mercredi 19 septembre 2018

L'histoire de Flocke et Raspoutine reprise par les médias allemands

Suite à la vidéo que nous avons publiée sur notre page Facebook, montrant l'ours polaire Raspoutine haletant dans son enclos de Marineland, son histoire a fait couler beaucoup d'encre... Jusqu'en Allemagne, pays qui a vu naître sa compagne d'infortune, Flocke.
Voici l'un des articles publiés à ce sujet sur le site Augsburger-allgemeine . Une traduction de Sandrine Pantel pour C'est Assez!

➡️ Cliquez ici pour signer notre pétition demandant le transfert des ours polaires de Marineland dans un pays au climat plus froid.

2008 : La mignonne ourse polaire Flocke, encore jeune, née à la mi-décembre 2007 au zoo de Nuremberg. Sur cette photo, sur laquelle on aperçoit un ours polaire en peluche en bas à gauche, elle est âgée de quelques semaines.  
Photo : Ralf Schedlbauer, ville de Nuremberg, dpa ; David Ebener, dpa ; C’est assez !

 Flocke souffre-t-elle en France ?

Zoo- La petite ourse polaire était la star du zoo de Nuremberg, avant d’être transférée à Antibes. Les militants de la cause animale soulèvent désormais de sévères critiques à l’encontre du Marineland, où elle vit avec l’ours polaire Raspoutine.
DE BIRGIT HOLZER
ANTIBES L’ourse polaire Flocke, née en décembre 2007 au zoo de Nuremberg, est devenue une star dès la naissance, une véritable attraction adorée du public, attirant les foules et captivant les médias. Tout comme son congénère Knut, né un an avant elle au zoo de Berlin (et mort depuis), elle a été élevée manuellement, par des humains. L’engouement du public pour Flocke s’est depuis longtemps calmé. Depuis avril 2010, elle vit au Marineland, le parc animalier marin situé à Antibes dans le sud de la France. Mais comment va-t-elle depuis ?
Pour l’association de protection animale française C’est Assez !, la réponse est tout aussi claire que dramatique : elle ne va pas bien du tout. Les membres de l’association expliquent que la canicule de cet été, avec des températures atteignant les 40° C, ont énormément fait souffrir Flocke et son compagnon Raspoutine. Né dans un zoo de Moscou, ce dernier avait rejoint Flocke à Nuremberg, avant d’être transféré avec elle à Antibes en 2010. En novembre 2014, Flocke mettait au monde une petite ourse, Hope, conçue avec Raspoutine.
Une vidéo publiée sur Internet au mois de juin dernier montrait Raspoutine en plein soleil, haletant et la gueule pleine de bave. Les activistes pour la protection animale affirment que les ours n’avaient accès à aucun coin d’ombre et que l'accès à la cave réfrigérée était fermé par une grille, les ours n’ayant ainsi aucune possibilité d’échapper à la chaleur accablante. Les responsables du Marineland avaient affirmé qu’il était normal pour un ours en rut de baver comme l’avait fait Raspoutine, ce que les militants considèrent comme un non-sens. « Un ours polaire est fait pour vivre sur la banquise, nager sous la glace et chasser. Un ours polaire n’a rien à faire en captivité. »
Communément avec huit autres associations de protection animale, C’est Assez! publiait une pétition en ligne au mois de juin, cette dernière récoltant plus de 170 000 signatures en deux mois. Cette pétition exige du Ministère de la transition écologique et solidaire l’interdiction, à moyen terme, du maintien en captivité d’ours polaires en France et le transfert de Flocke et Raspoutine dans un endroit plus adapté à leurs besoins, en prenant l’exemple de la fille de Flocke et Raspoutine, Hope, transférée dans un parc dédié aux prédateurs en Suède. 

Un courrier devait être ensuite envoyé à Nicolas Hulot fin août, le jour où ce dernier a finalement annoncé sa démission du gouvernement. Christine Grandjean, la présidente de C’est Assez !, attend désormais l’entrée en fonction du successeur de Nicolas Hulot et espère dépasser, entre temps, la barre des 200 000 signatures. Elle craint cependant que les politiques ne puissent s’emparer de la question : « Tout est une question d’argent, puisque les ours polaires attirent énormément de visiteurs. » Elle ne compte néanmoins pas relâcher la pression. Le Marineland d’Antibes fait encore et toujours l’objet de critiques de la part des militants de la cause animale, notamment concernant la captivité des orques et dauphins. Dans le même temps, le parc a reçu en février 2018 le certificat « Humane Certified » du programme international American Humane Conservation, censé attester du respect du bien-être des animaux.
Le PDG du Marineland, Pascal Picot, qualifie les critiques actuelles de C’est Assez! d’ « attaques arbitraires d’une association extrémiste dont l’objectif final est de faire fermer le parc. » Il affirme que les ours polaires lui ont été confiés « dans le cadre d’un programme de reproduction d’espèces menacées ». Cela fait déjà plusieurs années que des doutes sont émis sur la capacité de Flocke et Raspoutine à supporter la chaleur, ce dès 2009, à l’annonce de l’arrivée de ces ours à Antibes.
À l’époque, les gestionnaires du Marineland avaient annoncé la construction d’un nouvel enclos doté de « grands bassins remplis d’une eau conservée à une température de 14° C toute l’année », tandis qu’un système de climatisation garantirait des températures agréables à l’intérieur. Pour l’association C’est Assez !, cet enclos de 2200 m² est trop petit et le maintien en captivité commune de Flocke et Raspoutine serait contre-nature. Selon Christine Grandjean, les ours polaires sont des solitaires et les deux ours présentent des troubles du comportement.
2010 : Flocke (à droite) et Raspoutine jouant au zoo de Nuremberg.  
2018 : l’ourse polaire Flocke au Marineland d’Antibes dans le sud de la France.