lundi 8 mai 2017

La captivité de dauphins et d'orques sera à terme interdite en France (Le Monde)


Un arrêté publié contre toute attente samedi au « Journal officiel » interdit la reproduction des orques et des dauphins détenus en France.

Article d'Audrey Garric publié le 06 mai 2017 sur le site du journal Le Monde. 


Avis de tempête sur les delphinariums. L’arrêté interministériel sur « les règles de fonctionnement des établissements détenant des cétacés » a été publié au Journal officiel samedi 6 mai avec un changement majeur : la reproduction des orques et des dauphins détenus en France est désormais interdite, de même que les échanges avec d’autres bassins. Ce qui signifie, à terme, l’arrêt de la captivité de ces animaux dans le pays.

Cette disposition a été glissée dans l’arrêté au tout dernier moment, à la veille de l’élection présidentielle, par la ministre de l’environnement. Ségolène Royal n’avait pas averti les associations de protection animale et surtout les professionnels du secteur, qui se disent « stupéfaits » et « en colère ».

Le texte, qui abroge une législation datant de 1981, devenue obsolète, était en effet en discussion depuis vingt mois entre le gouvernement, les delphinariums, des ONG et le Muséum national d’histoire naturelle. Il impose aux parcs abritant des orques et des dauphins des normes plus draconiennes afin de « garantir leur bien-être » et prévoyait la fin de la reproduction des orques – au nombre de quatre, dans le Marineland d’Antibes (Alpes-Maritimes) –, mais pas celle de la trentaine de grands dauphins. Or ils constituent l’attraction phare du Marineland ainsi que du parc Astérix (Oise), de Planète sauvage (Loire-Atlantique) et du Moorea Dolphin Center (Polynésie française).

« Victoire inespérée »

Dans un communiqué de presse publié mercredi, dans lequel elle annonçait avoir signé l’arrêté, après des mois de blocage, la ministre ne mentionnait pas avoir interdit la reproduction des dauphins. Elle disait, au contraire, que cette dernière serait « étroitement contrôlée » par un avis de la Commission nationale consultative pour la faune sauvage captive, et seulement « si la configuration et la taille des bassins le permettent ».
« C’est une victoire inespérée, une avancée majeure qui va éviter la construction de nouveaux bassins à court terme et la fin de la captivité des animaux à moyen terme », se réjouit Christine Grandjean, présidente de l’association C’est assez !. « Ségolène Royal n’a pas été constante quant à la protection animale. Mais sur ce cas précis, elle a fait preuve de courage et a contribué à améliorer les conditions de vie des animaux », abonde Christophe Marie, le porte-parole de la Fondation Brigitte-Bardot.

« Les parcs feront le strict minimum »

Du côté des professionnels, la pilule est dure à avaler. Les quatre parcs concernés avaient en effet accepté de réaliser des investissements dans leurs bassins, à la condition de pouvoir faire reproduire leurs dauphins et donc de voir leur activité  perdurer. « Nous ne comprenons pas cette décision, qui n’a fait l’objet d’aucune concertation, s’insurge Rodolphe Delord, président de l’Association française des parcs zoologiques et directeur du zoo de Beauval (Loir-et-Cher), qui a participé à l’élaboration du texte. On avait obtenu un arrêté de très haut niveau avec des avancées. Mais l’interdiction de la reproduction va à l’encontre du bien-être animal car ces animaux sont faits pour se reproduire. Et vous imaginez dans quel état se trouve le personnel qui travaille avec eux ? »

Les parcs feront le strict minimum sur l’amélioration de leurs bassins. On ne peut pas leur demander à la fois de faire des travaux, des investissements importants, et à la fois d’arrêter leur activité », poursuit-il, disant « réfléchir à attaquer l’arrêté ». Mercredi, au moment de la signature du texte, il avait estimé le coût des investissements à entre 10 millions et 20 millions d’euros par parc, et assuré que les établissements « se plier[aie]nt aux exigences de l’arrêté » pour « le bien-être animal » mais également pour redorer leur image, à l’heure où les critiques de l’exploitation animale se font toujours plus vives.

Augmentation de la taille des bassins

L’arrêté, dans ses trente-trois articles, prévoit, plus largement, de nombreuses dispositions pour améliorer les conditions de détention des cétacés. Dans un délai de trois ans, les parcs devront augmenter la taille des bassins, pour atteindre une surface minimale de 3 500 m2 pour les orques, et de 2 000 m2 pour les dauphins, contre 800 m2 pour l’ensemble des cétacés dans la législation de 1981. Quant à la profondeur, elle doit au moins atteindre, sur « la moitié de la superficie totale », 11 m pour la première espèce et 6 m pour la seconde.
Parmi les autres évolutions, les delphinariums devront prévoir des « enrichissements des bassins » (courants, vagues, cascades, etc.) pour éviter « l’ennui et la frustration des animaux », des zones d’ombre, et ne plus utiliser de chlore. La nouvelle réglementation interdit également, dans un délai de six mois, l’échouage des animaux pour les spectacles, les présentations nocturnes, les effets sonores et lumineux « pouvant entraîner du stress pour les animaux » et les contacts directs entre le public et les cétacés. Il ne sera donc plus possible de nager avec les dauphins, une activité lucrative pour les parcs marins.

Article original: ICI