La population de baleines boréales se rétablit malgré le réchauffement de l'Arctique

22 décembre 2020 - Un article de Tiffany Duong pour EcoWatch

Parmi les rares bonnes nouvelles provenant de l‘extrême nord, en voici une saluée par les scientifiques. Les populations de baleines boréales ont rebondi et se rapprochent des chiffres des populations existant d’avant  la chasse commerciale à la baleine dans les eaux américaines.


Étonnamment, et selon une mise à jour de la liste des espèces animales publiée cette semaine par la National Ocean and Atmospheric Administration (NOAA), le rétablissement de la population de baleines s'est en fait accéléré avec le réchauffement de l'Arctique.

Les baleines boréales sont la seule espèce de baleines à fanons vivant dans les eaux froides de l’Arctique 

Dans les années 1700, elles étaient ciblées par les baleiniers pour leur huile, leur graisse, leurs fanons, et leurs os. Comme elles se déplacent lentement et qu'elles sont grandes, elles étaient devenues des cibles faciles et ont été chassées jusqu'à leur quasi extinction au début du XXe siècle.

Selon la NOAA, l'arrêt de la chasse à la baleine, l'amélioration de la gestion et l'inaccessibilité de leurs habitats (recouvert par la glace) ont permis à plusieurs populations de baleines, dont celles vivants au large des côtes de l'Alaska aux Etats-Unis, de rebondir. 


Pourtant, l'Arctique est en train de radicalement changer en raison de la crise climatique, de l’énorme perte de glace de mer, des températures en hausse et de feux de forêt dévastateurs. Cette sinistre réalité a amené beaucoup de personnes à la conclusion que « l'Arctique est en train de mourir ». 

Les nouvelles en provenance de l'Arctique ont été presque toutes mauvaises, mais le succès de la conservation de la baleine boréale, en particulier pour la population américaine au large de l'Alaska, est une lueur d'espoir. Selon le rapport de la NOAA, la reconstitution des population de baleines s’est accélérée malgré le réchauffement de l'Arctique.

« C'est vraiment l'une des plus grandes réussites du siècle dernier en matière de conservation », a déclaré J. Craig George, un biologiste à la retraite du département de la gestion de la faune sauvage ».  

Mr George a également félicité l'Alaska Eskimo Whaling Commission (AEWC) pour sa gestion durable. L'AEWC s'est battue contre les forages pétroliers offshore et d'autres activités qui auraient pu nuire aux baleines.

« Personne ne s’est battu avec plus de ténacité que l'AEWC pour protéger l'habitat des baleines boréales face au développement industriel dans l'Arctique américain »,  a déclaré J. Craig George.

Selon ce rapport, les scientifiques ont été surpris par l’accroissement de la population de baleines au cours des dernières décennies. Les biologistes s’attendaient à ce que les espèces adaptées au froid souffrent de la fonte de la glace de mer, mais au lieu de cela, ils ont été surpris de voir qu’au fur et à mesure que l’Arctique se réchauffe, il devient plus productif en apportant des nutriments et de la nourriture supplémentaires, ce qui se traduit par plus de grossesses menées à terme pour les baleines boréales.


Ils se tournent maintenant vers les cétacés pour donner un aperçu plus large de la santé des écosystèmes marins de l’Arctique.

Cependant, l'avenir des baleines boréales reste incertain. 

Selon la NOAA, les baleines boréales restent en danger dans toute leur aire de répartition. Les forages pétroliers faits par Shell dans la mer de Beaufort restent une réelle menace. 

Les scientifiques prévoient également que la glace de mer de l’Arctique pourrait disparaître d'ici 2035. Avec la fonte des glaces, les baleines seraient moins protégées contre les engins de pêche avec plus de risques d‘enchevêtrements, contre les collisions avec les navires et moins de protection face à leurs prédateurs naturels, les orques. Car le climat continue de changer, et l'augmentation des sources de nourriture peut également attirer d’autres baleines à fanons contre qui elles devront rivaliser pour se nourrir.  

Et bien sûr, la crise climatique se poursuit.

« Les baleines boréales se dirigent vraiment vers un avenir incertain », a déclaré J. Craig George. 

Traduction : C'est assez ! 

Crédit photos : 
  1. ©Paul Nicklen
  2. ©Kelvin Aitken 
  3. ©WWF Canada