dimanche 5 août 2018

La NOAA « sort des sentiers battus» pour sauver une orque du pod J, qui n'a peut-être plus que quelques jours à vivre.

Un plan d'urgence pour sauver une orque résidente du sud affamée est en cours tandis qu'un autre individu de ce pod, Tahlequah (J35) continue de porter son bébé mort.

Phtoto : Scarlet (J50) - Dr Fearnbach/SR³ - Sealife Response, Rehabilitation & Research - Dr John Durban/NOAA
Le gouvernement fédéral organise une intervention d'urgence pour Scarlett (J50), une orque de 4 ans affamée, afin de la nourrir avec du saumon quinnat vivant, enrichi de médicaments. Scarlet n'aurait peut-être plus que quelques jours à vivre.
La jeune orque est si émaciée, que l'arrière de son crâne est visible. Une tache blanche inquiétante a également été repérée sur le haut de sa tête, près de son évent. Cela pourrait être un signe d’infection.

La crise survient alors qu'un autre membre des orques résidentes du sud s'accroche à son bébé décédé pour la dixième journée consécutive, refusant de le laisser partir. Le bébé, né le 24 juillet, n'a vécu qu'une demi-heure. Actuellement, les autorités s'empressent de mettre au point un plan pour éviter un autre décès dans cette population d'épaulards en danger critique d‘extinction.

Le biologiste Brad Hanson, du Northwest Fisheries Science Center de Seattle, a déclaré que Scarlett (J50) avait perdu environ 20% de son poids corporel et qu'elle avait besoin de poisson. Il s'agit tout autant de la réhydrater que de la nourrir.

"Il y a beaucoup de si, et on ne sait si elle prendra ou pas le poisson", a déclaré Hanson. "La plus grande préoccupation est la diminution de son taux d'hydratation ; cela devient vraiment très préoccupant.

"Elle ne pourrait survivre que quelques jours. Elle continue à décliner. "

Photo : Center for Whale Research
Lynne Barre, directrice de la Protected Resources Division de la NOAA de Seattle, a déclaré que la première étape consisterait à examiner de plus près ce qui pourrait affecter la jeune orque.

Un bilan de sa santé est prévu pour évaluer son niveau d'activité et sa respiration. Les biologistes prendront également des échantillons de manière non invasive. 
Hanson fera des prélèvements sur sa respiration et examinera les gouttelettes à la recherche d'agents pathogènes, en utilisant une boîte de Pétri tenue à une certaine distance de son évent.

D'autres scientifiques sont sur le terrain actuellement et se servent d'un drone pour collecter des photos d'elle. Un autre biologiste recueillera des selles de l’orque à la surface de l'eau pour les analyser.
Selon Barre, l'agence a obtenu un permis d'urgence pour aider Scarlett (J50). Il travaille sur un plan pour l’hydrater et la soigner avec du saumon quinnat vivant,. Un plan encore en cours d'élaboration qui devra obtenir l'aval du siège de l'agence, à Washington DC, pour sauver la vie de la jeune orque.

Photo : Katy Foster/NOAA Fisheries
"C'est une idée nouvelle et nous avons du travail à faire pour évaluer son potentiel et ses risques", a déclaré M. Barre. "Cela sort des sentiers battus, mais nous devons déterminer quel poisson, quel bateau, où, quand et comment. "

Mais étant donné la situation actuelle de Scarlett (J50), rester sans rien faire n’est pas une option, a déclaré Barre. La santé de l’orque s'est nettement détériorée depuis l'année dernière.
Jay Julius, président de la nation Lummi, a déclaré que la tribu avait pris des dispositions pour utiliser un bateau à turbine et qu'elle cherchait une source de poisson pouvant nourrir Scarlet, des poissons qui pourraient être pêchés par des professionnels de la communauté.

Le poisson serait capturé vivant soit à l'aide de senneurs, soit avec des filets et mis dans un récipient sur le bateau.
Pour nourrir Scarlet, le poisson pourrait alors être déversé par l'arrière du bateau. Si Scarlett accepte de prendre le poisson, on pourrait lui donner davantage de poissons avec médicaments », a déclaré Barre.

La nation Lummi se mobilise pour aider cette population d‘orques, a déclaré Julius. La vue de Tahlequah (J35) portant son bébé mort jour après jour l'a ému et a provoqué une réaction mondiale.

Photo : Robin W. Baird-Cascadia Research Collective

"Voyez ce qu'il se passe avec ce petit bébé sans vie et sa mère en deuil qui porte son bébé", a déclaré Julius. "Ils appartiennent à la mer des Salish", dit-il des épaulards. "Tout comme nous appartenons à la mer des Salish. Ils n'ont pas de voix et je sais que ce n'est pas une solution à long terme. Mais quelque chose doit être fait, et ca doit être fait rapidement. La situation est urgente", a-t-il dit à propos de Scarlet, 4 ans, qui meurt de faim.

Alors que cet effort fait dans l’urgence n'est pas infaillible, certains ont été soulagés de savoir qu'un plan était en cours pour l’aider.

"Nous parlons de la possibilité de perdre trois femelles", a déclaré Deborah Giles, chercheur scientifique pour le University of Washington Center for Conservation Biology et Directrice de recherches pour Wild Orca.

Scarlett (J50) est une femelle, tout comme le bébé décédé de Tahlequah (J35). Tahlequah est l'une des rares femelles en âge de procréer, c’est un membre important du clan. Pourtant, "Si Tahlequah continue ainsi, nous pourrions la perdre aussi", a déclaré Giles.

Giles utilise des chiens renifleurs pour trouver les excréments des orques résidentes du sud, ils seront analysés pour déterminer l'état de leur santé.
Des études menées par le directeur du centre, Sam Wasser, basées sur l'analyse de ces échantillons, ont établi un lien entre la famine et l'échec des grossesses chez les orques résidentes du sud. Cette population est en voie de disparition, elle ne compte que 75 membres aujourd'hui et cette famille a perdu de nombreuses femelles en âge de procréer.

Photo - Katy Foster-NOAA Fisheries
Giles a dit qu'elle espérait que Scarlett (J50), aperçue la nuit dernière en train de nager avec sa famille dans le détroit de Juan de Fuca, revienne et très bientôt : "J'espère qu'ils reviendront avant qu'il ne soit trop tard."


La NOAA a pris des mesures sans précédent en faveur des orques dans le passé et qui ont démontré leur succès.

Springer, ou A73, une jeune orque des résidentes du nord arrivée à Puget Sound en 2002, souffrait de malnutrition, elle était malade et orpheline. Elle commençait à s’approcher des bateaux. 
L'agence est intervenue, s'occupant de Springer, la transférant dans un enclos temporaire près de Manchester. Elle fut nourrie et soignée jusqu'à ce qu'elle soit suffisamment forte et en bonne santé pour être relâchée dans la nature 6 semaines plus tard dans le détroit de Johnstone.

Puis on l'a vue nager de nouveau avec des orques sauvages. Dès lors, son état de santé est revenu à la normale et depuis, elle a donné naissance à deux bébés. 

Il est difficile de savoir ce qu’il va advenir de Scarlet (J50).

"Il y a un million de possibilités et nous voulons procéder étape par étape", a déclaré Barre, qui avait participé au sauvetage de Springer et qui est resté par la suite afin de travailler sur des solutions permettant de rétablir la population des orques résidentes du sud.

Regarder Tahlequah qui s'accroche à son bébé mort est difficile, tout comme d’assister au déclin de Scarlet, a déclaré Barre.

"Ce sont à la fois des situations tragiques et des signes que la population ne va pas bien."

[NOAA - Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique]

[Traduction C’est assez !]

Pour agir vous pouvez signer la pétition :  
https://actionnetwork.org/petitions/time-is-running-out-these-dams-must-be-breached-to-save-endangered-orcas-and-salmon?source=facebook