lundi 19 novembre 2018

Des phoques pris au piège dans un centre commercial ne peuvent même pas ouvrir les yeux

Par Elizabeth Claire Alberts - 24 octobre 2018

C'est un «enfer pour les animaux».


Il y a deux ans, un ours polaire captif nommé Pizza a attiré l'attention du monde entier alors qu’il a était allongé dans un petit enclos, apathique, alors que les touristes le prenaient en photo. Il a été surnommé «l'ours polaire le plus triste du monde» et ses conditions de vie ont suscité un tollé international. 

À l'époque, il était détenu dans une pièce sans vitres avec une seule piscine pour nager à l'aquarium de Grandview, un «zoo» insalubre situé dans un centre commercial de Guangzhou, en Chine.


Pizza a finalement été transféré à Tianjin Haichang Polar Ocean World, un aquarium situé dans le nord de la Chine, où il a retrouvé sa mère. 
Bien qu’il existe encore de sérieuses préoccupations au sujet du parc marin où Pizza vit actuellement, son enclos semble être petit et artificiel et l’aquarium offre spectacle spectacles animaux. L’ours polaire semble aller légèrement mieux, selon National Geographic. 


Même si Pizza est parti, l'aquarium de Grandview, son domicile d'origine, est toujours ouvert et ses animaux résidents, notamment des bélugas, des phoques et un morse, continuent de souffrir chaque jour.


Plus tôt cette année, des enquêteurs de China Cetacean Alliance (CCA) ont visité le zoo pour documenter les conditions actuelles. Ils ont été choqués par ce qu'ils ont vu. En fait, ils l'ont décrit comme un «enfer vivant pour les animaux».


Les quatre bélugas résidents (initialement capturés à l'état sauvage en Russie) vivent dans un petit bassin stérile, sans aucun enrichissement et présentaient des comportements stéréotypés (mouvements répétitifs indiquant un stress chez les animaux captifs) comme nager en cercles et appuyer leur front contre les parois de leur bassin pour se tourner. 

D'autres fois, ils paraissaient léthargiques et languissaient au fond de la piscine, ne remontant à la surface que pour prendre une bouffée d'air.


Les enquêteurs ont également observé que les bélugas étaient obligés de se produire en spectacle pour des invités ayant payé leur place, ce qui ne semblait pas être une expérience très agréable pour les animaux.


«Chaque jour, ils sont obligés d'adopter des comportements contre nature, tels que se recourber leur corps et embrasser le public dans le cadre de représentations chorégraphiées», écrit le CCA dans son rapport . «La prestation dont nos enquêteurs ont été témoins a montré qu'un des cétacés ne répondait pas aux ordres de son dresseur comme celui-ci le demandait, montrant clairement des signes d'ennui dans sa routine.»


«La liberté de nager, de chasser et d'explorer le vaste océan et de profiter d'une vie communautaire n'est pas possible en captivité pour ces animaux majestueux», a ajouté le groupe.


«Il y avait également sept phoques tachetés à l'aquarium et ils n'avaient pas l’air d’aller beaucoup mieux. L'eau de leur bassin était extrêmement trouble et les phoques devaient plisser les yeux ou les fermer à cause de la mauvaise qualité de l'eau. Il y a avait également une forte odeur de désinfectant dans leur enceinte », a déclaré le groupe.

Les deux otaries n'avaient pas non plus d'enrichissement dans leur bassin minuscule et les enquêteurs les ont observés écrasant leurs museaux au fond de leur bassin, bien qu’il n’y ait rien d’autres que des excréments et des débris.


Il y avait aussi un morse solitaire, tournant en rond dans son bassin et appuyant ses nageoires pectorales contre les parois et se retournant, encore et encore.


«Le morse n’avait pas de distractions, pas d’abris, et pas de compagnons», explique la CCA. 


Curieusement, à l’intérieur du « Pavillon des loups arctiques » il y a aussi 2 malamutes d'Alaska, qui sont des chiens domestiques. Ces chiens avaient eux aussi une vie difficile.

«Les malamutes ont besoin de grands espaces extérieurs, mais malheureusement, ces chiens sont confinés dans une petite pièce sans soleil, sans herbe et avec très peu de jouets », a déclaré la China Cetacean Alliance.


Ces animaux ne sont pas les seuls animaux détenus au zoo, il y avait aussi un dragon d'eau vert avec une blessure au museau, ainsi que des alpagas, des suricates, des chinchillas, des Saïmiris, des tortues, des chiens et des chats lors d’une exposition d’animaux de compagnie. 


Selon le rapport, tous les animaux étaient gardés dans des enclos extrêmement petits et sales, sans aucun divertissement. 


Les enquêteurs étaient également conscients que des animaux n'étaient plus là: un grand nombre de poissons sont morts et le bassin qui abritait autrefois un requin-baleine est vide depuis 2016.

«Naomi Rose, scientifique spécialisée dans les mammifères marins à l'Animal Welfare Institute (AWI)», a déclaré qu'elle n'était pas surprise de constater que cela allait toujours aussi mal au Grandview Aquarium. En fait, elle s'attend à ce que les conditions empirent vu l‘ancienneté de l‘installation. N. Rose a visité le zoo en 2016 et elle se souvient que les bélugas avaient des comportements inquiétants. Par exemple, un béluga jouait avec un éclat de peinture tombé du bassin. 


«Tout d'abord, la peinture ne devrait pas être écaillée», a déclaré N. Rose à The Dodo. 

«Quelle que soit la peinture utilisée, elle n'est pas appropriée pour ces bassins d'eau salée, parce qu‘elle s‘écaille. Mais là, s'il s'agit de copeaux, ils devaient être là depuis longtemps et il est dangereux pour les animaux d'ingérer des éclats de peinture. Vous devez également disposer d'un système de filtration qui gère et enlève les éclats de peinture en permanence.» 

Nous avons observé ce béluga en train de jouer avec cet éclat de peinture, le suçant, soufflant dessus, l’aspirant et le soufflant de nouveau. En fait, ce morceau lui servait de jouet… ce qui soulève également la question : « Pourquoi n'y avait-il pas de vrais jouets dans le bassin ? C'était vraiment bizarre.»


Naomi Rose pense également que le fait que le zoo soit situé dans un centre commercial est grandement inapproprié.

«Si l'un de ces animaux sortait, il serait hystérique et complètement traumatisé, a déclaré N. Rose. « Ils n'auraient nulle part où aller, et ils seraient parmi un groupe de personnes qui crieraient et paniqueraient.»


«Le zoo n'est pas au rez-de-chaussée, donc si il y avait une catastrophe naturelle, les bassins pourraient fuir ou se briser, ce qui causerait le chaos dans le centre commercial», a-t-elle expliqué. 
«La meilleure chose à faire pour aider les résidents de l'aquarium de Grandview, ainsi que pour les animaux hébergés dans d'autres établissements de seconde zone en Chine, est de parler de la situation dans les médias sociaux», a déclaré Rose.


« Plus les Occidentaux diront à quel point ils trouvent horrible ce qui se passe en Chine, plus la Chine réalisera à quel point le commerce des cétacés capturés à l'état sauvage leur donne mauvaise réputation », a déclaré Rose. « Ils n'aimeront pas cela et cela pourrait éventuellement les amener à repenser ce qu'ils font. »

Traduction : C'est assez ! 

Source : The Dodo