vendredi 1 décembre 2017

Communiqué de Sophie Dol et Sophie Wyseur, vétérinaires

80% DES VETERINAIRES INTERROGÉS LORS D’UNE CONCERTATION SE DECLARENT CONTRE L’UTILISATION DES ANIMAUX SAUVAGES DANS LES SPECTACLES 

Du 3 au 27 octobre 2017, une concertation nationale a été menée auprès des vétérinaires praticiens et des étudiants des quatre écoles vétérinaires françaises concernant l'utilisation des animaux sauvages à des fins de divertissement.

Cette enquête s'est faite par mail, avec 2 questions fermées :


« Êtes-vous favorable à l'interdiction des cétacés et autres espèces dans les delphinariums ? »

« Et plus largement, êtes-vous favorable à l'interdiction des animaux sauvages dans les spectacles? »

Nous avons eu 1356 répondants (sur environ 6000 mails envoyés), ce qui représente un très bon taux de réponse pour une concertation en ligne, signe de l'intérêt porté à ce sujet par les vétérinaires.


80% des vétérinaires interrogés désapprouvent l’utilisation des animaux sauvages dans les cirques et delphinariums. Le résultat est donc sans appel!


7% préfèrent ne pas se prononcer; l’explication laissée dans les commentaires est principalement une méconnaissance du sujet et donc une difficulté à se positionner.

13 % cautionnent la présence d'animaux sauvages dans les cirques et delphinariums, surtout par crainte de problèmes économiques pour les circassiens, par crainte d'une stigmatisation de cette profession. De plus ils s’interrogent sur le bien-fondé du combat par rapport à d'autres sujets et sur le côté éducatif pour les enfants. 






En 2015 déjà, la Fédération des Vétérinaires d'Europe recommandait « à toutes les autorités compétentes européennes et nationales d’interdire les mammifères sauvages dans les cirques itinérants dans toute l’Europe, compte tenu de l’impossibilité absolue de répondre de façon adéquate à leurs besoins physiologiques, mentaux et sociaux » et qu'il y avait " peu, voire aucun bénéfice éducatif, économique pour la conservation ou pour la recherche, qui découle de l'utilisation de mammifères sauvages dans les cirques itinérants pouvant justifier leur utilisation »*


En octobre de cette année, l’Ordre français des vétérinaires réaffirmait cette position.

Aujourd’hui, à travers cette concertation, les vétérinaires ont pu exprimer individuellement leurs opinions et montrer qu’au-delà de leur rôle d’expert en santé animale, ils sont fortement impliqués dans les notions de bien-être et d’éthique animale.

En France, il existe des associations et collectifs de défense de la cause animale dans lesquels des vétérinaires s’investissent (COVAC, OABA, EVADAS,...) et tout dernièrement, 58 vétérinaires parisiens ont signé une lettre adressée à Madame Hidalgo lui demandant d’interdire les cirques avec animaux dans la capitale; mais aux arguments de souffrance animale avancés par les vétérinaires, seuls des arguments concernant la législation et l’économie ont été opposés en retour. Quelques jours plus tard, un tigre, espèce menacé, s’est échappé d’un cirque installé à Paris et s’est fait abattre dans la rue par son propriétaire...

Suite à cette concertation nationale, nous avons adressé un courrier à Monsieur le Président de la République et aux Ministères concernés, leur demandant de légiférer sans tarder pour interdire l’utilisation d’animaux sauvages dans les spectacles. Nous espérons et nous croyons fermement que notre pays ne sera pas le dernier de l’Union Européenne à légiférer dans ce sens.

Docteur vétérinaire Sophie Dol 

Docteur vétérinaire Sophie Wyseur