zoo d’Ijevsk (Russie) - L'ourse polaire Aurora est décédée après avoir été attaquée par le mâle Baloo

Par Will Stewart - 29 avril 2020

Un ours polaire tue une femelle dans un zoo après qu'elle l’ait rejeté alors qu’il tentait de s’accoupler avec elle 

Aurora
Début mars, Aurora a été transférée du zoo Royev Ruchey de Krasnoïarsk au zoo d’Ijevsk dans le but de la faire se reproduire avec Baloo. 

À son arrivée au zoo d’Ijevsk, l’ourse a tout d’abord été placée dans un enclos séparé de celui du mâle. Ils ont ensuite été réunis dans le même enclos. Durant 2 semaines, les ours ont fait connaissance, ils ont joué et nagé ensemble, « Aurora semblait réceptive ».

Baloo et Aurora, première rencontre 
Lorsque le moment est venu pour eux de s’accoupler, « quelque chose à mal tourné. »
« Aurora a fait preuve de caractère et Baloo était furieux. En quelques secondes, il a brutalement attaqué et tué la petite femelle »

Des employés qui étaient à proximité ont tout tenté pour l'arrêter, jetant notamment de l’eau sur l'animal. Puis, ils ont injecté un sédatif à Baloo, « mais il était trop tard. Baloo est tombé près d'Aurora, mais celle-ci était déjà morte », regrette Andrei Gorban.

Baloo
Le directeur du zoo Royev Ruchey a déclaré que c’est la première fois qu'un tel comportement est observé chez les ours polaires en captivité.

« Nous allons étudier attentivement ce qui s'est passé, tant pour nous que pour la science », a déclaré Andrei Gorban.

Dans la nature, un mâle peut tuer une femelle si celui-ci en ressent le besoin, par exemple s’il est affamé. Mais cela ne se produit jamais durant l'œstrus(les chaleurs), période durant laquelle une femelle est fécondable et recherche l’accouplement en vue de la reproduction.

« La raison du conflit entre Aurora et Baloo, qui ont récemment coexisté de manière totalement pacifique, reste un mystère », a précisé Mr Gorban.

Note : Les ours polaires sont des animaux plutôt solitaires. Il y a cependant des exceptions : Des rassemblements occasionnels, par exemple autour d'un cadavre de gros mammifères, mais aussi des rassemblements saisonniers à l'occasion des migrations. Un exemple, à Churchill, sur la côte nord du Canada. Les ours qui ont passé l'été sur le continent se retrouvent à l'automne sur la côte dans l'attente du retour des glaces qui vont leur permettre de rejoindre les îles situées plus au Nord.

Traduction : C'est assez ! 


Crédit photos : ©Zoo Royev Ruchey / ©Zoo d’Ijevsk