Les navires à proximité des orques résidentes du Sud les empêcherait de s’alimenter, en particulier pour les femelles.

13 janvier 2021 

Une étude révèle que les orques femelles abandonnent souvent la recherche de nourriture à l'approche des navires.


La circulation des bateaux à moins de 400 mètres des orques résidentes du Sud, une espèce en voie de disparition, inhibe leur recherche de nourriture, conduisant souvent les femelles à cesser complètement de se nourrir. C'est une conclusion clé d'une nouvelle étude de données recueillies grâce aux balises à ventouse qui suivent le mouvement des orques sous l'eau.

Des recherches antérieures ont observé le comportement en surface des orques en réponse aux navires, tandis que les balises permettent aux chercheurs de discerner leur comportement lors de plongées prolongées. Ces données montrent que le trafic des navires à proximité empêche leur recherche sous-marine de nourriture autant, voire plus que ce que les scientifiques ont précédemment documenté à la surface. Ces nouveaux résultats ont été publiés dans la revue  « Frontiers in Marine Science ». 


« Nous avons constaté un effet plus important chez les femelles, et cet effet était que le plus souvent elles abandonnaient la recherche de nourriture si les navires empiétaient sur elles », a déclaré la chercheuse Marla Holt au Northwest Fisheries Science Center de la NOAA Fisheries. L’étude a analysé le comportement des orques sur 3 ans. Elle incluait les années qui précédaient et suivaient la promulgation, en 2011, de règlements fédéraux limitant la distance à laquelle les navires peuvent s'approcher des orques dans les eaux intérieures de Washington.

L'effet démesuré du trafic maritime sur les orques femelles « pourrait avoir un effet domino sur la capacité de répondre à leurs besoins énergétiques pour soutenir leurs efforts de reproduction », ont rapporté les scientifiques. 

« Ceci est particulièrement préoccupant au sein d’une population en voie de disparition, population qui est de surcroît en déclin.  » 

Effets du trafic maritime

Deux des trois pods des orques résidentes du Sud passent souvent des hivers le long de la côte ouest, le troisième pod hivernant dans des parties plus éloignées de la mer des Salish. 

Tous les trois ont historiquement passé une grande partie de l'été à Puget Sound et dans la mer des Salish, où généralement le trafic maritime les accompagne. 

La surveillance des navires par le Soundwatch Boater Education Program du Whale Museum effectue régulièrement des dénombrements de navires autour des orques. Ils ont trouvé en moyenne 10 bateaux ou plus et parfois jusqu'à 80 navires (y compris des les bateaux de Whale Watching) en même temps autour des orques.

La réglementation actuelle de l'État de Washington exige que les bateayx restent à au moins 300 mètres de chaque côté des orques  et a au moins 400 mètres devant et derrière eux dans les eaux de l'État de Washington. 

La réglementation fédérale américaine oblige les navires à rester à au moins 200 mètres des orques dans les eaux intérieures de Washington. 

En 2017, un  enquête a révélé que la conformité pouvait être améliorée. 

À partir de l’enregistrement des balises, la nouvelle étude a analysé le mouvement et le son des orques sous l'eau. Les données ont révélé leurs états comportementaux, tels que la recherche de proies à l’aide du son et de la recherche de nourriture en profondeur.

Selon cette étude, lorsque les navires à proximité se rapprochaient à moins de 400 mètres, en moyenne, les orques mâles et femelles se nourrissaient moins. 

Les orques ont fait moins de plongées et ont passé moins de temps à la recherche de nourriture profonde qui implique la capture de saumons quinnat et d'autres espèces de saumons, cet effet impactant plus les femelles.


« Ces résultats suggèrent que les possibilités de recherche de nourriture en profondeur peuvent être améliorées lorsque les navires laissent aux orques, en particulier aux femelles, plus d'espace », ont écrit les chercheurs.

Les orques femelles peuvent peser quelques tonnes de moins que les mâles, elles n'ont donc pas la même capacité pour effectuer des plongées prolongées. Les femelles sont également plus susceptibles d'être associées à des orques plus petites et plus jeunes, y compris leur progéniture qui ont tendance à rester dans les eaux moins profondes. Cela leur laisse moins de marge de manœuvre en réponse au trafic maritime.

Ces nouveaux résultats peuvent aider les scientifiques à comprendre les découvertes précédentes démontrant que les orques mâles orques passaient plus de temps à se nourrir et à capturer plus de proies que les femelles », a déclaré Jennifer Tennessen, chercheuse au Northwest Fisheries Science Center qui a travaillé sur les deux études. 

« Double coup dur » pour les femelles

La capacité de plongée limitée des orques femelles et les effets plus prononcés des navires se combinent en une sorte de « double coup dur » pour les femelles, a déclaré Holt. Le trafic maritime peut également perturber le partage des proies, ce qui peut aider à maintenir les femelles en lactation avec des bébés qui ont des besoins énergétiques plus importants.

On ne sait pas exactement pourquoi les orques se nourrissent moins à l'approche des navires. 

« Le bruit des bateaux peut masquer les clics d'écholocalisation qu'ils utilisent pour trouver des proies, ou ils peuvent percevoir les navires comme une menace », a déclaré Holt. 

Les conséquences peuvent être plus graves pour les femelles enceintes ou allaitantes qui doivent soutenir leurs bébés.


C'est « particulièrement préoccupant » pour les orques résidentes du sud  qui sont en voie de disparition, et qui ne comptent désormais que 74 individus, ont déclaré les scientifiques. 

Les femelles n’ont des bébé que tous les 3 à 7 ans et la reproduction est essentielle pour que cette population en déclin ait un espoir de rétablissement. Les analyses de la reproduction des orques résidentes du sud pour le plus récent examen de la situation indiquent qu'aux taux actuels, la population continuera de décliner dans les décennies à venir.

Compte tenu d'une population aussi petite, même de légers changements dans le nombre de naissances peuvent avoir un impact considérable sur l'avenir de la population des orques résidentes du Sud, ont noté les scientifiques.

La NOAA Fisheries a désigné les orques résidentes du sud comme l'une des neuf « espèces nationales à l'honneur », avec un potentiel de protection ciblée pour stabiliser leur déclin. Nous prévoyons de publier un plan d'action mis à jour pour l'espèce au début de 2021.

Traduction : C'est assez ! 



Dernier article en date

Vivre LIBRE - T0 87