Le Canada adopte une loi pour interdire la captivité de baleines et de dauphins

UNE VICTOIRE HISTORIQUE !

Lundi 10 juin 2019 , les parlementaires canadiens ont validé un projet de loi interdisant la captivité et l'élevage de cétacés comme les baleines ou les dauphins

Le projet de loi S-203, qui nécessite encore l'approbation royale symbolique, interdit la reproduction, l'importation, l'exportation et la capture vivante de baleines, dauphins et marsouins partout au Canada. Il interdit également l’importation et l’exportation de leurs embryons et spermatozoïdes.


Ce projet de loi, présenté pour la première fois en 2015, a fait face à de nombreux obstacles et revers tout au long de ces années. L'Opposition a tenté à plusieurs reprises de faire capoter cette loi.

Malgré tous ces obstacles, c’est fait, le Canada interdit la captivité des cétacés !


Rebecca Aldworth, directrice générale de HSI/Canada, a déclaré : 

« L'adoption du projet de loi S-203 marque un tournant décisif dans la protection des animaux marins et représente une victoire pour tous les Canadiens. Les baleines et les dauphins n'ont pas leur place dans des bassins. Les souffrances endurées par ces animaux très sociaux et intelligents en confinement intensif ne peuvent plus être tolérées. Nous tenons à féliciter les parrains de ce projet de loi et le gouvernement canadien qui a joué un rôle déterminant en s’appuyant sur l’opinion publique et les solides preuves scientifiques liées à cette question cruciale. »

Elizabeth May, chef du Parti vert et députée de Saanich/Gulf Islands, a déclaré : 
« Les Canadiens se sont clairement prononcés, ils souhaitent que la pratique cruelle consistant à retenir les baleines et les dauphins en captivité soit interdite. L’adoption du projet de loi S-203 permet de nous assurer que cette mesure se concrétise. »


Le sénateur Wilfred Moore, parrain du projet de loi, a déclaré : 

« Nous avons l'obligation morale de mettre fin à la capture et au confinement des cétacés à des fins commerciales ou récréatives. Les Canadiens nous demandent de faire mieux - et nous les avons écoutés. »

Hal Whitehead, un éminent spécialiste des sciences de la mer, a ajouté : 

« Les conditions de vie des mammifères marins en captivité ne sont pas comparables à celles de leur environnement marin naturel, que ce soit en termes de superficie ou de qualité. Nous remercions le gouvernement fédéral et tous ceux qui ont contribué à l'adoption du projet de loi S-203, alors que nos lois reflètent enfin les valeurs du peuple canadien et mettent fin à cette pratique cruelle. »


Cette loi ne sera pas rétroactive, les cétacés actuellement en captivité le resteront. Certaines exceptions s'appliqueront notamment dans le cas d'animaux nécessitant une réhabilitation à la suite d'une blessure ou dans le cas d'une autorisation fournie par les autorités.

2 établissements détiennent encore des cétacés au Canada, l'aquarium de Vancouver et le Marineland de Niagara Falls. Ces 2 delphinariums ne seront plus en mesure d'élever ou d'importer de nouveaux cétacés au sein de leurs établissements.

"Nous espérons que d'autres pays suivront maintenant l'exemple du Canada et que les agences de voyages se rendront compte de la baisse d'acceptation (sociale) de ce type d'attractions", a déclaré l'ONG Humane Society International/Canada

Il est temps pour la France de faire de même et de reléguer la captivité des cétacés au passé !



Crédit photos : ©Humane Society International/Canada - ©Humane Canada 

A la Une

Sélection du message

Booking.com rejoint le mouvement anti-captivité