Loi Animaux - Interpellez votre Sénateur !

Le 30 septembre et le 1er octobre, le Sénat va enfin débattre du projet de loi visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale.

Mais il y a urgence ! 

La rapporteure du texte, Mme Anne Chain-Larché est à l'origine d'un incroyable retour en arrière avec des amendements qui mettent en péril la volonté de Mme Pompili de mettre un terme à la captivité des cétacés.

Nous avons besoin de vous et de votre mobilisation !

Nous vous proposons d’interpeller votre Sénateur en lui envoyant un e-mail type, que vous pouvez personnaliser si vous le souhaitez.

COMMENT AGIR 

ÉTAPE 1 : Trouvez votre Sénateur 

Rendez-vous sur le site : http://quisontvossenateurs.senat.fr/#/?_k=j3tsf7 et trouvez votre Sénateur.

ÉTAPE 2 : Récupérez son adresse e-mail

Rendez-vous ici : https://www.senat.fr/senateurs/senatl.html et cliquez sur le nom de votre Sénateur. Son adresse e-mail sera indiquée.

Ou plus simple, une fois que vous avez trouvé son nom, saisissez son adresse manuellement : [1ere lettre du prénom].[nom]@senat.fr




ÉTAPE 3 : Envoyez un e-mail

Rendez-vous sur votre boîte mail.

Inscrivez l’adresse de votre Sénateur ainsi que celle de la rapporteure du texte, Anne Chain Larché (a.chain-larche@senat.fr) dans les destinataires et copiez-collez l'objet et le texte ci-dessous (vous pouvez personnaliser), puis envoyez !

Objet : Projet de loi visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale – Captivité des cétacés 

Mme la Sénatrice / M. le Sénateur,

La France s’apprête à s’engager concrètement dans la lutte contre la maltraitance animale. Le projet de loi que vous discuterez le 30 septembre et le 1er octobre prochains répond à de grandes attentes des Français.

Sur la question des delphinariums, les Français sont unanimes : 7 Français sur 10 sont opposés à la captivité des cétacés à des fins de divertissement et 86 % de nos concitoyens pensent que le gouvernement devrait au contraire encourager et accompagner la création de sanctuaires ou refuges marins pour accueillir ces cétacés captifs et les réhabituer à la vie sauvage (sondage IFOP, 12 novembre 2018).

En tant que citoyen soucieux de voir la France rejoindre la liste des pays ayant interdit les delphinariums sur leur territoire, je vous prie de bien vouloir voter ce projet de loi ambitieux sans le vider de sa substance.

Je vous remercie par avance et vous adresse mes sincères salutations.

Merci pour votre participation !

Dernier article en date

Islande : Observer les cétacés de manière respectueuse