mercredi 13 mars 2019

Chili - Découverte d'un nouveau type d'orques

Par Seth Borenstein - 8 mars 2019

Durant des décennies, il y eut des récits de pêcheurs et de touristes, et même de nombreuses photos d'un mystérieux épaulard qui ne ressemblait tout simplement pas à tous les autres, mais les scientifiques n'en avaient jamais vu.

Crédit photo : ©Paul Tixier / Via AP 
Une équipe internationale de chercheurs a découvert, en janvier dernier, une vingtaine d’orques nageant dans les océans au sud du Chili. Ils attendent les résultats des tests ADN pris à partir d'un échantillon de tissu, mais pensent qu'il pourrait s'agir d'une nouvelle espèce d’épaulard bien distincte.

Jeudi, l’Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA) s’est sentie suffisamment confiante pour annoncer cette découverte.


Certains experts font encore preuve de prudence, reconnaissant toutefois que les orques sont différentes, mais préfèrent attendre les résultats des tests pour répondre à cette question concernant cette espèce.
"Il s'agit de l'épaulard le plus différent que j'ai jamais vu", a déclaré Robert Pitman, écologiste marin à la NOAA de San Diego. Il faisait partie de l'équipe qui a repéré les orques au large du Cap Horn, à la pointe de l'Amérique du Sud.

Quelles sont ces différences ? Le bandeau oculaire blanc, caractéristique de l’orque, est minime chez ces orques, à peine perceptible. Leurs têtes sont un peu plus arrondies et moins élancées que chez autres espèces d’orques et leurs nageoires dorsales sont plus étroites et pointues.

Ils mangent probablement principalement du poisson, et pas des mammifères marins comme le font d'autres types d’orques, a déclaré Pitman. Les pêcheurs se sont plaints de leur capacité à « braconner » les lignes de pêche et à s'emparer de poissons de 200 livres.

Pittman a déclaré qu'ils sont si différents qu'ils ne peuvent probablement pas se reproduire avec d'autres espèces d’orques et que c’est probablement une nouvelle espèce. Ils sont légèrement plus petits que la plupart des orques, de 6 à 7,5 mètres de long. 

Crédit photo : J-P Sylvestre / Associated Press
Dans l’hémisphère sud, les orques sont considérés comme une seule et même espèce, classés des types A à c. Celui-ci est appelé épaulard du type D ou subantarctique.

Michael McGowen, conservateur des mammifères marins au Smithsonian, a déclaré que dire que ces orques étaient d’une nouvelle espèce d’épaulard sans données génétiques pourrait être prématuré. Néanmoins, a-t-il déclaré, « Je pense que ce qui est remarquable, c’est qu’il reste encore beaucoup de choses dans l’océan, comme un énorme épaulard que nous ne connaissons pas. »

Les scientifiques ont entendu parler pour la première de ces orques en 1955 en Nouvelle-Zélande, lors d’un échouage massif d’orques avec des caractéristiques différentes. Les scientifiques pensaient alors qu’il pouvait s’agir d’une famille d’orques possédant une mutation génétique différente. Mais les photos du mois de janvier et toutes les autres photos démontrent qu’il s’agit bien d’un type différent d’épaulard, selon Pitman.
Ils sont difficiles à trouver car ils vivent loin au sud et loin de la côte, contrairement à la plupart des orques.

"L’épaulard de type D vit dans les eaux les plus inhospitalières de la planète. C’est un bon endroit pour se cacher.", a-t-il déclaré.
Pitman s’est intéressé à ce mystérieux épaulard en 2005, alors qu’on lui avait montré une photo. Quand lui et d’autres ont décidé d’aller à leur recherche, ils ont suivi les conseils et les directives des pêcheurs sud-américains qui avaient vu les orques prendre leurs poissons.

Après des semaines d'attente, environ 25 orques sont arrivées vers le bateau des scientifiques, semblant s'attendre pour être nourries. Des problèmes d'équipement ont empêché les scientifiques d'enregistrer suffisamment de chants, mais ils ont utilisé une arbalète pour prélever un échantillon de tissu. Pitman a déclaré que les baleines sont si grandes et leur peau si dure que cela ne leur a pas fait mal, précisant que la fléchette "était un peu comme une paille de soda qui rebondit sur le pneu d’un camion."

Pitman a déclaré qu'il n'oublierait jamais ce 21 janvier lorsqu'il a enfin vu son premier groupe d'orques de type D.

"Pendant 14 ans, j’ai recherché ces gars. J'ai finalement pu les voir", a-t-il dit.

Traduction : C'est assez !