Un dresseur chinois accusé de cruauté envers les animaux

26 juin 2020

Des internautes chinois ont accusé l’employé d’un delphinarium de cruauté envers les animaux après qu'il eut partagé une vidéo le montrant en train de chevaucher un béluga.


Cette vidéo a provoqué la colère de dizaines de milliers d'internautes chinois qui appellent au boycott de ces spectacles animaliers.
Elle a été publiée par le dresseur dont le nom n’a pas été révélé.

Un responsable du delphinarium, le Luoyuanwan Sea World de Fuzhou (province de Fujian) a ensuite expliqué aux médias locaux que ses employés et ses animaux ont souvent de telles interactions dans le cadre de leurs spectacles.

Ce delphinarium est situé dans le sud-est de la Chine, il est connu pour proposer de nombreux spectacles d'animaux avec des dauphins, des bélugas et même des requins.

La vidéo est devenue virale après qu’elle ait été partagée mardi par un groupe de protection animale sur le Twitter chinois « Weibo ». Le post accusait le dresseur de maltraitance envers les bélugas.


« Les vidéos ont un énorme impact social et l’association espère que les services concernés y prêteront une attention particulière ».

Elle a suscité l'indignation de dizaines de milliers de personnes qui ont appelé à boycotter les spectacles d'animaux dans les zoos et les aquariums.

L'un des internautes a écrit : « Refuser les spectacles avec animaux ! C'est de l'emprisonnement et de la cruauté envers les animaux ! »

Un autre a commenté : « Les baleines et les dauphins sont censés vivre dans la mer mais ils sont confinés dans de petites prisons. Ils sont obligés de se produire en spectacle et de travailler pour des aquariums tous les jours. Ce n'est que de la cruauté et de la torture !

A la suite de la controverse, le dresseur a supprimé la vidéo originale sur sa page du média social Douyin, une plateforme chinoise de partage de vidéos de même nature que TikTok.

Une porte-parole du parc animalier a affirmé que de telles interactions entre les animaux et les dresseurs font partie du spectacle.

Elle a déclaré à Pear Video : « Nous avons des spectacles interactifs avec des dauphins et des bélugas. »


Les dresseurs peuvent danser avec eux sous l'eau ou se tenir sur eux pour démontrer la force des ces animaux.

« Nous sommes une entreprise légitime et la détention de nos animaux est légale », a ajouté l’un des membres du personnel.

Alors que les autorités s'efforcent d'établir des lois pour protéger la faune, l’évolution de la pandémie due au coronavirus a mis en lumière la question du bien-être des animaux en Chine.

Des événements similaires concernant les mauvais traitements infligés aux animaux dans les zoos ont récemment été exposés par les internautes à la suite de la crise sanitaire. En avril 2020, une vidéo montrait un tigre captif, déprimé, tourner sans arrêt en rond dans le minuscule enclos d’un zoo de Pékin.

Une autre vidéo montrait des visiteurs chinois utilisant des cannes à pêche pour nourrir des tigres captifs dans le cadre d'un « programme interactif » proposé par un zoo de la province du Yunnan, dans le sud-est de la Chine.

Traduction : C'est assez ! 

Source : Daily Mail








Dernier article en date

Wanda, la première orque détenue en captivité