Les orques résidentes du Sud ne sont pas portées aussi bien depuis une décennie !

C'était une orque, c’était une mère dont le monde entier a partagé la douleur alors qu'elle refusait de lâcher le corps de son bébé décédé. 

Tahlequah  (J35) a mis au premier plan le risque d'extinction qui menace les orques résidents du Sud qui fréquentent les eaux Puget Sound. Elles ne sont plus que 75

A l’été 2018,Tahlequah 17 jours durant sur plus  de 1000 miles, ne pouvant se résoudre à le laisser partir, dans ce que beaucoup ont interprété comme étant une façon pour elle de faire son deuil. 

Il est possible qu'elle n'ait jamais voulu lâché son bébé ; quand il a été photographié pour la dernière fois par les scientifiques du Center for Whale Research, le bébé était dans un état de composition avancé. 

Mais aujourd’hui, il y a lieu de faire preuve d'un optimisme prudent pour certaines des mères les plus célèbres de ce groupe dont dépend l'avenir de cette population d'orques si fragile. 

Tahlequah et Phoenix

Depuis que Tahlequah a perdu son bébé qui n'a survécu qu'une demi-heure, elle a mis au monde un autre petit, Phoenix (J57), un mâle né en septembre 2020 - et il est toujours aussi vigoureux. Deux autres bébés sont également nés au sein du pod J, Tofino (J56), fille de Tsuchi (J31), née en 2019, et Crescent (J58), une petite femelle née en 2020, fille d’Eclipse (J41). 

Tofino

« Il y a des signes d'optimisme, car au cours des dernières années, le pod J n‘a jamais été aussi bien »,  a déclaré John Durban, professeur à l'Oregon State University. 

Il est également associé de recherche dans un projet de surveillance de la santé des orques dirigé par Holly Fearnbach de SR3, une ONG de recherches scientifiques et de sauvetage des mammifères marins.

À l'aide d'un drone volant à plus de 100 pieds (env. 30) au-dessus des orques, ils prennent des photos pour documenter l'état corporel des orques. Et dernièrement, ils on pu constater qu’il y a des signes d’améliorations au sein du Pod J. 

« Il y a de l'espoir dans nos images », a déclaré Durban. « Mais si cette population reste fragile. »

En 2015, nous célébrions un baby-boom dans la populaiton des orques résidentes du Sud. Il y eut 5 naissances, mais malheureusement, 3 de ces bébés et 2 mères sont décédés par la suite. 

À l'été 2018, Scarlett (J50), âgée de moins de 4 ans, souffrante, dépérissait sous nos yeux. 

Scarlet

Le gouvernement fédéral avait alors organisé une intervention d'urgence afin de nourrir la jeune orque avec du saumon quinnat vivant, enrichi de médicaments. Scarlet est malheureusement décédée en septembre 2018, alors que Tahlequah ne quittait pas son bébé mort.  

Mais depuis, il y a des raisons de se réjouir car en plus des trois bébés nés au sein du pod J, il y eu des naissances au sein du Pod L. 

En janvier 2019, Matia (L77) donnait naissance à une petite femelle nommée Whistle (L124), et Surprise (L86) était vue avec un nouveau né, L125, à ses côtés en février 2021. 

L125 et Surprise (L86)

Comme chez de nombreux autres animaux, y compris les humains, les orques résidentes du Sud donnent la priorité à la famille. 

Ce sont des sociétés matriarcales, les groupes étant dirigées par les grands-mères et les mères.

Chaque naissance est porteuse d’espoirs,  mais aussi d’inquiétudes, car les mères traversent le moment le plus délicat et le plus risquée de leur vie :  porter le bébé, le mettre au monde et l’allaiter. 

Une recherche menée par Sam Wasser du  Center for Conservation Biology de l'Université de Washington a révélé que les deux tiers des grossesses des orques résidentes du Sud n’arrivent pas à terme, notamment en raison du stress nutritionnel.

Les résidentes du sud se nourrissent principalement de saumon quinnat, une population elle aussi en déclin dans toute leur aire d'alimentation.

Mais le partage ne s'arrête jamais; les mamans orques prennent soin de leurs jeunes tout au long de leur vie.

Lorsque les orques mâles adultes perdent leur mère, leurs propres chances de survie sont réduites. 

« Il a un plus risque élevé de mortalité, même dans la fleur de l'âge », a déclaré John Durban. « Certains de ces problèmes peuvent être dus à un choc émotionnel, mais également au soutien de leurs mères dont ils dépendent entièrement. »

La société des orques est l'une des rares communautés animales sur Terre, au sein de laquelle les mères vivent durant des décennies après leurs années post-reproductions.

Les grands-mères orques jouent un rôle crucial au sein du Pod, et ce grâce à leurs connaissances des endroits où se trouvent les poissons, en particulier en temps de disette. 

Ocean Sun (L25) est la grand-mère orque la plus âgée au sein des orques résidentes du Sud. 

Ocean Sun

John Durban et Holly Fearnbach l'ont photographiée pour la dernière fois en septembre 2020. En 2019, elle a également été photographiée par des opérateurs de Whale Watching au sud de San Francisco, où elle avait emmené sa famille chasser le saumon quinnat.

Née vers 1928, Ocean Sun a appris de sa grand-mère les itinéraires des zones d’alimentation des résidentes du sud, à une époque où la plupart des nombreux grands barrages du nord-ouest n’étaient pas encore construits et que les rivières Columbia et Lower Snake coulaient encore librement - et lorsque le saumon étaient encore abondants dans le fleuve Sacramento en Californie.

Elle connaissait ces eaux plus propres, plus calmes et plus abondantes.

Ocean Sun, Tahlequah et les autres grands-mères et mères orques travaillent toujours pour nourrir leurs familles élargies, mais dans un monde qui a profondément changé.

Aujourd'hui, deux des populations les plus menacées et protégées par la National Oceanic and Atmospheric Administration sont les orques résidentes du Sud et le chinook, 2 populations liées dans une lutte pour leur survie.

Pourtant, il y a de l'espoir.

« Nous sommes encouragés par le fait qu'au cours des deux dernières années, le Pod J est, de manière générale, est en meilleure condition physique que durant la plus grande partie de la dernière décennie », a déclaré John Durban. « Nous espérons que cela continuera et que ces bébés pourront prospérer. »

Chaque naissance compte au sien de cette population au bord de l’extinction ! 

Traduction : C'est assez ! 

Source : Q13 Fox


Dernier article en date

3 orques résidentes du sud du pod J sont enceintes !