Observer des cétacés, un privilège

Par Sandrine Pantel 

En tant que bénévole lors de circuits d’observation des cétacés, votre principal souhait est de permettre aux passagers de vivre une expérience hors du commun. Fasciné(e)vous-même par les orques et baleines, vous espérez également être assez chanceux pour croiser à nouveau leur route ! Mais une question se pose : les observer dans la nature vous rendrait-il aussi heureux si leur présence était garantie chaque jour, lors de chaque excursion ? 

Crédit photo : ©Orca Guardians Iceland
Jusqu’à présent, tous nos circuits ont permis de magnifiques rencontres chargées en émotion avec des orques, cachalots et dauphins à nez blanc. Tous nos circuits, à l’exception de deux, et je n’ai alors pas pu m’empêcher d’être désolée pour les passagers. Pour la plupart d’entre eux, il s’agissait d’une première. La tristesse et la déception étaient clairement palpables lorsque nous sommes finalement rentrés au port en ayant uniquement croisé la route de quelques oiseaux. 

Mais cette incertitude est précisément la raison pour laquelle ces rencontres sont des moments uniques et inoubliables. La nature a ses propres lois et sait être imprévisible. Ces animaux sont libres et sauvages et peuvent être, eux aussi, imprévisibles. Ils vivent leur propre vie, ont leurs propres élans et motivations. 

Le bonheur d’une rencontre avec un cachalot - Crédit photo : ©Sandrine Pantel
Si ces expériences étaient garanties à coup sûr, en quoi seraient-elles précieuses ? Il me suffit de me remémorer ma première rencontre avec les orques, l’année dernière : celle-ci a eu lieu à la toute dernière minute, alors que nous rentrions au port et que tout le monde avait perdu espoir ! Je suis persuadée que ce moment ne serait pas devenu aussi spécial si ce groupe d’orques avait croisé notre route 30 minutes ou même une heure seulement après notre départ ! 

Apercevoir le souffle d’une baleine n’est pas toujours garanti !
Crédit photo : ©Sandrine Pantel 
Voilà pourquoi j’aime tellement partager ces expériences avec Marie et son équipe. Nombreux sont les passagers à me demander si nous utilisons des appareils spéciaux ou des systèmes de radars pour localiser les cétacés. Il n’existe pas de tels appareils et, quand bien même, où serait la magie dans tout ça ? Seules de la patience, une observation de tous les instants et une bonne paire de jumelles sont nécessaires, si l’on sait quoi chercher : des souffles et des ailerons à l’horizon. Et lorsqu’ils apparaissent enfin, l’excitation et les émotions ressenties sont alors à leur comble. La sensation est alors celle d’être privilégié(e), de se voir offrir un merveilleux cadeau par la nature elle-même.

Observer une orque : un moment magique et précieux 
Crédit photo ; Sandrine Pantel 
Même sans orques ou baleines, une excursion en bateau au large des côtes islandaises est une expérience en soi, avec ses magnifiques vues et paysages qu’elle que soit la saison. La clé d’une excursion réussie est d’être conscient(e) du caractère imprévisible de la nature. La déception peut tout à fait être au rendez-vous, mais, le jour où vous apercevez une orque, un dauphin ou une baleine pour la première fois de votre vie, vous serez peut-être assez ému(e) pour sentir les larmes vous monter aux yeux, parce qu’il s’agira alors d’une rencontre vraie, naturelle et authentique avec la mer et ses habitants. 

Les paysages des côtes islandaises peuvent aussi vous couper le souffle
Crédit photo : ©Sandrine Pantel 
Je continuerai à profiter de chacune de nos sorties, même celles ne donnant lieu à aucune rencontre, car la nature doit demeurer indomptée. La nature n’est pas un parc d’attractions où chacun obtient immédiatement ce qu’il désire et c’est très bien ainsi. 

Traduction : Sandrine Pantel pour C'est assez ! 




A la Une

Sélection du message

Booking.com rejoint le mouvement anti-captivité