Baleines Bleues et bateaux - Quand chercher à manger devient un parcours de combattant !

Dans le golfe d’Ancud près du Chili, les baleines bleues paient le prix d’un trafic maritime important. 

Cette animation montre les difficultés d’une baleine bleue essayant d’esquiver des centaines de bateaux, principalement des navires de la flotte aquacole chilienne, tout en essayant de se nourrir, dans une zone où le trafic maritime est intense, entre le 22 mars et le 29 mars 2019. 

On peut y voir une forme bleue, représentant la baleine, qui zigzague difficilement entre des points orange représentant les navires qui circulent dans cette zone. Comme le montre cette visualisation, l’animal zigzague à un rythme effréné entre les navires en mouvement alors que le cétacé tente de se nourrir. 

L'animation fait partie d'une nouvelle étude détaillant les dangers posés aux baleines bleues par le trafic maritime dans l'une de leurs principales zones d'alimentation dans le Pacifique Sud. 

Les chercheurs ont découvert que les baleines bleues pouvaient y croiser jusqu'à 1000 navires par jour pendant les mois d'été, lorsque les animaux migrent vers cette région océanique pour nourrir et prendre soin de leurs baleineaux

Auparavant, les seules données disponibles sur les risques de collisions avec les baleines avec des navires dans la mer du nord de la Patagonie provenaient de récits de frappes effectives, parfois mortelles pour les baleines. 

Mais ces incidents ne sont souvent pas signalés aux autorités locales ou ne sont pas enregistrés : « Nous ne savons donc pas à quel point ce problème est grave », a déclaré Luis Bedriñana-Romano, l'auteur principal de l'étude, créateur de la visualisation des données et chercheur et doctorant. avec l'Université Austral du Chili (AUC) à Valdivia.

Au cours des 16 dernières années, des scientifiques de l'AUC et du Chile's Blue Whale Center ont collecté les données satellitaires de plus de 20 rorquals bleus portant des balises, suivant leurs itinéraires de migration et leur comportement alimentaire. 

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont analysé les données de mouvement des baleines ainsi que les données de trafic des navires. En utilisant les données de mouvement pour construire des modèles informatiques prédictifs, les chercheurs ont découvert que les baleines pouvaient esquiver jusqu'à 700 navires d'aquaculture - des navires utilisés pour le transport du personnel et des fournitures - et peut-être des centaines d'autres types de navires, sur une base quotidienne. 

Ces interactions ont eu lieu entre les eaux proches de Puerto Montt et dans la péninsule de Taitao au sud du Chili, où les baleines bleues se rassemblent habituellement pour se nourrir.

« Ce qui est important ici, c'est de montrer un aperçu de la densité des navires auxquels les baleines sont exposées », a déclaré Bedriñana-Romano à Live Science. Cependant, les données de suivi pour de nombreux bateaux de la région n'étaient pas disponibles pour les auteurs de l'étude. L'animation ne montre donc que les navires d'une seule flotte, et le nombre réel de bateaux que les baleines évitent durant un jour donné est probablement plus élevé.

« Nous savons que nous sous-estimons le risque », a déclaré Bedriñana-Romano. « Cependant, plus de 83% des navires analysés appartenaient à la flotte aquacole, nous savons donc que c'est la seule industrie qui façonne le trafic maritime dans la région. »

Traduction : C'est assez ! 

Source : Live Science





Dernier article en date

Islande : Observer les cétacés de manière respectueuse