Une maman dauphin adopte le bébé d‘une autre espèce, une première !


Par Erica Tennenhouse pour National Geographic - 30 juillet 2019


Les dauphins femelles Tursiops sont des mamans douces et attentives, qui allaitent, protègent et jouent avec leurs petits pendant une période pouvant aller jusqu'à six ans.

Aujourd'hui, de nouvelles recherches ont révélé le premier cas connu d'une maman dauphin Tursiops qui a adopté le bébé d'une autre espèce.


En 2014, des chercheurs ont repéré, dans les eaux côtières de la Polynésie française, une maman Tursiops qui s'occupait d'un bébé mâle à l'apparence inhabituelle, ainsi que de ce qui était présumé être son bébé biologique. 

Alors que les grands dauphins ont un rostre fin, le mystérieux  bébé, âgé d’un mois avait un rostre court et émoussé. Finalement, les scientifiques ont identifié l'orphelin comme étant un dauphin d‘Électre, une espèce de dauphin complètement différente.

« Nous étions très enthousiastes à l'idée d'assister à un phénomène aussi rare », déclare Pamela Carzon, responsable scientifique du Groupe d'Étude des Mammifères Marins (GEMM) de Polynésie, basé à Tiputa (Rangiroa, Polynésie française).

L'adoption est rare chez les mammifères sauvages, la plupart d'entre eux étant des membres apparentés de la même espèce. Le seul autre cas scientifiquement documenté impliquant un orphelin adopté d'une espèce et d'un genre différents a été observé en 2006, lorsque Patrícia Izar, primatologue à l'Université de São Paulo, a observé un groupe de capucins soignant un bébé marmouset. "À l'époque, nous étions vraiment, vraiment étonnés ", dit-elle.


Une rivalité fraternelle

Pamela Carzon et son équipe ont filmé et photographié la famille de dauphins « recomposée »  à partir de la terre, de  bateaux et sous l'eau, dans le cadre d'une étude à long terme qui a commencé en 2009 sur cette communauté d'environ 30 dauphins Tursiops.

Bien que la mère ait déjà eu un bébé, une fois que le bébé dauphin d’Électre solitaire est arrivé, il a rarement quitté sa nouvelle maman. On a souvent vu le trio nager ensemble, ce qui est inhabituel, car les mères dauphins s'occupent normalement que d'un seul bébé à la fois.

L'entente familiale n'était pas toujours au rendez-vous, le bébé dauphin d’Électre poussait sans cesse sa "sœur" adoptive de sous l’abdomen de sa mère. 

L'orphelin toujours aussi persévérant n’était pas seulement déterminé à intégrer la cellule familiale ; il a également compris comment s'intégrer dans le groupe de dauphins.

« Le dauphin d’Électre se comportait exactement de la même façon que les grands dauphins », raconte Pamela Carzon, qui a rapporté les observations en juin dans la revue Ethology.

Par exemple, il socialisait régulièrement avec d'autres jeunes et s'adonnait même à leur passe-temps favori, surfer et sauter dans les vagues. 



Une maman dévouée

Il est arrivé que des grands dauphins femelles "volent" des bébés d'autres espèces durant de brèves périodes lors de conflits, mais l’enthousiasme du bébé adopté et le dévouement de cette mère montrent qu'il ne s'agissait pas d'un enlèvement.

Dans ce cas, la mère a consacré énormément de temps à l'orphelin, ils ont été vus ensemble durant près de trois ans, disparaissant vers avril 2018, date à laquelle il aurait été sevré. Leur union s'est poursuivie longtemps après la disparition, pour des raisons inconnues, de son bébé biologique à l'âge d'un an et demi.

La femelle a également été vue en train d'allaiter son bébé adoptif à deux reprises, ce qui suggère qu'elle était très investie, explique Kirsty MacLeod, écologiste comportementale à la Lund University en Suède, qui n'a pas participé à l'étude. « Chez les mammifères, la synthèse du lait est très « coûteuse », c'est une ressource très précieuse. »


Pourquoi adopter ?

Mais une grande question demeure : Pourquoi un grand dauphin prendrait-il la peine de s’investir pour un  nourrisson avec lequel il n'a aucun lien génétique ?

Une possibilité est que la naissance récente de son bébé ait déclenché son instinct maternel. « C’était très probablement le moment idéal pour ce bébé, alors que la mère était très réceptive à l’idée de nouer des liens avec sa propre progéniture », déclare K. MacLeod, « et cela a conduit à cette situation un peu farfelue ».

Sa personnalité aurait pu être un autre facteur déterminant, car cette maman dauphin était déjà bien connue pour sa tolérance par les plongeurs de la région. Sa nature accommodante l'a peut-être empêchée de faire preuve d'une agressivité typique à l’égard de ce petit qui n’était pas sa progéniture.  

Puis il y a eu le dauphin d’Électre. Les chercheurs pensent que sa détermination à se joindre à la famille de dauphins Tursiops, et à agir comme eux, a joué un rôle-clé dans le succès de cette adoption.

« Cela montre que les jeunes dauphins ont une souplesse comportementale remarquable », déclare Pamela Carzon.

Traduction : C’est assez ! 


A la Une

Sélection du message

Orques dans le port de Gênes, de la joie à la tristesse