Une centaine de cétacés meurent lors d'un échouage massif en Nouvelle-Zélande

25 novembre 2020 - Par Brett Lackey 

Une centaine de globicéphales et grands dauphins sont morts lors d'un échouage massif sur les îles isolées de Chatham, à environ 497 miles (soit 800 km) au larde de la côte est néo-zélandaise. 

La plupart d’entre eux se sont échoués durant le week-end, mais l'opération de sauvetage a été entravée par la situation géographique de l'île. 

Le Département néo-zélandais de la conservation (DOC) a déclaré qu'au total 97 globicéphales et trois grands dauphins sont morts durant cet échouage, ajoutant qu'ils avaient été informés de l'incident dimanche.

Selon Mme Welch, chargée de la biodiversité au sein du DOC, 28 globicéphales, dont deux qui se sont échoués lundi, et trois dauphins ont été euthanasiés. 

« Les cétacés ont du être euthanasiés en raison des conditions de mer agitées et de la quasi-certitude qu'il y avait de grands requins blancs dans l'eau attirés par un échouage tel que celui-ci », a déclaré Jemma Welch, chargée de la biodiversité au sein du DOC.

« Des membres de la communauté Maori ont organisé une cérémonie en l'honneur de leur « âme » alors que leurs carcasses se décomposeront naturellement », a-t-elle ajouté. . 

Cet échouage survient à peine deux mois après la mort de plus de 380 globicéphales noirs lors d'un échouage sur la côte ouest de la Tasmanie.

Les îles Chatham sont régulièrement le théâtre d'échouages massifs. Jusqu'à 1.000 globicéphales avaient péri en 1918 lors du plus grand échouage de l'histoire moderne.

Les globicéphales peuvent mesurer jusqu'à six mètres de long et sont une espèce très répandue dans les eaux néo-zélandaises. 

Bien qu’étudiés depuis des décennies par les scientifiques, les causes de ces échouages massifs restent inconnues. 

  • Selon certains chercheurs, les globicéphales pourraient dévier de leur route en suivant un membre du groupe qui est malade  (Ces animaux ont une forte cohésion sociale, il est alors fort probable que si l’un d’eux est malade ou éprouve des difficultés et en vient à s’échouer, le reste du groupe le suivra). 
  • La topographie méconnue des lieux (fonds plats, sablonneux ou boueux ou pentes douces) peuvent rendre leur navigation plus difficile. Les animaux se trouvent alors emprisonnés ou désorientés. 
  • De mauvaises conditions météorologiques ou la présence de prédateurs pourraient également les contraindre à changer leur itinéraire. 
Traduction : C'est assez ! 

Source : MSN 

Crédit photos : ©AFP / ©
New Zealand Department of Conservation

Carte : ©Daily Mail