Découvrir et faire découvrir les cétacés

Par Sandrine Pantel 

La fin de ma mission de bénévolat pour Orca Guardians Iceland approche et le premier mot qui me vient à l’esprit pour décrire cette expérience que j’espère renouveler un jour est : fantastique. 

Une orque émergeant juste sous mes yeux, près du bateau 
Crédit photo : Sandrine Pantel
J’ai vécu un rêve éveillé pendant trois semaines, ce qui n’a rien d’étonnant au vu de la chance incroyable que nous avons eue lors de nos sorties en bateau. Lorsque l’on part observer les cétacés, aucun jour ne ressemble au jour précédent : la météo change, les paysages sont différents au fil des jours, les espèces rencontrées varient d’un jour à l’autre… 

Une orque femelle nageant près de nous tandis que la neige commençait à tomber
Crédit photo : ©Sandrine Pantel 
Je n’oublierai jamais les journées que nous avons vécues. Nous avons pu observer des cachalots et baleines à bosse, et j’ai même pu entrevoir pendant un instant la silhouette d’un petit rorqual timide nageant tout près du bateau. Nous avons été entourés par des dizaines de dauphins à nez blanc, chassant, jouant, faisant des acrobaties et nageant tout près de nous. Des moments magiques, magnifiés par les paysages enneigés de la péninsule de Snæfellsnes.

Un dauphin à nez blanc devant le mont Kirkjufell - Crédit Photo : Sandrine Pantel 
Mais ce qui me manquera le plus, c’est la voix de nos guides retentissant dans les haut-parleurs : « Excellentes nouvelles, nous avons repéré tout un groupe d’orques juste devant nous ». L’excitation montait en moi à chaque fois et je ne pouvais réprimer un grand sourire dès que je repérais à mon tour les ailerons au loin. 

Les moments que nous avons eu la chance de passer en compagnie des orques ont été bouleversants ! Nous avons vu des petits, énergiques et en pleine santé, nageant et sortant la tête de l’eau juste à côté de leur mère, des groupes de plusieurs dizaines d’individus chassant sous des nuées d’oiseaux puis nageant tranquillement l’un près de l’autre pour se reposer, des orques joueuses battant l’eau de leur nageoire caudale, des orques très curieuses émergeant tout près de notre bateau… Il va sans dire que le moment où une orque est apparue juste sous mes yeux pour voir le bateau de plus près est instantanément devenu l’un des souvenirs inoubliables de mon voyage ! 

Partager quelques instants de la vie d’une famille d’orques 
Crédit photo : Sandrine Pantel
Ce fut un plaisir et, bien souvent, un moment chargé en émotions que d’échanger avec les passagers, dans le cadre de ma mission pour Orca Guardians, après ces rencontres irréelles. La plupart d’entre eux n’avaient jamais vu d’orques, de baleines ou de dauphins en liberté et j’étais parfaitement en mesure de me connecter à leurs impressions et émotions : fascination, émerveillement, joie et excitation. Jeunes et personnes plus âgées, couples avec ou sans enfants : les réactions sont les mêmes lorsque a lieu la rencontre magique avec ces incroyables êtres vivants que sont les cétacés. 

Être témoin de la vie de plusieurs familles d’orques ou admirer des dizaines de dauphins jouant autour du bateau : pour la plupart des passagers, c’était un véritable rêve devenu réalité et avoir la possibilité d’échanger avec eux a, sans aucun doute, rajouté au charme de cette première expérience en tant que bénévole lors de circuits d’observation des cétacés. Leur parler de l’implication de l’association Orca Guardians après de telles expériences était plus que stimulant et beaucoup étaient enthousiasmés d’en savoir plus sur le travail de Marie ainsi que par l’idée d’adopter une orque d’Islande ! 

Rencontre avec une baleine à bosse - Crédit photo : Sandrine Pantel 
Je pense sincèrement que l’Islande est une destination rêvée pour observer les cétacés à l’état sauvage. L’Islande, avec ses orques et autres dauphins qui vous enchantent l’hiver et ses baleines qui vous fascinent pendant l’été.

Je suis bien décidée à revenir et à continuer mon travail de sensibilisation, et je continue, en attendant, à rêver des orques sauvages parcourant les eaux islandaises, en souhaitant de tout mon cœur les voir rester heureuses, libres et en bonne santé. 

Traduction : Sandrine Pantel pour C'est assez ! 

A la Une

Sélection du message

Orques dans le port de Gênes, de la joie à la tristesse