samedi 8 avril 2017

Sira, une orque handicapée, devient la "meneuse" du groupe qui l'a adoptée

En 2013, les photographes et guides marins, Rainer et Silke Schimpf, ont repéré une jeune orque qu'ils ont nommé Sira. Elle avait une nageoire dorsale et une nageoire pectorale droite manquantes ce qui l'empêchait de chasser par elle-même.

Mais plutôt que de la laisser se débrouiller seule ou pire, de la laisser mourir, les autres membres du pod l’ont semble-t-il prise en charge, partageant leur nourriture avec elle.

Quatre ans plus tard, hasard ou coïncidence, Rainer et Silke font une sortie en mer à Algoa Bay, en Afrique du Sud, ils observent un groupe de 1000 dauphins chassant des sardines quand ils ont la surprise de leur vie.
Rainer a déclaré: "Nous suivions cette grande tribu de dauphins depuis quelques mois avec des équipes de tournages différentes ainsi que des touristes, et ce jour-là lorsque nous avons retrouvé les dauphins, nous avons réalisé qu'ils étaient très nerveux. Nous gardions à l’esprit que des orques avaient été aperçu au Cap à environ 800 kms de là, 5-6 jours avant, nous savions qu’il y aurait de fortes chances pour que les orques soient effectivement présentes."
Alors que les dauphins ont soudainement accéléré, Rainer et son équipe ont remarqué un groupe de 5 orques chassant le dauphin en face du bateau.

Rainer a déclaré: "Nous avons réalisé que l'un des épaulards était notre vieille amie Sira, l'orque handicapée que nous avions rencontrée en 2013."

Lorsque Rainer et Silke ont vu Sira la première fois, la jeune orque semblait suivre le reste de du groupe à distance, nageant plus lentement que les autres et incapable de chasser.

Mais 4 ans plus tard, le couple a eu la surprise de voir que non seulement Sira était devenue presque adulte, mais qu’elle était, semble-t-il, également devenue le leader du groupe.

Rainer a déclaré : "Lorsque nous avons vu cette orque, c’était un bébé d'environ 3,5 m de long et maintenant cette orque fait environ 4 m 50 à 5 m et semble être le chef du groupe."


Ce pod compte également une femelle avec une nageoire dorsale courbée comme celle de l’orque de Free Willy, Keiko, un énorme mâle et quatre autres femelles.
Après avoir passé une heure et demie auprès de ce pod, Rainer et Silke sont retournés sur le rivage avec l’espoir qu’ils continueront à rencontrer l’orque amicale dans les années à venir...

Rainer a déclaré: "C’est évidemment très intéressant pour nous et toutes les données que nous recueillons seront envoyées à différents chercheurs.
J'espère tout ira bien pour Sira et que nous allons nous rencontrer de nouveau ."



Article original: ICI