mercredi 6 mars 2019

Fermeture du Dolphinaris Arizona : Qu’est-ce qui est prévu pour les dauphins ? 

Par  Michael Mountain
le 28 février 2019

Tard dans la nuit du mardi 19 février, des membres du personnel du Dolphinaris Arizona, près de Phoenix, ont embarqué quatre dauphins dans un camion de location Penske et les ont conduits à l'aéroport de Sky Harbor.


De là, ils ont été transférés dans un avion à destination de Coral World Ocean Park, un centre d’élevage de dauphins captifs, dans les Îles Vierges. Cet établissement détenant des dauphins a fait l’objet de nombreuses critiques, principalement à cause de sa situation géographiques, un lieu qui fait face à des conditions météorologiques extrêmes et à la pollution causée par les eaux de ruissellement.


Au cours des deux ans et quatre mois qui ont suivi l'ouverture officielle de Dolphinaris Arizona, 4 de leurs 8 dauphins ont connu une mort prématurée : Bodie, 7 ans (septembre 2017 - Alia, 10 ans (mai 2018) - Khloe, 11 ans -décembre 2018) et Kai, 22 ans, à peine un mois plus tard.

Deux des dauphins restants, Liko et Noelani, avaient été prêtés par le Dolphin Quest, un delphinarium d'Hawaii, dont les propriétaires ont cessé leur collaboration avec le Dolphinaris, décidant de sortir leurs 2 dauphins de cet endroit. 

En quelques jours, le delphinarium a enlevé ses panneaux, fermé ses portes et prévu que Liko et Noelani, en accord avec le Dolphin Quest, se rendent à Coral World Ocean Park avec les deux autres survivants de Dolphinaris : Sonny et Ping.

Qu'est-ce qui a tué Bodie, Alia, Khloe et Kai ?



Comment autant de dauphins ont-ils pu mourir en si peu de temps ? 
Le Dolphinaris n’a publié de cause de décès « officielle » que dans les cas de Bodie et Alia, qui seraient morts d’infections, causes communes de décès chez les dauphins détenus en captivité. Khloe serait morte des suites d’une « maladie chronique » mais aucun détail n'a été fourni, et aucune information n'a été divulguée à propos du décès de Kai.

« Le fait de vivre dans un aquarium au sein d'un groupe de dauphins créé artificiellement, devoir constamment participer à des spectacles entraîne inévitablement un stress chronique », explique le Dr Lori Marino, neuroscientifique et présidente du Whale Sanctuary Project. « Ce stress finit par affaiblir le système immunitaire, ce qui rend l'animal vulnérable à toutes sortes d'agents pathogènes infectieux. Quand on ajoute à cela le contact avec les humains, comme c’est le cas dans les « programmes de nage avec les dauphins », non seulement il y a davantage de stress mais il y a également un risque réel de transmission de maladie de l’homme au dauphin et du dauphin à l’homme. »

Le Dolphinaris présentait les conditions parfaites d’un désastre pour les dauphins. De plus, le désert de l'Arizona suscite de vives inquiétudes depuis toujours. Il s'agit d'une zone à risque notoire pour les maladies liées au climat comme « la fièvre de la vallée », une infection fongique causée par la contamination due aux poussières agricoles qui pourrait facilement arrivées jusqu’au bassin des dauphins.

Quelle est la prochaine étape pour les quatre dauphins survivants ?


Les quatre survivants ont maintenant été transférés dans un enclos marin de Coral World Ocean Park, dans les Îles Vierges américaines.

Coral World appelle leur enclos de mer un « sanctuaire », un mot généralement défini comme un « lieu de refuge ». Selon cette définition, nous nous interrogeons sur la question de savoir si une installation commerciale correspond à cette définition.

Si nous comprenons bien, Coral World envisage d’utiliser ces quatre dauphins pour une attraction appelée Dolphin Experiences, attractions durant laquelle les visiteurs interagissent avec eux. La présidente et directrice générale de Coral World, Trudie Prior, a déclaré que « les expériences avec les dauphins sont conçues pour offrir aux visiteurs une occasion unique de côtoyer de près leurs dauphins dans un sanctuaire marin. »

Quelle est la définition d’un sanctuaire pour le Whale Sanctuary Project ? 


Un véritable sanctuaire s'efforce de créer l'environnement le plus naturel possible pour les résidents. Il ne leur impose pas d’ « expériences » avec des visiteurs durant lesquelles les personnes sont autorisées à se familiariser avec les animaux et à les toucher, les nourrir ou nager avec eux. Les « rencontres » avec des visiteurs payants ne font pas partie de l’environnement naturel d’un dauphin. Les animaux ne participent pas non plus à quelque forme de divertissement que ce soit pour un public humain. Dans un authentique sanctuaire, l’autonomie des résidents est une priorité.

En outre, aucun vrai sanctuaire ne nourrit les animaux.

Vivre dans un enclos marin est-il préférable à vivre dans un bassin en béton ?

De manière générale, toutes choses étant égales par ailleurs, tout est mieux que la vie dans un bassin en béton. Mais un enclos marin n'est pas un sanctuaire et tous les enclos marins ne sont pas égaux. 
L'Animal Welfare Institute note que « les quatre derniers dauphins nés en captivité (Dolphinaris) potentiellement immunodéprimés se retrouveront dans une baie connue pour avoir une circulation d'eau limitée dont la qualité est médiocre. Selon le Clean Water Act, Water Bay n’est pas un lieu adapté aux nageurs humains durant 40 % du temps au cours de l’année. Ces quatre dauphins devront vivre dans cette eau polluée toute la journée, tous les jours. »


Quelle est notre définition d’un authentique sanctuaire ?

Alors que nous poursuivons notre recherche pour trouver le meilleur emplacement pour un sanctuaire, voici certaines des considérations dont il faut tenir compte pour notre projet. 

Un sanctuaire authentique n'est pas simplement un lieu de vie, mais un lieu de prospérité. Il doit être l’exemple d'un changement fondamental dans notre relation avec les cétacés, de l’exploitation à la réhabilitation. 
Les sanctuaires n'offrent pas de spectacles pour le public. Ils ne permettent pas la reproduction. Ils n'autorisent pas non plus de procédures invasives inutiles. Ils favorisent plutôt l'autonomie et une vie aussi naturelle que possible.
Ils sont totalement transparents dans leurs soins aux animaux et dans la diffusion d'informations sur leur santé et leur comportement.

Et pour avoir un aperçu des considérations à prendre en compte lors de l’évaluation des sites, il faut également tenir compte de l’espace, de la profondeur, de la qualité de l’eau, des facteurs environnementaux et des installations. 

Un sanctuaire pour les cétacés est aussi un sanctuaire pour les personnes. 

Bien qu’il n’y ait pas de spectacles dans un sanctuaire, cela ne signifie pas qu’il doit y avoir un énorme panneau « Keep Out » (Ne Pas Entrer) à l'entrée ! 
Un véritable sanctuaire est un endroit merveilleux à visiter, un lieu de refuge où l’on peut entrer en contact avec la nature et faire l'expérience de voir des animaux dans leur propre environnement.



Un sanctuaire est aussi un lieu d'éducation et d'inspiration où les gens, jeunes et vieux, peuvent comprendre comment, lorsque nous rendons aux animaux quelque chose de ce que nous, les humains, leur avons pris, nous faisons en retour l'expérience d'une valeur inestimable.

Traduction : C'est assez ! 

Crédit photos : ©The Whale Sanctuary Project / Abc15 Arizona