Australie - Les spectacles de dauphins interdit en Nouvelle-Galles du Sud !

Il n’y aura plus de reproduction ou d’importation de dauphins captifs dans l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud après l’adoption de nouvelles réglementations. 

Cette nouvelle loi introduite aujourd’hui par Matt Kean, ministre de l'Environnement de Nouvelle-Galles du Sud, fait suite à enquête parlementaire sur les parcs marins et les cirques, et interdit les spectacles de dauphins dans l’Etat.              

Cette décision a été saluée par Emma Hurst, députée du Parti de la justice animale, vice-présidente du comité. Elle a déclarée que l'industrie est maintenant « effectivement morte et enterrée » en Nouvelle-Galles du Sud. 

« Après tant d'années à autoriser l'exploitation des cétacés, il est encourageant que la Nouvelle-Galles du Sud ait écouté les experts et la communauté, et rattrape enfin le mouvement mondial pour protéger ces animaux », a-t-elle poursuivi.

« Les jeux sont fait - ces animaux ne sont pas nés pour faire des spectacles. Ils n'existent pas pour notre divertissement. »

« Ils méritent une vie digne d'être vécue, et la Nouvelle-Galles du Sud  l'a reconnu avec cette nouvelle loi ».  

Le dernier delphinarium de Nouvelle-Galles du Sud « se réjouit »  de cette nouvelle réglementation. 

Le Dolphin Marine Conservation Park (DMCP), situé à Coffs Harbour, seul delphinarium de l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud,  abrite actuellement trois dauphins, Zippy, Bella et Jet, tous nés en captivité.

Terry Goodall, directeur général de DMCP, a déclaré qu'il n'avait « aucun problème » avec cette nouvelle réglementation car le parc n'avait pas l'intention d'importer ou de faire se reproduire des dauphins à l'avenir.

« Je suis assez satisfait de l’esprit de celle loi », a déclaré M. Goodall.

« Elle nous est clairement destinée, nous avons trois dauphins que nous ne pouvons pas relâcher que nous soignerons jusqu'à ce qu'ils meurent. »

« Ce sont de fantastiques ambassadeurs de leur espèce. »

M. Goodall a déclaré que le parc s'efforçait de déplacer leurs dauphins dans un sanctuaire marin et qu'il serait heureux de recevoir l'aide du gouvernement pour le faire.


Il a également déclaré qu'il espère que tout changement futur n'entravera pas leur capacité à héberger des dauphins qui sont blessés et ne pouvant pas être relâchés.

Cette nouvelle loi a été bien accueillie par les militants pour la liberté des dauphins du monde entier, dont Diane Fraleigh de l'Ontario Captive Animal Watch, un groupe qui a fait pression pour créer une législation similaire au Canada.

« Nous sommes fiers de ce que nous avons accompli et c'est fantastique de voir d'autres personnes protéger également les cétacés »,  a-t-elle déclaré 

« Nous accueillons la Nouvelle-Galles du Sud dans le giron de ceux qui se soucient vraiment de leurs baleines et dauphins. »

Ingrid Visser, spécialiste néo-zélandaise des cétacés, qui a contribué à l'enquête, a déclaré qu'elle souhaitait remercier tous ceux qui ont joué un rôle dans la législation, y compris le gouvernement, les ONG et le public.

« Ce sont des nouvelles incroyables ». 

« La Nouvelle-Galles du Sud  est maintenant du bon côté de l'histoire et entre en même temps dans l'histoire !»

Ric O’Barry, fondateur du Dolphin Project, a déclaré qu'il avait passé « beaucoup de temps et d'énergie » à faire campagne en Australie et que c’était une excellente nouvelle.  

« Cela fait longtemps», dit-il. « Je suis ravi par cette nouvelle. »

👉Sea World un parc marin australien situé sur la Gold Coast, dans l’État du Queensland ne sera pas directement concerné par cette décision.

C'est l'un des deux delphinariums en Australie.

L’association C’est assez ! se réjouit de cette nouvelle et espère que très bientôt la France rejoindra la liste des pays qui ont banni la captivité des cétacés. 

Note : En anglais, le terme « whale (baleine) » s’applique à peu près à toutes les cétacés de grande taille. 

Exemple : l’orque est appelé « killer whale » et le béluga, « beluga whale »






Dernier article en date

C’est une fille !