Les célébrités d'Hollywood appellent la Russie à libérer les cétacés captifs de la "prison des baleines".

27 février 2019 

Leonardo DiCaprio se joint Pamela Anderson pour demander à la Russie de libérer des dizaines d'orques et de bélugas détenus dans la «prison des baleines» en Extrême-Orient.

Crédit photo : ©Pixabay / UPI
Dimanche dernier, l’actrice américaine, militante pour les droits des animaux, a écrit une lettre ouverte au président russe, Vladimir Poutine, lui demandant d’ordonner la libération des orques et bélugas captifs.

Fin 2018, Nova Gazetta annonçait qu'une centaine d'orques et de bélugas étaient retenus dans de petits enclos dans une baie proche de la ville de Nakhodka, sur la côte pacifique russe. Des activistes dénonçaient la maltraitance subie par les animaux qui ont été capturés pour être exportés vers les parcs marins chinois.

Crédit photo : ©Free Russian Whales 
Selon le moratoire mondial de 1982 sur la chasse commerciale à la baleine, les orques et bélugas peuvent être capturés uniquement à des fins scientifiques et éducatives.

DiCaprio a lancé un appel à ses abonnés sur ses pages Facebook et Twitter pour qu’ils signent la pétition et se joignent à lui pour s'opposer à la capture inhumaine de ces mammifères marins. Près de 900 000 personnes de différents pays ont déjà signé cette pétition et apporté leur soutien à l'appel pour la libération des cétacés, mais comme beaucoup de ces animaux sont très jeunes, il sera malheureusement impossible d’envisager pour eux une libération totale. 

Prison des baleines - Photo : ©Masha Netrebenko / Facebook
La semaine dernière, Poutine ordonnait à ses ministres de l'Environnement et de l'Agriculture de régler cette affaire avant le 1er mars afin d'éviter de nouvelles souffrances aux mammifères marins

Les procureurs russes ont ouvert une enquête à la fin de l'année dernière sur cette affaire, mais les activistes craignent que cela prennent trop de temps, et que les entreprises qui ont capturé les cétacés en profitent pour transférer les mammifères marins illégalement.

Traduction : C'est assez ! 


A la Une

Sélection du message

Les bélugas sauvages ne jouent pas au rugby !