10 marsouins aptères aperçus dans le fleuve Yangtsé

 8 septembre 2020 - Un article du China Daily 

Selon Zhang Xianfeng, chercheur spécialisé dans la faune sauvage aquatique à l’Institut d’Hydrobiologie de l’Académie des Sciences de Chine, ces observations seraient dues à la diminution des interférences d’origine humaine ou d’une augmentation de la disponibilité des proies.

Marsouin aptère
Un groupe d’environ 10 marsouins serait apparu 8 mois après que le gouvernement ait décidé d’interdire la pèche dans 332 réserves naturelles le long du fleuve au début de l’année et très probablement grâce aux effets du confinement lié à l’épidémie de COVID-19 dont Wuhan est le berceau.

Le marsouin aptère et le dauphin de Baiji (ou dauphin de Chine), tous deux membres de la famille des cétacés, et les deux seuls mammifères aquatiques du fleuve, ont été classés « en danger critique d'extinction » et placés sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN (Union Internationale pour la conservation de la nature) en 2013.

Parmi les très rares espèces de marsouins, le marsouin aptère est le seul qui vit en eau douce, a déclaré Mr Zhang Xianfeng. Sa petite taille et son joli « sourire » en font un animal très apprécié en Chine et ailleurs.

Dauphin de Baiji
« La montée des eaux pendant la saison des inondations et l'interdiction de la pêche peuvent avoir contribuer à l'apparition de cet animal rare, étant donné que les bancs de sable sont couverts d'eau et que davantage de plantes aquatiques sont disponibles pour les poissons. Sans interruption des activités humaines, le marsouin aptères pourrait être plus actif », a déclaré M. Zhang.

M. Zhang a ajouté que c’était une bonne chose que le public soit devenu plus conscient de l'urgence de sauver les marsouins aptères et de protéger l'écosystème du  fleuve Yangtsé. 

En revanche, l’apparition de ce pod de marsouins ne signifie pas nécessairement que leur population augmente.

« Sa population actuelle est d’environ 1 000 individus, ce qui est très peu. Cela affecte gravement son taux de reproduction. On estime qu'environ un tiers seulement de la population est capable de se reproduire. Dans un fleuve aussi long que le Yangtsé, les chances d'avoir des bébés sont très minces », a-t-il expliqué.

Le marsouin aptère est considéré comme un indicateur important de la santé du fleuve Yangtsé, qui s'étend sur 6 300 kilomètres et comprend des terrains et des climats riches et complexes le long de son bassin, ce qui lui confère l'un des niveaux de biodiversité les plus élevés au monde.

Marsouin aptère
Au cours des 40 dernières années, le nombre de marsouins a considérablement diminué en raison de nombreux facteurs, tels que le changement climatique et la perte de leur habitat, selon Zhang Xinqiao, responsable du programme du Fonds mondial pour la nature en Chine.

En 2018, des recherches scientifiques sur cette espèce ont démontré montrent que sa population n'était que de 1 012 individus, soit moins que le panda géant.

Toutefois, Mr Xinqiao a déclaré que grâce à la protection conjointe des organes gouvernementaux, des instituts de recherche et d'autres organisations sociales, la population de dauphins aptères a montré une certaine stabilité ces dernières années 

Afin de préserver la biodiversité le long du Yangtsé, la Chine a instauré un moratoire afin d’interdire la pêche durant dix ans dans 332 réserves naturelles. Ce moratoire est  étendu à tout le cours primaire du fleuve, à ses principaux affluents et aux lacs qui lui sont reliés, protégeant ainsi non seulement le marsouin aptère mais aussi plus de 4 300 types de faunes aquatiques vivant dans le bassin du Yangtsé.

« L'interdiction de la pêche est cruciale pour la restauration écologique de l'ensemble du bassin fluvial. En général, il faut trois à cinq ans pour que les poissons produisent une nouvelle génération. Une interdiction de pêche de dix ans signifie que deux à trois générations de poissons seront produites, ce qui augmentera considérablement l'approvisionnement alimentaire des marsouins aptères », a poursuivi Zhang Xinqiao.

Il a également déclaré que l'interdiction de la pêche élimine la menace que représentent pour les marsouins les engins utilisés pour la pêche.

« Mais l'effet de l'interdiction de la pêche, soutenu par les données de surveillance scientifique des ressources aquatiques, ne sera connu qu'après trois à cinq ans », a-t-il déclaré.

Traduction : C'est assez ! 

Note : Cette nouvelle intervient au moment où le ministère cambodgien de l'Environnement se charge de compiler des données sur quatre zones abritant des dauphins d'eau douce de l'Irrawaddy dans les provinces de Kratie et Preah Vihear pour une éventuelle inscription sur la Liste du patrimoine naturel mondial de l'UNESCO.

Cette inscription contribuerait à protéger les zones où vivent ces dauphins, attirant davantage de touristes domestiques et internationaux.



Dernier article en date

10 marsouins aptères aperçus dans le fleuve Yangtsé