Le défi de la réhabilitation des dauphins, après une vie en delphinarium

Un article de Mathilde Gérard et Marina Rafenberg (Athènes, correspondance) paru dans Le Monde le 30 septembre 2021

Des projets de « sanctuaires » en mer sont à l’étude en Europe, mais se heurtent à des lourdeurs administratives. L’enjeu est d’offrir une « retraite » à des dauphins, à défaut de leur faire retrouver une liberté totale. 


C’est un des aspects les plus débattus de la proposition de loi contre les maltraitances animales, votée fin janvier à l’Assemblée nationale, et qui est examinée les 30 septembre et 1er octobre au Sénat : si les spectacles de dauphins et d’orques étaient interdits en France, comme l’avait annoncé en septembre 2020 la ministre de la transition écologique, Barbara Pompili, qu’adviendrait-il des cétacés concernés – soit vingt et un dauphins et quatre orques, répartis entre Marineland à Antibes (Alpes-Maritimes) et Planète sauvage à Port-Saint-Père (Loire-Atlantique) ? 

Tout le monde en convient, après une vie en bassin, nourri par des soigneurs, aucun dauphin ou orque ne saurait retrouver d’emblée la vie en liberté. 

Le sort des dauphins du parc Astérix, qui a annoncé en janvier l’arrêt de ses spectacles et les a renvoyés vers d’autres parcs européens, ne satisfait personne. 

Si pour les delphinariums le manque d’alternatives justifie la poursuite de leur activité, des associations estiment que, au contraire, des programmes de réhabilitation progressive en pleine mer sont possibles. 
Sanctuaire lové dans une baie 

Les quelques expériences menées à ce jour l’ont été principalement avec des animaux nés dans la nature avant d’être capturés, et qui ont gardé des réflexes de leur état de liberté. 

En Indonésie notamment, l’ancien soigneur Ric O’Barry, connu pour avoir dressé les cétacés de la série Flipper le dauphin et désormais militant anti-captivité, a monté un sanctuaire à Bali, qui accueille trois dauphins, dans des espaces clôturés de diverses tailles, où les soigneurs essaient de leur réapprendre à se nourrir par eux-mêmes. Leur espoir est de pouvoir un jour les remettre en liberté, mais le processus reste long et incertain selon les individus. 


Les cétacés présents dans les parcs français, eux, sont tous nés en captivité. 

« Aucun des dauphins en France ne pourrait retrouver les océans librement, assure Christine Grandjean, présidente de l’association C’est assez. Mais dans un sanctuaire marin, ils pourraient retrouver des comportements proches de leur espèce. » 

Pour la militante, un encadrement humain par des soigneurs et vétérinaires reste indispensable pour tout projet de sanctuaire, dont le fonctionnement s’apparenterait à celui d’un parc, mais en pleine mer « et sans spectacle », insiste-t-elle. 

Plusieurs projets sont étudiés en Europe, mais ils se heurtent à de fortes complexités administratives. 

L’initiative la plus avancée est celle de l’île grecque de Lipsi, dans l’archipel du Dodécanèse, qui ambitionne d’accueillir jusqu’à dix dauphins à partir de 2022. 


« Il nous a fallu plus de six ans de recherches pour trouver l’endroit adapté », explique Anastasia Miliou, directrice scientifique de l’ONG grecque Archipelagos. 

C’est dans la baie de Vroulia, au nord-ouest de l’île, que l’institut de conservation marine a jeté son dévolu. Classé Natura 2000, le lieu a été choisi en raison de la température idéale et de la qualité de l’eau, de son isolement (peu de présence humaine, et peu de pollution sonore ou lumineuse). 

Beaucoup de bureaucratie 

Le sanctuaire est protégé des vagues et dispose d’une pente douce offrant une section peu profonde, parfaite pour la rééducation, et des zones allant jusqu’à 40 mètres de profondeur. Pour atteindre la baie de Vroulia, il n’y avait pas de route. Le site n’était pas relié au réseau d’électricité et ne disposait pas de l’eau courante. Des travaux importants ont donc été entrepris il y a plus de deux ans pour créer les infrastructures. 

« Pour l’instant, seul le centre de recherche fonctionne, mais la clinique vétérinaire pourra accueillir bientôt tous les animaux marins blessés de la région et nous espérons pouvoir ouvrir comme refuge début 2022 », précise Anastasia Miliou. Plusieurs obstacles ont entravé le processus. 


« Il n’y avait jusqu’à présent pas de cadre juridique en Europe pour ce type de sanctuaire », souligne la scientifique. La principale difficulté reste notamment d’obtenir l’autorisation de fermer le bras de mer concerné, ce qui est interdit par la loi littorale grecque.

Le ministre adjoint de l’environnement, Giorgos Amyras, explique étudier deux scénarios pour contourner cet obstacle : « Soit désigner la baie de Vroulia comme réserve pour la faune sauvage, soit l’intégrer au régime strict de la protection maritime en raison de sa richesse extrêmement importante. » 

« Il y a malheureusement beaucoup de bureaucratie, mais nous sommes en train d’obtenir les autorisations les unes après les autres », assure le maire de Lipsi, Fotis Maggos, qui se réjouit de l’intérêt pour ce sanctuaire : « Des étudiants, des chercheurs sont venus du monde entier, et même la reine Sofia d’Espagne cet été ! » Le coût de la première phase du programme, pour obtenir les licences et construire la clinique vétérinaire, a été évalué à environ 600 000 euros. 

« Beaucoup de marketing » 

Au sein des delphinariums français, on se montre dubitatif, en rappelant que les cétacés ne sont pas leur propriété, mais celle d’un programme européen qui supervise la reproduction et la répartition des quelque 265 dauphins dans les zoos du continent. 

« Il va falloir décrire très sérieusement les conditions d’hébergement dans ces enclos marins et leur imposer les mêmes exigences que pour les parcs zoologiques », avertit le président de Marineland, Pascal Picot. 

Pour Martin Böye, directeur scientifique de Planète sauvage, « il y a beaucoup de marketing autour de ces projets de sanctuaires, mais quelles données a-t-on sur l’état de santé des animaux placés ? ». 

M. Böye conteste la position des associations, selon lesquelles la vie en mer serait préférable pour ces cétacés. 

« Il y a un présupposé que ces dauphins ne seraient pas bien dans nos structures, poursuit le biologiste. On doit sans arrêt se justifier, mais nos parcs permettent d’étudier le comportement des dauphins, de comprendre leur perception de l’environnement et leur communication. Il y a notamment un enjeu pour éviter qu’à l’état sauvage ils se retrouvent pris dans des filets de pêche et échoués sur nos plages. » 

Mais pour les associations, l’enjeu va au-delà : faire en sorte que la génération actuelle de quelque 3 000 dauphins captifs dans le monde soit la dernière ; qu’ils soient étudiés et observés, mais à bonne distance et sans exercice imposé par l’homme ; et que la plupart de ces mammifères puissent connaître une retraite dans un espace naturel, avec des algues, des poissons, des vagues… 

Photos : 
- Aquarium de Gênes (en Ligurie), en Italie, le 22 mai 2020 Crédit photo : ©Marco Bertorello/AFP 
- Bali Dolphin Sanctuary - ©DolphinProject
- Sanctuaire de Lipsi - ©Archipelagos - Institute of Marine Conservation


Crédit vidéo : ©Archipelagos - Institute of Marine Conservation


Dernier article en date

LA CRUAUTÉ DE LA PRIVATION SENSORIELLE