La Norvège exhortée à abandonner ses plans pour capturer des baleines au nom de la recherche

La NOAH, la plus grande ONG norvégienne pour la défense des animaux, l'Animal Welfare Institute (AWI) et la WDC (Whale and Dolphin Conservation), exhortent l'Autorité norvégienne de la sécurité alimentaire (Mattilsynet) à révoquer son autorisation pour une expérience potentiellement cruelle et dangereuse sur des petits rorquals (Baleines de Minke)

Ce plan de recherche vise à utiliser des petits rorquals capturés au large de Vestvågøy dans les Iles Lofoten, au nord de la Norvège, pour étudier comment réagit le cerveau des baleines au bruit de l'océan.

Selon un permis délivré par Mattilsynet, ce projet devrait débuter le mois prochain, durer plusieurs semaines, pour reprendre en 2022. 

Un filet d’1,5 km de large sera utilisé pour rassembler des rorquals juvéniles en migration dans un enclos, les piégeant à l'intérieur. 

Les chercheurs forceront ensuite ces baleines à se déplacer dans une petite cage d'aquaculture modifiée en les fixant entre deux radeaux. Une fois les baleines prises au piège, les chercheurs tenteront de mesurer leurs ondes cérébrales pour déterminer comment elles réagiront au sonar naval et au bruit des explorations pétrolière et gazière. 

Les baleines pourraient être retenues captives durant quatre jours avant d'être relâchées. Le permis permet de capturer jusqu'à 12 baleines au cours de cette expérimentation.

« Ce projet de recherche est alarmant pour plusieurs raisons », a déclaré le Dr Siri Martinsen, vétérinaire de la NOAH.

« Nous sommes très préoccupés par le bien-être des baleines concernées, car ces circonstances sont susceptibles de leur causer du stress et peuvent même affecter leur santé. Il y a un risque important que les baleines paniquent une fois prises au piège, ce qui pourrait les amener à se battre, ou se débattre, et entraîner de graves blessures lorsqu’elles tenteront de fuir. »

Les chercheurs ont proposé de sédater les baleines qui montreront des signes de stress et d’aller même jusqu’à les étourdir en cas de situation d’urgence. 

« On sait peu de choses sur la sédation ou l’étourdissement des baleines et des dauphins sauvages, et c’est d’ailleurs rarement utilisé. Les données disponibles indiquent que la sédation des baleines à fanons dans la nature pourrait mettre leur vie en danger », a déclaré Vanesa Tossenberger, directrice des politiques de la WDC. 

«  Si un petit rorqual, même un jeune, réagit avec une grande force, cela pourrait également être extrêmement dangereux pour les chercheurs », a ajouté Susan Millward, directrice du programme marin de l’AWI. 

« Étant donné que les réactions des baleines peuvent être imprévisibles, nous pensons que ces chercheurs, en particulier ceux qui se trouveront dans l’eau, risquent de subir de graves blessures. Cela ne vaut tout simplement pas la peine de prendre un tel risque, en particulier lorsque les recherches existantes nous disent déjà comment les baleines sont affectées par le bruit des océans. »

Les ONGs sont également préoccupés par les répercussions possibles sur d’autres espèces, y compris les mammifères marins et les oiseaux de mer, qui pourraient s’empêtrer dans les filets utilisés pour boucler la zone de recherche.

Vous pouvez agir et envoyer un mail à Mattilsynet pour  leur demander l’annulation de ce projet potentiellement dangereux et cruel pour les baleines.

Traduction : C'est assez 

Source : Animal Welfare Institute 

Crédit photos : ©Baleines en direct