Orques résidentes du Sud - Tahlequah (J35) de nouveau enceinte !

28 juillet 2020 - Par Lynda V. Mapes 

Tahlequah avait ému le monde entier en juillet et août 2018 après avoir été vue portant le corps de son bébé décédé à la surface de l’eau pour éviter qu’il ne coule durant 17 jours. Le petit est décédé le mardi 24 juillet, dans la matinée, 1h30 seulement après sa naissance au large de Victoria en Colombie Britannique (Canada).


Elle avait parcouru près de 1 600 kilomètres avant de se résigner à laisser partir le corps sans vie de son bébé.


Aujourd'hui, elle a une nouvelle chance d'être mère.

Les scientifiques John Durban, de Southall Environmental Associates et Holly Fearnbach, directrice de la recherche sur les mammifères marins pour l’ONG SR3, ont récemment fini l'enregistrement d'images de drones concernant les orques résidentes du Sud. Ils ont alors découvert que plusieurs femelles étaient enceintes au sein des pods J, K et L. 

Ces photos ont été réalisées dans le cadre d'une étude à long terme sur l'état de santé des orques résidentes du sud, une population en voie d‘extinction, qui fréquentent les eaux de Puget Sound. Cette technique qui consiste à utiliser un drone télécommandé à plus de 100 pieds (env. 30 m) au-dessus des orques est non-invasive et ne dérange en aucun cas les mammifères marins.

Les grossesses ne sont pas inhabituelles, aussi les scientifiques ne les annoncent généralement pas. Mais la grossesse de Tahlequah revêt une signification toute particulière dans une région qui a pleuré la perte du petit.

Les orques résidentes du Sud luttent pour leur survie et la plupart des grossesses de ces orques en difficulté ne sont pas couronnées de succès.

En 2018, le bébé de Tahlequah était le premier à naître dans cette population en 3 ans.

Depuis, il y a eu 2 naissances au sein des orques résidentes du Sud, Lucky (L214) née en janvier 2019, et Tofino (J56) né en mai 2019.

Lucky (L124)
Et tous deux sont toujours en vie.

Tofino (J56)
Il reste encore quelques mois avant que le bébé de Tahlequah naisse, mais comme toutes les futures mamans orques, Tahlequah saisira toutes les opportunités pour mettre son bébé au monde et le garder en vie.

La période de gestation des orques est généralement de 17-18 mois et les familles restent unies pour la vie.

« Toutes les personnes de la région peuvent aider, ont déclaré M. Fearnbach et Mme Durban. Tous les plaisanciers, quel qu‘ils soient, devraient veiller à respecter l'espace des orques et à leur donner la tranquillité dont elles ont besoin », ont-ils déclaré.

Les baleines utilisent le son pour chasser et les perturbations dues aux bateaux et aux bruits sous-marin des navires sont l'une des trois principales menaces pour leur survie, en plus du manque de saumon et de la pollution.

L’accès aux saumons, surtout le saumon quinnat, la nourriture préférée des orques résidentes du sud, est essentiel dans leurs zones de pêche traditionnelles.

« Tout comme les pêcheurs humains qui ne se contentent pas d'aller jeter un hameçon n’importe où dans l'océan », a déclaré M. Durban, « elles ont leurs endroits préférés. »

« Ce sont des sociétés extraordinaires qui transmettent leur culture de génération en génération. Elles ont leurs habitudes. »

Cependant, là où les orques chassent, sur le côté ouest de l'île de San Juan, Swiftsure Bank et d'autres points chauds pour le saumon, à l'extrémité est du détroit de Juan de Fuca, les plaisanciers, les navires commerciaux et les pêcheurs sont actuellement présents.

Avec une population de seulement 73 orques, chaque bébé compte pour les orques résidentes du sud. 

Et leurs chances sont réduites pour mener une grossesse à terme. Environ deux tiers de toutes les grossesses des orques résidentes du Sud n‘aboutissent pas, a constaté Sam Wasser chercheur au Center for Conservation Biology de l'Université de Washington. Selon ses recherches, le stress causé par la faim due au manque de saumon est lié au faible succès de reproduction des orques.


Note : En 2009, la population des orques résidentes du Sud comprenait 89 individus, population qui s’est stabilisée avec  85-89 individus en 2011.

Cependant, après 2011, la  population des orques résidentes du Sud est de nouveau entrée dans une période de déclin et, en janvier 2020, elle ne compte  plus que 73 orques :

  • 22 individus pour le pod J
  • 17 individus pour le pod K
  • 34 individus pour le pod L

Un chiffre qui est inférieur au nombre d’individus que comptait cette population en 1976.  (Source : Center for Whale Research)

La population des orques résidentes du Sud a été largement décimée par les captures effectuées pour les parcs marins dans les années 1960 et 1975. Durant ces captures, au moins 13 orques ont été tuées, et 45 d’entre elles ont été vendues aux parcs marins du monde entier. 

L'une des captures les plus tristement célèbres fut celle de Penn Cove, dans l'État de Washington, le 8 août 1970. 

Ce jour-là, les 85 orques que comptait la communauté des orques résidentes fut rabattue avec une rare violence dans la baie de Penn Cove, au large de l’île de Whibdey.

7 orques furent capturées au sein du pod L (l’une des populations des orques résidentes), et cinq sont mortes (4 jeunes et une maman), effrayées et paniquées, elles se noyèrent au cours du processus de capture. 

6 orques du Pod L, des jeunes, furent envoyés dans des parcs marinsà travers le monde, au Japon, au Texas, au Royaume-Uni, en France (Clovis), et en Australie. Lolita fut transférée au Miami Seaquarium. Tous étaient très jeunes



5 d’entre eux moururent dans les cinq ans qui suivirent. Lolita/Tokitae est la seule encore en vie. Et elle survit depuis 50 ans dans son tout petit bassin du Miami Seaquarium. Le 8 juillet 2020 marquera un triste anniversaire, celui de sa capture.  


Lolita/Tokitae serait la plus vieille orque à être détenue en captivité aux Etats-Unis.

En raison de l'importance des captures effectuées par SeaWorld au sein de la population des orques résidentes du Sud, une interdiction de capture d'orques a été mise en vigueur dans l'État de Washington en 1976. 


Traduction : C'est assez ! 


Crédit photos : 
1 - ©SR3 SeaLife Response / ©Rehab and Research / ©NOAA’s Southwest Fisheries Science Center (2019) / © SR3 and Southall Environmental Associates (2020)

2 et 3 - ©Center for Whale Research

4 - ©John Forde / ©Jennifer Steven