Coronavirus : Pourquoi nous ne devrions pas manger de baleines ou de dauphins !

6 juillet 2020 - Par Nicola Hodgins 

Il est indéniable que COVID-19 est en passe de devenir la pire pandémie de l'histoire moderne.

Cependant, nous sommes responsables de la situation dans laquelle nous nous trouvons. Le respect des animaux et de leurs habitats fait partie intégrante de la santé et du bien-être de l'homme et, sans notre mépris total pour la faune sauvage et notre exploitation des espèces non humaines, le monde d'aujourd'hui serait très différent.


Nous savons déjà que consommer de la viande de baleine et de dauphin peut être dangereux pour la santé des humains - nous en connaissons les effets. On connait les effets du mercure, du sélénium et autres métaux lourds qui s'accumulent au fil du temps chez les super-prédateurs comme les baleines et les dauphins. 

À la lumière de la pandémie de coronavirus (dont nous savons qu'il a été transmis à l'homme à la suite de la consommation d'animaux sauvages) il est plus important que jamais d'attirer l'attention sur les conséquences sanitaires potentielles majeures si nous continuons à consommer des baleines et de dauphins.

La majorité des études ont porté sur la contamination par les métaux lourds, mais il existe une quantité importante d'informations concernant d'autres maladies qui peuvent être transmises à l'homme par la consommation d'animaux sauvages, y compris les baleines et les dauphins.

Par exemple, en 2017, dans une communauté Canadienne, une femme est morte et sa fille est tombée gravement malade après avoir contracté le botulisme en ayant consommé de la viande et du lard de béluga. Au début des années 2000, une communauté entière du sud du Sénégal est tombée gravement malade après avoir mangé la viande d’une baleine à bosse qui s'était échouée sur la plage.


Seul un très petit nombre de pays tue et consomme encore actuellement de la viande de cétacés, et la consommation de dauphins, de baleines et d'autres mammifères marins est illégale dans la plupart des pays. Cependant, dans le monde entier, plusieurs milliers de dauphins et de petites baleines sont chassés pour leur viande chaque année, et dans plusieurs pays, les dauphins et les petites baleines pris accidentellement dans les filets de pêche ou échoués sur les plages sont largement consommés.

La consommation de la viande de dauphins trouvés morts est particulièrement préoccupante, car il est fort probable que ces animaux étaient malades avant leur mort et la consommation de leur chair comporte donc encore plus de risques (transmission de bactéries, de parasites et de virus) si elle est consommée par l'homme.

Nous sommes tous conscients de la rapidité avec laquelle les virus peuvent se propager et des conséquences dévastatrices qu’ils peuvent engendrer.

Les gouvernements doivent penser à la population mondiale et pas seulement à leurs propres citoyens lorsqu’ils étudient les impacts à long terme du COVID-19 et les actions qui en découlent.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé la fermeture des « marchés d’animaux sauvages » y compris la vente de « viande de brousse ». Bien que l’attention ait principalement été portée sur les espèces terrestres, nous devons veiller à ce que la viande provenant d’espèces marines ne soit pas ignorée. La consommation de baleines, de dauphins et d’autres mammifères marins pourrait avoir des conséquences aussi mortelles que la consommation d’animaux terrestres sauvages.

Les retombées de la COVID-19 peuvent également pousser les communautés côtières de certaines nations en voie de développement à se tourner vers l'océan pour leurs besoins en protéines et bien que la Commission baleinière internationale (CBI - l'organisme qui réglemente la chasse à la baleine) ait déjà adopté des mesures pour mettre en lumière les effets négatifs de la consommation de baleines et de dauphins sur la santé humaine, plusieurs pays d'Afrique occidentale, par exemple, ont demandé que la consommation de mammifères marins soit considérée comme une « priorité en matière de protéines ». 


À l'heure actuelle, mais surtout dès que la situation sera plus claire, il est impératif que nous continuions à mettre en évidence le danger très réel des maladies qui peuvent être transmises d’autres espèces aux humains. Les conséquences, comme nous le savons trop bien, peuvent être dévastatrices pour les individus, les communautés et la population mondiale

Au sein de la communauté scientifique, il est largement admis que la pandémie de coronavirus était entièrement prévisible - en fait, elle a été prédite dans un document scientifique publié peu après l'épidémie de SRAS du début du 21e siècle - un autre coronavirus qui a infecté plus de 8 000 personnes et a coûté la vie à près de 1 000 personnes, alors que la consommation d'espèces sauvages exotiques était considérée comme une « bombe à retardement » et une catastrophe imminente - nous avons le devoir de veiller à ce que la prochaine pandémie ne soit pas le résultat d'une maladie transmise par les baleines ou les dauphins.

Traduction : C'est assez

Source : Whale and Dolphin Conservation


Lire également : PEROU: Procès Pour Les Pêcheurs qui Tuent des Dauphins

Photos : 
1 - Harponnage d’un dauphin - ©S. Austerm 
2 - Béluga qu'il a chassé dans l'océan Arctique - ©Billy Archie 
3 - Grindadrap (Iles Féroé) -  ©Andrija Ilic/Agence France-Presse




Dernier article en date

Inquiétude au sujet de Fungie le dauphin