Les orques résidentes du sud sont confrontées à une nouvelle menace

30 mai 2020 - Par Jasmine Bala

Dans les eaux au large des côtes de l'île de Vancouver, une nouvelle menace pèse sur les orques résidentes du Sud, une population en danger d’extinction. 


Dans les océans, les orques sont confrontées à un virus mortel, le morbillivirus des cétacés, un pathogène qui appartient au même genre que l'agent de la rougeole chez l'homme, ou que la maladie de Carré chez le chien. Il détruit progressivement le système immunitaire de son hôte, le rendant ainsi sensible aux infections bactériennes dites secondaires. 

Tout comme le COVID-19, il se propage par gouttelettes et les taux de transmission sont élevés. Il sévit sur la côte est, mais comme nous l’explique Jasmine Bala, les biologistes craignent qu'il ne soit arrivé ici.

Il s'agit du morbillivirus, un virus que l'on trouve couramment chez les mammifères marins dans les eaux de l'Atlantique et qui a maintenant été détecté chez certaines espèces au large de la côte pacifique.

« Avec le changement climatique et l'évolution de l'environnement océanique, nous voyons les maladies se déplacer vers des zones où elles n'étaient pas présentes auparavant », a déclaré Michael Weiss, biologiste du Center for Whale Research sur l'île de San Juan.


Le plus inquiétant pour les orques résidentes du Sud, une population déjà en danger, a ajouté M. Weiss, est que le morbillivirus a été trouvé chez les dauphins à flancs blancs du Pacifique, une espèce avec laquelle ils interagissent couramment.

« Le morbillivirus des cétacés, en particulier, semble avoir une capacité vraiment remarquable à se transmettre entre espèces, avec vraiment très peu de barrières », a-t-il expliqué. Le virus est « effectivement fort pour passer d'une espèce de baleine, à une autre espèce de baleine à celle des dauphins ».

La maladie se propage par le biais de gouttelettes d'eau ; de la même façon dont se transmet le COVID-19.

« Même les gens qui n'ont pas vu de baleines savent qu'elles génèrent un souffle lorsqu'elles remontent à la surface », a déclaré Anna Hall, zoologiste spécialiste des mammifères marins. « Et il y a de l'eau de mer dedans, mais bien sûr, il y a aussi leur souffle. Et cela pourrait être le mécanisme de transfert du virus entre les individus ». 

Cependant, les orques ne peuvent pas prendre les mêmes mesures que les humains pour arrêter la propagation du virus. Ils ne peuvent pas porter de masque et ils ne sont pas très doués pour maintenir les distances physiques, car ils se déplacent en formation très rapprochée et synchronisée dans leur groupe.


« Elles se déplacent en quelque sorte selon le même schéma. Cela signifie qu'elles respirent en même temps, donc vous avez deux baleines qui se rapprochent très près l'une de l'autre et qui respirent l'une après l'autre », a déclaré Weiss, précisant qu’un moment comme celui-là est le moment opportun pour la transmission du virus.

Si une orque résidente du Sud est infectée, 90 % de la population risque de tomber malade également.

Il serait difficile de sauver les 73 orques si elles contractaient le morbillivirus des cétacés, même avec un vaccin. Plus de la moitié de la population devrait être vaccinée, ce qui, selon Weiss, est difficile à faire en mer.

La crainte des biologistes est que les orques résidentes du Sud pourraient disparaître entièrement à cause de ce virus. 

« Si les orques résidentes du Sud s'éteignent, il n'y en a pas d'autres qui leur ressemblent sur la planète », a déclaré M. Hall. « Il y a d'autres orques, mais il n'y a pas d'autres pods J, K ou L. »

La meilleure façon de protéger les orques est de s'assurer qu’elles ont assez de nourriture pour les garder en bonne santé en mettant en place des politiques qui maximisent la quantité de saumons quinnat qui arrive aux orques résidentes du Sud, a ajouté Weiss,

« Cela n'empêchera pas une épidémie. Cela n'empêchera pas que le virus se propage dans la population », a-t-il déclaré. « Mais cela pourrait les aider à y faire face une fois que le virus sera là. Cela pourrait faire baisser le taux de mortalité et le taux de transmission. »

Traduction : C’est assez ! 

Source : CHEK NEWS

Crédit photos : 
Photos 1 et 2 - ©Kuow Photo / Megan Farmer 
Photo 3 - ©John Forde / Jennifer Steven