Le Japon a fixé son quota de chasse à la baleine pour 2021

24 décembre 2020

383 baleines pourront être tuées lors de la saison de chasse 2021, le même quota que cette année. conformément aux calculs visant à éviter un impact négatif sur les ressources en cétacés.

« Ce quota a été fixé conformément aux calculs visant à éviter un impact négatif sur les ressources en cétacés », selon l'Agence des pêches.

Le Japon a « repris » la chasse commerciale dans ses eaux territoriales et sa zone économique exclusive le 1er juillet 2019, après s'être officiellement retiré de la Commission baleinière internationale (CBI) la veille.

En plus d'un quota de capture fixé à 295, le total comprend un potentiel de prises accessoires fixé à 37, et un quota de 51 captures réservé par le gouvernement, a indiqué l'agence.

Selon l’agence, la limite de capture a été fixée à 171 pour les petits rorquals (ou baleines de Minke, à 187 pour les rorquals de Bryde (ou rorquals tropicals) et 25 pour les rorquals boréals (ou baleines Sei). 

La CBI a confirmé que ces espèces étaient « abondantes » ! 

Le gouvernement japonais a déclaré que les quotas de capture ont été calculés conformément à la méthode adoptée par la CBI. 

Avant la « reprise » de la chasse commerciale à la baleine pour la première fois en 31 ans, le Japon prétendait capturer des baleines à des fins de « recherches scientifiques », une pratique critiquée au niveau international car servant de prétexte à la chasse commerciale à la baleine.

Note : Un moratoire sur la chasse commerciale à la baleine a été mis en place par la CBI en 1982.Il interdit la chasse à la baleine commerciale, mesure qu'ont refusée le Japon, la Norvège et l'URSS.

Or, il existe une exception à ce moratoire, la pêche à la baleine peut être acceptée si elle est effectuée pour des raisons scientifiques.

Le Japon a finalement adopté le moratoire en 1986, mais utilisera cette faille pour poursuivre la chasse à la baleine au titre de la « recherche scientifique ». 

Le 26 décembre 2018, le Japon annonçait son retrait de la Commission baleinière internationale (CBI), et renouait officiellement avec la chasse à des fins commerciales le 1er juillet 2019. Il renonçait cependant à aller chasser dans les eaux de l’Antarctique ou dans l’hémisphère Sud, la chasse étant limitée aux eaux territoriales et à la zone économique exclusive du Japon, et ce en accord avec les quotas de prises calculés selon la méthode de la CBI afin de ne pas épuiser les « ressources ». 

Traduction : C'est assez ! 

Source : Kyodo News 

Illustration : ©ZAD 

Dernier article en date

Vivre LIBRE - T0 87