Les orques résidentes du Sud ont accueilli un nouveau bébé

Surprise (L86) est de nouveau maman ! 

Alors que les pods J, K et L remontaient le Colombie mercredi matin pour se retrouver à Swanson Channel, Ken Balcomb a confirmé que Surprise (L86) avait été vue avec un nouveau né à ses côtés. Le sexe du bébé, L125, n’est pas encore connu.

« La taille et la forme du bébé sont typiques d’un bébé en bonne santé. Il est si jeune, il n’a que quelques semaines, et a encore des plis fœtaux sur la peau. »

Il s’agit du premier né au sein du Pod L depuis janvier 2019.

Phoenix (J57), le bébé de Tahlequah (J35) et Crescent (J58), le petit d’Eclipse (J41), tous deux nés en 2020, ont également été vus ce mercredi. Tous 2 semblaient bien se porter.

« Cette naissance est une bonne chose pour Surprise qui était également la mère de Sooke (L112), tué par un traumatisme contondant en 2012 », a déclaré Ken Balcomb.Sooke, une petite femelle, était née en février 2009. 

Surprise a eu un autre bébé, L120, né début septembre 2014, porté disparu et déclaré mort le 17 octobre 2014. Son troisième enfant, Pooka (L106), né en 2005, nage toujours aux côtés de sa mère aujourd’hui. 

Surprise (L86) est âgée de 30 ans. Elle a été nommée ainsi car elle est née 14 ans après sa sœur aînée, Nugget (L55). 

« C’est tout simplement merveilleux de voir une nouvelle naissance si tôt dans l’année; c’est assez excitant », a déclaré Deborah Giles, chercheuse au Center for Conservation Biology de l’Université de Washington. « Cela vous donne de l’espoir pour les autres. »

Comme pour la naissance de Phoenix (J57), le bébé de Tahlequah, le 5 septembre 2020, les trois pods se sont réunis au moment de la mise au monde du bébé de Surprise. Chaque naissance au sein de cette population est bonne nouvelle et une lueur d’espoir pour cette population menacée d'extinction.

Longue vie au bébé de Surprise !

Malheureusement, Star (J46), qui était enceinte l’automne dernier, a perdu son bébé, a déclaré Holly Fearnbach, directrice de la recherche sur les mammifères marins chez SR3.

Holly Fearnbach et John Durban, scientifique chez Southall Environment Associates, l’ont photographiée à plusieurs reprises à l’aide d’un drone et, d’après leurs recherches, elle n’était plus enceinte en décembre 2020.

Note : Environ deux tiers de toutes les grossesses des orques résidentes du Sud n‘aboutissent pas, a déclaré Sam Wasser chercheur au Center for Conservation Biology de l'Université de Washington. Selon ses recherches, le stress causé par la faim due au manque de saumon est lié au faible succès de reproduction des orques.

Les orques résidentes du Sud luttent pour leur survie. Elles font face à 3 principales menaces qui pèsent sur elles : la diminution de leurs proies, et tout particulièrement le saumon quinnat, leur met préféré, les contaminants environnementaux et les perturbations acoustiques et physiques causées par les bateaux.

Traduction : C'est assez ! 

Source : Center for Whale Research / The Seattle Times

Crédit photos : ©Dave Ellifrit / Center for Whale Research - ©SR3


Dernier article en date

C’est une fille !