jeudi 24 mai 2018

TORTURÉS POUR LE PLAISIR DES TOURISTES

Leurs dents ont été arrachées pour pouvoir faire des bisous aux touristes et ces animaux sont contraints d’exécuter des tours.

Des dauphins “traumatisés” sont détenus sur l’île paradisiaque de Bali
Le rapport choc détaille les résultats d’une enquête menées dans 26 établissements indonésiens proposant des activités touristiques avec animaux à Bali, Lombok et Gili Trawangan - Par Caroline McGuire, Digital Travel Editor


Ce nouveau rapport affirme que des dauphins TRAUMATISÉS sont détenus sur l’île paradisiaque de Bali. Leurs dents ont été arrachées pour pouvoir faire des bisous aux touristes et ces animaux sont contraints d’exécuter des tours.

Une nouvelle étude bouleversante menée par l’ONG World Animal Protection (Société mondiale de protection des animaux) rapporte que des dauphins sont régulièrement «arrachés à leur milieu naturel» et transférés dans des établissements de divertissement pour exécuter des tours aux visiteurs.
Nombre d’entre eux ont les dents limées ou arrachées pour éviter de blesser les visiteurs quand ils leur font des «bisous», un traumatisme énorme qui peut avoir des répercussions tout au long de leur existence.


Le rapport affirme : Ce qui est très inquiétant, c’est que les dents de deux femelles et potentiellement de jeunes mâles, ont été presque entièrement limées, certaines semblent totalement manquantes.

Lorsque nous avons questionné les soigneurs, ils ont affirmé que les dents des dauphins n’ont pas poussé car ils sont élevés en bassin.
C’est impossible, et la raison la plus probable serait que les dents des dauphins ont été limées pour éviter qu’ils ne mordent les soigneurs ou les touristes.

Un autre tour exécuté pour les touristes, « l’échouage », est susceptible d’endommager les organes internes des animaux et de provoquer des maladies respiratoires.

Le rapport intitulé «Wildlife Abusement Parks» (jeu de mots que l’on pourrait traduire par 
«Les Parcs animaliers de l’horreur ») détaille le résultat d’une enquête menée dans 26 établissements indonésiens proposant des spectacles avec animaux sauvages à Bali, Lombok et Gili Trawangan. L’ensemble de ces parcs possède environ 1500 animaux sauvages dont des éléphants, des dauphins et des orangs outans.
Les enquêteurs ont noté que l’industrie de la captivité des cétacés «menace directement les populations de dauphins sauvages» et les individus capturés sont sujets à des «traitements inhumains pour le restant de leur vie».


Les minuscules piscines dans lesquelles les dauphins sont maintenus en captivité annihilent leur comportement naturel et le chlore peut provoquer la cécité chez ces mammifères marins.
Les Britanniques sont 5e au rang des touristes qui se rendent Indonésie et ont été plus de 243 000 à visiter le pays l’année dernière.
Mais les tour-opérateurs ne sont certainement pas informés des conditions de détention exécrables des animaux maintenus en captivité.

Les balades à dos d’éléphant sont une activité qui nécessite un processus de dressage intensif et cruel, qui impose un contrôle violent de l’animal.
Une souffrance immense est souvent infligée aux animaux pour accélérer le processus de dressage et établir un rapport de domination.
Le rapport établit que 15 % des éléphants présente des symptômes de comportements stéréotypés parmi lesquels le balancement et le battage des pattes, signes d’une détresse et d’une souffrance intenses.
Une vidéo mise en ligne par l’ONG montre qu’un des éléphants est forcé à s’allonger au sol par un homme muni d’un fusil.

Au même moment, les parcs détenant des orangs outans proposent de faire des selfies avec les animaux. Leurs mouvements sont extrêmement limités et les possibilités d’interactions et d’activités stimulantes sont quasiment inexistantes.
Steve McIvor, Président Directeur Général de l’ONG World Animal Protection, déclare : «C’est une tragédie absolue que Bali, sublime destination touristique, force ses animaux captifs à endurer des conditions de vie horribles et aberrantes.
En coulisses, les animaux sauvages sont arrachés à leur mère alors qu’ils ne sont encore que des bébés et sont élevés en captivité pour être maintenus dans des conditions immondes et exiguës ou sont forcés d’interagir en permanence avec les touristes.
»
Bali est une île paradisiaque et son économie dépend des millions de touristes qui s’y rendent chaque année.
Malheureusement, jusqu’à ce que Bali prenne des mesures pour améliorer les conditions de vie des animaux captifs, l’ONG World Animal Protection exhorte les touristes d’éviter ces établissements.
Si vous faites des balades à dos d’éléphant, prenez dans vos bras ou faites un selfie avec un animal, c’est cruel, ne le faites pas, peu importe le nombre de «likes» que vous récolterez sur les réseaux sociaux.
Traduction (Julie - C'est assez)

Source photos : World Animal Protection

SourceThe Sun