Soins maternels chez les bélugas

 Les bébés et les juvéniles restent très longtemps auprès de leur mère, même s’ils sont capables de s’alimenter par eux-mêmes. 

Chez les bélugas, le petit sera allaité pendant plus d’un an, mais reste près de sa Maman durant trois ans, parfois plus. 

Durant cette période, la mère et son enfant développent un lien fort, ce qui est essentiel à la survie du petit.

Si les mères prennent soin de leur progéniture, il arrive aussi que certaines femelles du groupe prennent le relais. 

Ces gardiennes peuvent être une sœur, une tante, une cousine ou encore une femelle qui ne fait pas partie de la famille. 

Les bélugas ont des noms spécifiques associés à certains stades de développement

Dans la première année de vie, les bélugas sont des veaux. On appelle « bleuvet » les jeunes d’un à deux ans, en référence à leur coloration gris bleuté. Les juvéniles plus âgés sont appelés « gris », jusqu’à ce que leur peau devienne complètement blanche vers 12 à 16 ans. 

Si sur cette photo, le petit a une peau plissée et tachée, c’est que, comme pour les adultes, les bélugas ont une mue saisonnière. Ils sont les seuls cétacés chez qui on peut observer une véritable mue.

Ils se rassemblent l’été dans les eaux peu profondes des estuaires ou à l’embouchure des rivières pour muer. 

Ils se frottent sur les fonds rocheux, vaseux et de sable pour décrocher les cellules mortes. Les eaux y sont plus chaudes et un peu moins salées que celle de la banquise de l’hiver en pleine mer: elle favorise le décollement des cellules et la reconstitution de l’épiderme. 

Note : On n’observe pas le même type de mue saisonnière chez le béluga du Saint-Laurent, qui semble renouveler les cellules de son épiderme tout au long de l’année. Qu’il se trouve dans l’estuaire en été ou dans le golfe en hiver, il rencontre des eaux aux températures variant peu, autour de zéro degré Celcius.

Source : GREMM

Crédit photos : ©Gremm / ©Brian Skerry