mardi 14 mai 2019

Le gouvernement fédéral soutient la demande d’une tribu indienne pour la chasse à la baleine sur le continent américain.

Par SALLY HO - 4 avril 2019

Les responsables fédéraux soutiennent la demande d'une tribu d'amérindiens de l'État de Washington, les Makah, qui demande depuis des décennies la reprise de la chasse à la baleine, ce qui serait la seule chasse à la baleine autorisée sur le continent américain « à des fins cérémonials et de subsistance », une coutume de longue date. 


Les défenseurs des droits des animaux s'opposent à cette chasse obsolète et cruelle.

La NOAA (Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique) a annoncé jeudi sa proposition visant à permettre à la tribu Makah de chasser chaque année une à trois baleines grises à l’est du Pacifique Nord sur une période de 10 ans au large de la côte de Washington. Les tribus de l'Alaska et d'autres régions du monde chassent légalement les baleines, dont elles dépendent pour se nourrir.

Cette décision marque le soutien fédéral le plus puissant que la tribu Makah a reçu, même si elle doit encore faire face à une audience devant un tribunal en août. Un juge formulera une recommandation à la NOAA Fisheries pour la décision finale. Si elle est approuvée, la tribu pourra alors demander des permis et la chasse pourrait commencer dès l’année prochaine.

La tribu, établie à environ 193 kilomètres au nord-ouest de Seattle, le long de la Péninsule Olympique, a toujours chassé les baleines et capturé celles qui se sont échouées sur le rivage. C’est une tradition séculaire pour le peuple Makah, qui dit que c’est un besoin culturel, spirituel et un moyen de subsistance qui a été limité depuis près de 100 ans.


Patrick DePoe, membre du conseil de la tribu des Makah, a déclaré que la grande majorité des 2 800 membres, dont 1 100 vivent toujours dans la région, souhaitent revenir à leur régime alimentaire autochtone en y réintroduisant la viande et la graisse de baleine.

«C’est le chemin de guérison pour ma communauté et ça le sera pour les générations futures», a déclaré DePoe.

L'Animal Welfare et d’autres groupes ont passé 20 ans à combattre ces chasses devant la cour . En 2004, la 9e Cour d’appel du circuit américain a déclaré que la tribu ne pourrait obtenir de dérogation en vertu de la loi sur la protection des mammifères marins tant qu’une évaluation environnementale n’aurait pas été effectuée.

DJ Schubert, biologiste de la faune au sein de l’Animal Welfare Institute, a déclaré que la tribu ne devrait pas dépendre des baleines pour se nourrir et a exhorté la tribu à envisager d’autres options, telles que l’exploitation de circuits de whale watchting pour générer des revenus.

«Les Makah n'ont aucun besoin de subsistance nutritionnelle. Ils ont très bien survécu sans ces chasses à la baleine grise depuis les années 90 », a déclaré Schubert.


Bien que les Makah aient des droits garantis pour la chasse à la baleine en vertu du traité de 1855 signé avec les États-Unis, ils ont cessé de chasser volontairement les baleines dans les années 1920 après que la population des baleines grises ait été décimée par la chasse commerciale à la baleine. La tribu a cherché à reprendre la chasse dès que l’espèce a été retirée de la liste fédérale des espèces en voie de disparition en 1994.

Le porte-parole de la NOAA, Michael Milstein, a déclaré que selon sa plus récente étude datant de 2014, plus de 600 baleines grises de l’est du Pacifique Nord pourraient être prélevées chaque année sans affecter la viabilité à long terme de cette espèce. Il y a actuellement environ 27 000 baleines, a-t-il déclaré.

«Cette population de baleines grises est très saine et en pleine reconstitution, et probablement plus importante qu’elle ne l’a jamais été», a déclaré Milstein.

Milstein a déclaré que les autorités surveilleraient les chasses et le nombre d'animaux tués. S'ils sont approuvés, les permis limiteront le nombre et la quantité de chasses possibles afin de minimiser les risques pour les autres baleines connues pour migrer dans la région. Cela comprend la baleine grise de l’ouest du Pacifique Nord, qui est en voie de disparition, et le Pacific Coast feeding group.


Schubert a déclaré que le gouvernement n'avait pas suffisamment pris en compte la cruauté de la chasse. Il a déclaré que sa coalition de défenseurs des droits des animaux continuerait de se battre contre la demande de la tribu car il pense que leur demande ne justifie pas d’obtenir des dérogations aux lois américaines et internationales sur la chasse à la baleine.

«Je les considère comme des collègues, mais nous sommes en désaccord sur le fait que la chasse à la baleine serait l’avenir et que les Makah devraient être autorisés à pratiquer cette chasse», a déclaré Schubert.

La dernière chasse à la baleine de la tribu des Makah remonte à 1999, ils ont tué une baleine grise de 9 mètres.

En 2007, une baleine grise a été tuée durant une chasse illégale, action qui a été condamnée par les chefs de tribus. Deux membres de la tribu sont allés en prison pour ce crime.

« Historiquement, notre tribu a toujours été connue pour chasser la baleine, mais être connu pour une pratique, et ne pas pouvoir l'exercer, est difficile à accepter pour les membres de notre communauté », a dit M. Depoe.

Traduction : C'est assez ! 
 
Photo 1 : Membres de la tribu Makah découpant une baleine vers 1910.
Photo 2 : Baleine grise tuée en 1999 par la tribu Makah
Photos 3 et 4 : Découpe d'une baleine par les membres de la tribu Makah 

Crédit photos : ©Associated Press / ©Wikipedia