Après des années de captivité, Little White et Little Grey redécouvrent la liberté en Islande

28 septembre 2020  - par Adam Parsons pour Sky News

Little White et Little Grey ont été capturées alors qu’elles étaient bébés. Après avoir été emmenées dans un centre de recherche russe, elles ont été transférées dans un delphinarium chinois et ont passé environ une décennie de leur vie à divertir les visiteurs. 

Mais Merlin Entertainment, qui a repris le delphinarium chinois, est une société opposée au maintien en captivité des cétacés. Un plan a alors été élaboré pour créer un sanctuaire et ramener les 2 bélugas dans un habitat naturel en baie de Klettsvik dans les îles Westman (Islande).

Après six semaines d’adaptation dans des enclos au sein du sanctuaire marin de la baie de Klettsvik, Little White et Little Grey, deux femelles de 900 kilos chacune, et mesurant quatre mètres de long, peuvent désormais nager librement dans une baie d'un peu plus de 30000 m². 




En juin 2019, les 2 bélugas avaient quitté leur ancienne vie et le Changfeng Ocean World. Elles ont voyagé dans des conteneurs par voie terrestre et aérienne pour finalement arriver par avion spécialement affrété pour elle en Islande. 

Après avoir passé plusieurs mois dans des piscines couvertes pour les préparer à leur arrivée dans le sanctuaire marin, en août dernier, Little White et Little Grey avait  été placées dans des enclos à l’intérieur de la baie et avaient déjà un avant gout de ce que les attendaient en retrouvant la mer. Elles ont été progressivement habituées à la baie, par petites étapes. 

« Mais c’est incroyable de les voir nager ensemble et plonger au milieu de la flore et de la faune de la baie pour la première fois. Cela nous a nous a montré à quel point Little White et Little Grey  appréciaient d'être de retour dans la mer », a déclaré  le directeur du Sea Life Trust.

Alors pourquoi ne pas simplement renvoyer ces bélugas en pleine mer et leur souhaiter bonne chance ? 

 « Vous ne pouvez pas, vous ne pouvez tout simplement pas. » a déclaré Jessica Whiton, conservatrice du Sanctuaire pour Bélugas. 

« Ces animaux ont passé environ 10 ans dans un aquarium. Elles ne savent pas comment chasser pour elles-mêmes, quoi chasser ou même ce que c’est que de manger du poisson vivant. Durant des années, elles ont été nourries de poissons congelés de mauvaise qualité, il leur est difficile d'apprendre ces choses.

« C'est comme vous ou moi - nous pensons que nous sommes des gens assez intelligents - mais si vous me placez dans le nord de l'Islande, eh bien, je sais comment je suis censée pouvoir manger, mais ai-je les outils dont j’ai besoin pour pouvoir le faire ?

« Ces filles-là n'ont pas encore tous les outils pour vivre en totale liberté, donc en ayant ce sanctuaire ici, nous pouvons leur offrir un habitat naturel, mais aussi voir ce qu’elles apprennent. Vont-elles trouver comment chasser, par exemple ? Nous pouvons apprendre d‘elles, mais aussi leur donner les soins nécessaires. Car dans un premier temps, les 2 bélugas vont revenir ponctuellement dans leurs enclos formant des piscines naturelles. »

« C'est un grand pas en avant pour montrer qu'il existe une alternative plus naturelle, en particulier pour les bélugas qui ont été détenus, ou élevés en captivité, soit qui ont été élevés en captivité»

Les mentalités continuent à évoluer, et les gens en connaissent de plus en plus sur ces animaux, à quel point ils sont intelligents, à quel point ils sont sociaux et je pense que cela les incite à vouloir faire le mieux pour eux. »

Selon le Sea Life Trust, la libération complète n'est pas une option assez viable pour des animaux ayant vécu si longtemps en captivité.

Mais Little Grey et Little White ont été libérées de leurs piscines et ont retrouvé la liberté dans la baie.

Elles ne peuvent pas nager en pleine mer, mais elles ont de nouveaux défis à relever - les rochers, les poissons et les changements de profondeur.

Après 10 ans dans l'eau claire d'un aquarium, c'est tout nouveau pour elles. 

Durant une décennie, Elles n'ont pas senti la pluie ; maintenant, elles peuvent nager librement. Durant une décennie, elles ont dû divertir les humains; maintenant, loin de la captivité, Elles peuvent profiter et se délecter de leur propre vie.

Il y a encore 300 bélugas détenus dans le monde. Andy Bool, directeur du SEA LIFE Trust, espère qu’ « ouvrir la voie à la création de ce premier sanctuaire de cétacés au monde, va montrer qu’il existe une option différente pour ces animaux dans un environnement d’aquarium ».

« À terme, nous espérons que cela conduira à un changement de perception. De quoi fournir une lueur d’espoir pour tous les bélugas en captivité dans les aquariums du monde entier » !

Traduction : C'est assez ! 

Crédit photos : ©Sky News 

 

Dernier article en date

Inquiétude au sujet de Fungie le dauphin