Bali accueille le premier centre de réhabilitation et de remise en liberté pour les dauphins captifs

10 juillet 2020 

Il y a tout juste un an, 4 dauphins étaient détenus  dans la piscine chlorée de l’hôtel Melka à Bali  où ils divertissaient les touristes venant du monde entier.

Aujourd'hui, 3 de ces dauphins, Rocky, Rambo et Johnny, nagent librement après avoir été transféré dans le premier centre de réhabilitation permanent au monde dans le cadre d'un projet initié par le gouvernement de Bali et les groupes de défense des droits des animaux, dont le Dolphin Project. 


[ Dewa a profité de quelques semaines de liberté, mais elle est morte le 11 mars dernier des suites de la maladie dont elle souffrait depuis de longues années. ]

« Ce sanctuaire est un modèle. Il peut être reproduit. Et nous essayons de le faire également en Europe, en Italie et en Crète »,  a déclaré Ric O’Barry, militant pour la liberté des cétacés et fondateur du Dolphin Project. 

Avec l'aide des autorités indonésiennes, les militants ont sauvé quatre dauphins l'année dernière et les ont installés au centre de réhabilitation situé dans une baie de l'île tropicale pour y être soignés.


« Vivre en captivité est plus stressant pour les dauphins que d’autres animaux que nous pouvons voir  au zoo », a déclaré Ric O’Barry, instigateur du documentaire oscarisé « The Cove » (La baie de la honte) sur la capture et le massacre de dauphins au Japon.

  • Des nouvelles de Rambo, Rocky et Johnny

C'est incroyable de voir leur progrès alors qu'ils jouent et interagissent les uns avec les autres, passant de longues périodes au fond de l'océan , tout en l’explorant. Et, avec du temps et de la patience, ils réapprennent  à découvrir leur nouveau régime alimentaire avec uniquement du poisson vivant. Rambo est un mâle sensible qui a besoin de temps pour s'adapter à ces nouveaux changements. Rocky, en revanche, se lance avec enthousiasme dans sa prochaine aventure, toujours prêt à explorer de nouvelles choses. Johnny ? Eh bien, il est pratiquement sans peur, toujours prêt à essayer de nouvelles choses et à explorer son environnement.

Rambo a eu besoin de temps pour s’adapter.  Les premières séances de nourrissage avec des poissons vivants se sont soldées par de la frustration. Nous l'avons nourri de poissons vivants entiers, d'abord «en le plaçant devant lui, mais il n’y montrait aucun intérêt. Nous avons ensuite placé le poisson vivant entier dans sa bouche, qu'il recrachait avec dégoût dès que le poisson commençait à bouger. Il se comportait ainsi parce qu'il ne s'attendait tout simplement pas à ce que les poissons bougent. Cependant, après deux mois et demi d’apprentissage, il préfère maintenant le poisson vivant ! Si on lui offre des poissons morts, sa déception est évidente. Nous ne pourrions pas être plus satisfaits de ses progrès.


Rocky, en revanche, dès les premières séances d’alimentation, s'est immédiatement mis à manger des poissons vivants. Il adore les chasser, les attraper, puis les manger ! Après avoir suivi un régime alimentaire contre nature  durant toutes ces années de captivité, nous sommes très heureux de voir Rocky manger ce dont son corps a besoin.


Johnny aime lui aussi beaucoup du poisson vivant. Ce dur à cuire adore chasser les poissons, mais il a encore quelques difficultés à les attraper, à cause de son manque de dents.



Selon un rapport de World Animal Protection datant de 2019, plus de 3 000 dauphins sont détenus en captivité dans le monde, une industrie qui génère jusqu’à 5,5 milliards de dollars par an

Le retour des dauphins dans la nature dépend de leur état de santé, de leur capacité à se nourrir par eux-mêmes et à interagir avec les autres dauphins.

« Souvent, lorsqu’ils sont gardés en captivité, ils n’utilisent plus leur sonar. C’est l’une des principales tâches de l’équipe présente à Bali  pour les préparer à un retour à la vie dans la nature », a déclaré Femke Den Haas, qui dirige le centre de réhabilitation.

Les dauphins utilisent leur sonar pour se déplacer dans l’océan, mais aussi pour communiquer entre eux.

Pour Ric O’Barry, 80 ans, qui, avant  de devenir l’un des plus fervents défenseurs pour la liberté des cétacés, a dressé des dauphins utilisés dans la série télévisée « Flipper », l’ouverture du sanctuaire de Bali est une nouvelle étape dans l’objectif de mettre fin à la captivité.

« Il y a actuellement des centaines de militants qui travaillent sur cette question. Quand j’ai commencé à faire cela il y a 50 ans, les gens me prenaient pour un fou », dit-il en plaisantant.  

Traduction : C'est assez ! 


Crédit photos : Dolphin Project