Mexique - Des chercheurs de l'UNAM ont découvert de la viande de dauphin dans des conserves de thon

 24 août 2020 - Un article d'Explica 

Les boîtes de thon disponibles sur le marché mexicain contiennent de la viande de dauphin. Par conséquent, cela constitue une fraude alimentaire en plus du fait que leur production met en danger une espèce protégée et en danger, comme l'a déterminé une enquête menée à la Cuautitlán School of Higher Studies de La Université nationale autonome du Mexique (UNAM ).

L'étude a été réalisée par Karla Vanessa Hernández Herbert, étudiante en génie alimentaire, et le Dr José Francisco Montiel Sosa, secrétaire général de l'UNAM. Ils ont analysé 15 boîtes de thon achetées à proximité de l'université. 

Sur ces 15 boîtes, trois contenaient des traces d'ADN de dauphin, confirmant la présence de viande de dauphin.

La nouvelle survient deux ans après la fin d’une décennie de lutte entre les États-Unis et le Mexique au sujet de l’étiquetage des produits avec le label « Dolphin Safe » par l’Organisation mondiale du commerce, ce label est utilisé pour garantir la conformité aux lois ou politiques visant à réduire les décès des dauphins lors de la pêche pour le thon destiné à la mise en conserve.

Depuis le 24 octobre 2008, la lutte s'est concentrée sur le Mexique qui contestait les règles américaines sur l'étiquetage du thon comme étant « Dolphin Safe », au motif que les normes établissaient une discrimination injuste à l'encontre du Mexique. 

Au Mexique, il s’agissait d’une stratégie de pêche au thon au Mexique connue sous le nom de « pêche aux dauphins », les bateaux suivent les dauphins qui nagent aux côtés des thons. 

Les dauphins sont repérés, encerclés, épuisés, immobilisés, puis pris dans les filets en même temps que les thons.

En fin de compte, l'OMC s’était rangée du côté des États-Unis, confirmant ses exigences pour le label « Dolphin Safe » et autorisant l'exclusion du thon mexicain.

Cette information vient à la suite d'autres problèmes liés au commerce des produits de la mer entre le Mexique et les États-Unis. En 2018, le National Marine Fisheries Service des États-Unis avait interdit l'importation de plusieurs types de poissons capturés au Mexique, en raison des dommages potentiels causés aux vaquitas, une espèce très menacée à cause de la pêche illégale au totoaba. 

Une contestation de cette interdiction par l’administration du président américain Donald Trump a par la suite été rejetée, et l’interdiction des produits de la mer a été élargie plus tôt cette année.

La publication mexicaine Excelsior a rapporté que l'étude n'a pas identifié les marques de thon testées.

Cette même étude a révélé que diverses espèces de dauphins étaient tuées à cause de la pêche illégale.

L'UNAM a noté qu'en dépit de l'existence d'une règle chargée de réglementer la capture des mammifères marins à des fins de recherche, de transport, d'exposition, de manutention et d'entretien, le secteur thonier reste vulnérable à la fraude.

Note : En décembre 2015, un rapport de Greenpeace révélait que des dizaines d’espèces, dont beaucoup d’espèces protégées, étaient prises au piège dans les filets des pêcheurs de thons.Dauphins et thons partagent les mêmes zones pour chasser le hareng. Les cétacés se retrouvent en première ligne et sont pris alors dans les filets de pêche.Chaque année, 300 000 petits cétacés sont tués dans le monde en étant pris au piège par les engins de pêche.

Traduction : C'est assez ! 



Dernier article en date

Inquiétude au sujet de Fungie le dauphin