SeaWorld devant la cour fédérale d'Oakland (Californie)

Par Mark J. Palmer - 2 mars 2020  

Depuis plus de cinq ans, l’IMMP (International Marine Mammal Project of Earth Island Institute) s'efforce de faire aboutir leur procès contre SeaWorld.


Le premier procès, « Anderson Vs SeaWorld », a débuté le 9 mars devant la cour fédérale d'Oakland.

Les trois plaignants, les avocats et l'IMMP attendent avec impatience de pouvoir enfin se présenter devant le tribunal. SeaWorld, représenté par deux grands cabinets d'avocats, a tenté à plusieurs reprises de retarder et de faire rejeter l'affaire, mais leurs tentatives ont échoué.

Les plaignants affirment que SeaWorld a, à plusieurs reprises, fait de fausses déclarations au public sur la santé et le bien-être de ses orques captives et ce, en violation des pratiques commerciales équitables et des lois sur la protection des consommateurs de la Californie.

Ce premier procès, qui a débuté hier, portera sur les plaintes de 3 plaignants qui se sont présentés pour contester les affirmations de SeaWorld. Ils affirment que la publicité de SeaWorld les a induits en erreur sur le bien-être de ses orques. SeaWorld a contesté à plusieurs reprises la capacité des plaignants à présenter ces réclamations et le fera à nouveau lors de ce procès.



Le deuxième procès devrait débuter le 27 avril et devrait durer deux semaines, voire plus (à moins que le juge se prononce en faveur des plaignants en mars). Ce second procès se concentrera sur les affirmations de SeaWorld concernant les orques, plusieurs scientifiques internationaux spécialisés dans les mammifères marins témoigneront sur les fausses allégations de SeaWorld.

SeaWorld a affirmé à plusieurs reprises que les orques vivent aussi longtemps en captivité que dans la nature, qu’ils ne retiraient pas les petits à leur mère et que les orques captives sont « heureuses » et « qu’elles s’épanouissent ». Ce ne sont que des mensonges pour que le public continue de se rendre à Seaworld, et rapporte plus d’un milliard de dollars par année en revenus, alors que tout cela est fondé sur de fausses allégations selon lesquelles leurs baleines (Orques et bélugas) et leurs dauphins sont « heureux ».


Si le public connaissait la vérité, la fréquentation et les bénéfices de SeaWorld s'effondreraient.

C'est l'importance du procès « Anderson Vs Seaford » : rendre SeaWorld responsable de ses fausses déclarations sur ses orques captives.

L'objectif à long terme est de voir les orques, les bélugas et les dauphins captifs être envoyés dans des sanctuaires en bord de mer, où ils n'ont plus besoin de faire des tours pour obtenir leur nourriture et où ils pourront passer leurs journées à être tout simplement des dauphins et des baleines (Orques et bélugas).

Traduction : C'est assez ! 


A cette occasion, Boycott Sea World a publié une série de photos plus troublantes les unes que les autres sur la façon dont SeaWorld traite ses orques captives. Vous pouvez les voir sur leur page.

Légendes et crédit photos :
  • Photo 1 : ©IMMP
  • Photo 2 : Kalina avec des plaies dues à l’agression de Kayla envers elle - Crédit photo : ©Boycott Seaford (Source anonyme)
  • Photo 3 : Tilikum mâchouillant les barreaux de la grille de son bassin. Crédit photo :  ©Heather Murphy

Dernier article en date

10 marsouins aptères aperçus dans le fleuve Yangtsé