femelles.

- Nouvelles restrictions pour le whale Watching afin de mieux protéger les orques du sud

Traduction : C'est assez ! 

Source : Seattle Times