De l’espoir pour Hvaldimir, l’ex-espion russe

Par McKinley Corbley (pour Good News Network) - 13 novembre 2019

En l'espace d'une semaine, la vidéo du béluga jouant au rugby a été visionnée plus de 20 millions de fois, et bien que de nombreux spectateurs aient été parfaitement inconscients du sort du cétacé, les images virales pourraient aider à le sauver.


Le béluga Hvaldimir a été vu pour la première fois par des pêcheurs au large des côtes norvégiennes en avril dernier. Il portait un harnais, sur lequel pouvait être accrochée une GoPro, portant l’inscription « Equipment of St Petersburg »,  laissant supposer que le béluga était un espion russe. 

Les centres d'entraînement pour mammifères marins étaient courants durant la suprématie de l'Union soviétique, et depuis son « évasion »,  Hvaldimir est devenu mondialement connu comme le "béluga espion russe" déserteur.



Ce n'est pas la première fois qu’Hvaldimir interagit avec les humains. Peu de temps après que la population locale ait eu connaissance de la présence du cétacé, Hvaldimir a été filmé en train de rendre le téléphone d'une femme après que celle-ci l'ait fait tomber dans l’eau alors qu’elle était en bateau. 



Cette vidéo a été dénoncée par plusieurs associations environnementales comme allant à l’encontre du programme de réhabilitation mis en place pour Hvaldimir par des associations norvégiennes. 
Cependant, grâce à ces images, il y a de l’espoir pour le béluga.

Au cours de ces trois derniers mois, les activistes d’Advocates for Hvaldimir ont suivi l'activité du cétacé afin de s'assurer qu'il se débrouille bien tout seul. Regina Crosby, qui est membre cofondatrice du groupe, explique qu'ils travaillent maintenant avec 2 autres groupes environnementaux pour essayer de relocaliser Hvaldimir dans une autre région afin qu'il puisse potentiellement se réinsérer avec un groupe de bélugas pour avoir de meilleures chances de survie.



Régina Crosby, qui a tourné cet été un documentaire sur Hvaldimir, déclare : « En tant que défenseurs de Hvaldimir, nous avons réalisé que ce béluga n'aurait de chance de survivre, ni d’avoir une vie normale, que si on lui donne l’opportunité de vivre au sein d’un groupe. »

« Certains prétendent qu'aucun groupe ne l'acceptera, mais ces mêmes gens prétendent qu'un béluga, ancien captif, ne pourra jamais réapprendre à s’alimenter tout seul. Comme Hvaldi l'a prouvé, ce n'est pas vrai »,  a-t-elle ajouté. « Il y a beaucoup de cas de dauphins et d’autres cétacés solitaires ou déplacés qui se joignent à des pods, même à des pods d'autres espèces, pour former une famille. Il mérite d’avoir cette chance. »



Régina Crosby et Advocates for Hvaldimir ont depuis commencé à recueillir des dons auprès des fans du béluga afin de financer sa relocalisation. Depuis que le gouvernement norvégien a récemment autorisé les défenseurs de la faune sauvage à déplacer le célèbre cétacé, ils espèrent maintenant continuer à travailler avec les législateurs pour déplacer  Hvaldimir cet hiver.
« La  bonne nouvelle » c'est que nous avons créé une page GoFundMe avec des détails précis sur sa situation »,  a déclaré M. Crosby à Good News Network .
« Il est vraiment important de noter que nous ne travaillons pas avec AUCUNE organisation qui garde des cétacés en captivité ou qui les utilise pour le divertissement et nous ne recevons AUCUN financement de ces mêmes compagnies. »
« Nous avons beaucoup de choses à régler, mais il est dans l'intérêt de Hvaldimir de ne pas trop faire connaître certains détails »,  a-t-elle ajouté.

En attendant, les biologistes et les bénévoles qui s’occupent de Hvaldimir incitent les gens, touristes ou équipages de bateaux, à ne pas interagir avec l’animal afin d’éviter 

NOTE : Alors qu’Hvaldimir semble incapable, pour l’instant, de rejoindre un groupe de bélugas, et qu’il reste dépendant de l’humain, l’ONG Norvegian Orca Survey avait pris l’initiative de créer la Hvaldimir Foundation afin d’aider l’animal, notamment en recevant des dons. 

  • Le 1er octobre, la fondation donnait des nouvelles du bélugas : « Hvaldimir semble bien se porter. Ces derniers jours, il a été beaucoup plus indépendant, se tenant à l'écart du quai. Il est très actif et affiche ce qui pourrait être un comportement de recherche de nourriture. Il entre et sort quotidiennement du port d'Alta, adaptant peut-être ses mouvements à la proie qu'il poursuit. 
  • Le 27 octobre, la fondation donnait d'autres nouvelles de Hvaldimir, précisant qu’il avait pris un peu de poids et que bien que seul depuis plusieurs mois, il semblait très bien se débrouiller. 

Sur sa page facebook  la fondation donne régulièrement des nouvelles du Hvaldimir quant à l’évolution de sa santé, mais également sur l’évolution de son comportement. 


Traduction : C'est assez ! 

Source : Hope on Horizon for Escaped ‘Russian Spy Whale‘ After Video of Its Rugby Skills Goes Viral

Crédit photos : @SteveStuWill / ©Capture d’écran Instagram / ©Hvaldimir Foundation / ©Advocates for Hvaldimir 


A la Une

Sélection du message

Orques dans le port de Gênes, de la joie à la tristesse