Les pays qui ont interdit les delphinariums

Les cétacés sont des êtres hautement intelligents et sensibles. Leur confinement en captivité compromet leur bien-être et leur survie en altérant leur comportement et en causant un stress extrême. 


Les conditions de vie en captivité sont incompatibles avec les besoins des cétacés.

De nombreux décès sont directement liés aux conditions de vie en captivité : maladies pulmonaires dues au chlore, maladies rénales dues aux problèmes d’hydratation

Les bassins ne sont pas adaptés à leur physiologie et compromet le comportement naturel de ces animaux. 

En bassin, les animaux captifs développent des comportements stéréotypés.

L’espérance de vie des cétacés en captivité est plus courte que celle de leurs congénère vivant en liberté.

Que ce soit en Europe ou à l'étranger, certains pays n'ont pas attendu pour interdire la captivité des cétacés et faire fermer les parcs marins.



Delphinariums : ces pays qui ont interdit la captivité des cétacés

1992 : La Hongrie ferme le dernier delphinarium du pays à la suite de la mort              de deux dauphins importés.

          En 2002 le pays interdit l'utilisation commerciale des grands dauphins de            la mer Noire induisant la fin de la captivité des cétacés.

1993 : le Royaume-Uni ferme son dernier delphinarium

1997 : Chypre interdit toute exhibition de cétacés et toute utilisation de                       cétacés à des fins commerciales.

2005 : Le Costa Rica interdit la captivité des cétacés

2008 : le Chili interdit la captivité des cétacés

2009 : La Croatie interdit la captivité des cétacés à des fins lucratives sur son              territoire

2009 : L’Autriche s’est battu pour empêcher la construction d’un delphinarium              sur son territoire et n’en a aucun

2012 : La Suisse ferme son dernier delphinarium

2013 : L’Inde interdit la captivité des cétacés et accorde aux dauphins le statut            de « personnes non humaines »

2016 : La Finlande ferme son dernier delphinarium

2019 : Le Canada interdit la captivité des cétacés. Le projet de loi interdit 
          également l’importation et l’exportation de mammifères marins, ainsi                que leurs embryons et spermatozoïdes.

Le Nicaragua et le Brésil ont mis en place des règles qui empêchent l’ouverture de delphinariums.

Autres pays européens ayant banni la captivité des cétacés
  • La Slovénie
  • L'Irlande
  • L'Estonie
  • La Lettonie 
  • Le Luxembourg 
  • La Pologne 
  • La Slovaquie 
  • La République Tchèque
Selon un sondage Ifop datant du 11 décembre 2018 pour l’association C’est Assez !, la Fondations 30 Millions d’Amis et la Fondation Brigitte Bardot :

7 Français sur 10 sont opposés à la captivité des dauphins et des orques dans des parcs aquatiques à des fins de divertissement
– En parallèle, 86 % de nos concitoyens pensent que le gouvernement devrait au contraire encourager et accompagner la création de sanctuaires ou refuges marins pour accueillir ces cétacés captifs et les réhabituer à la vie sauvage


En France, quatre delphinariums, le Marineland d’Antibes, Planète Sauvage près de Nantes, le Parc Astérix à Plailly et le Moorea Dolphin Center à Tahiti, détiennent des cétacés, et poursuivent les spectacles au mépris du bien-être de ces animaux sensibles, conscients d’eux-mêmes et d‘une remarquable intelligence. 

Crédit photos : ©C'est assez ! 


A la Une

Sélection du message

De l’espoir pour Hvaldimir, l’ex-espion russe