lundi 23 janvier 2017

Alors que le cirque Ringling ferme, SeaWorld fait face à des défis similaires


"Il y a de l'espoir". Le cirque Ringling Bros. a annoncé sa fermeture définitive quelques mois après avoir arrêté les spectacles d'éléphants. SeaWorld sera-t-il le prochain?
Article original de Sandra Pedicini pour Orlando Sentinel, publié le 17 janvier 2017. Traduction: Marie Vigoni pour C'est Assez!
L’abandon des numéros d'éléphants n’aura pas suffi à sauver le cirque Ringling Bros. et Barnum & Bailey.
Combien de temps faudra-t-il pour renverser SeaWorld, un autre empire du divertissement avec des animaux qui a également opéré un tournant concernant ses animaux phares ?
Samedi dernier, la société Ringling Bros. a annoncé la fermeture prochaine de son cirque, mentionnant différents facteurs parmi lesquels une baisse spectaculaire de la vente de billets, et ce dès la disparition des numéros avec éléphants. Le propriétaire, Feld Entertainment, a également parlé de coûts d'exploitation élevés, d’un changement dans les goûts du public et de luttes avec les groupes de protection des animaux.
Ringling et SeaWorld sont souvent comparées l’une à l’autre. Ces  deux compagnies sont en effet connues pour utiliser des mammifères massifs et intelligents à des fins de divertissement. L’attitude du public ayant changé, les deux sociétés sont de plus en plus sous le feu des critiques de par l'utilisation de ces animaux en tant qu’objets de divertissement.
Les cadres de SeaWorld ne se sont pas rendus disponibles pour répondre à nos questions. La société a déclaré dans un courrier électronique «se concentrer actuellement sur le développement de nouvelles expériences durant lesquelles les visiteurs s’amuseront, mais seront également incités à en apprendre davantage sur les animaux et leur milieu naturel, et à agir pour leur protection.»
Selon des observateurs de l'industrie, la leçon à tirer de l’expérience de Ringling est que les grands changements opérés suite à la pression des groupes de protection animale peuvent entraîner la perte d’une partie de la clientèle.
«Tenter d’apaiser les groupes de protection des animaux est vraiment une mauvaise stratégie», a déclaré Scott Smith, professeur adjoint à l'Université de Caroline du Sud. « Ils perdent la base même de leur entreprise: le public qui s’y rend pour voir les animaux.»
Tout comme le cirque, SeaWorld a encore un certain nombre de défis à relever, comme par exemple la concurrence et les questions qui émergent quant à la façon de gérer ses autres spectacles d'animaux.
Pourtant, le président de « International Theme Park Services », Dennis Speigel, a déclaré: «Je pense que ce sont deux situations différentes. Je ne pense pas que ce soit le même type d’implication. »
Des experts en attractions ont indiqué que le cirque, vieux de 145 ans, devait également faire face à d'autres difficultés, comme le fait qu’il était devenu un peu obsolète dans un monde de divertissement lié aux nouvelles technologies.
SeaWorld a une plus grande variété d'attractions qu'il peut utiliser pour attirer les gens et faire du profit.
«Depuis toujours, le cirque est basé sur les animaux,» rapporte Duncan Dickson, un professeur associé au UCF's Rosen College of Hospitality Management. «Maintenant, SeaWorld peut-il passer d'un parc basé sur les animaux à un parc à sensations? Cela reste à voir. Je pense qu'il va leur falloir avancer avec prudence ».

SeaWorld a construit des manèges tels que Mako (voir vidéo ci-dessus), la plus haute et la plus rapide des montagnes russes à Orlando. L'entreprise se concentre également davantage sur la promotion de la conservation et du sauvetage dans ses parcs à thème. La compagnie a déclaré qu’elle allait investir cette année dans une gamme variée d'attractions, ce qui inclut des manèges inspirés par des sauvetages d'animaux, des expériences de réalité virtuelle et de nouveaux spectacles et événements «qui réunissent les familles pour des vacances qui ont un sens».
SeaWorld lutte contre une baisse de la fréquentation depuis la sortie du documentaire anti-captivité "Blackfish" en 2013. Mais le nombre de visiteurs de SeaWorld a continué de baisser, même après qu’ils aient annoncé l’arrêt de la reproduction des orques, ces animaux ayant inspiré d’importantes polémiques.
Plus récemment, la compagnie a blâmé des facteurs externes, telle qu’une baisse du nombre de visiteurs brésiliens et une baisse de la fréquentation touristique à Orlando pendant une grande partie de l'année dernière.
Les sondages ont montré que les gens sont de plus en plus mal à l'aise avec le fait de garder des orques en captivité. La moitié des américains se prononce contre cette pratique, selon un sondage réalisé en 2014 par l’Animal Welfare Institute (l’Institut du bien-être animal). Un chiffre en augmentation de 11 pour cent par rapport au même sondage effectué deux ans plus tôt.
Les entreprises doivent suivre l'évolution des goûts et des attitudes du public pour rester pertinents, a déclaré Joe Couceiro, un ancien directeur du marketing de SeaWorld qui dirige maintenant le Lowry Park Zoo de Tampa.
«Si vous n'êtes pas en mesure d'ajuster votre entreprise, que vous travailliez dans un zoo, un cirque, à SeaWorld ou Kmart… vous ne survivrez pas,» a déclaré Couceiro. «Je pense que cela nous rappelle à tous à quel point il est important de continuer à faire progresser et évoluer nos entreprises.»
Personne ne s'attend à voir SeaWorld mettre la clé sous la porte bientôt. Mais selon Naomi Rose, une scientifique spécialisée dans les mammifères marins de l’Animal Welfare Institute, la pression poussera l’entreprise à mettre fin à d'autres spectacles tel que son spectacle de dauphins Blue Horizons.

«C'est un spectacle de cirque complet avec des costumes élaborés, acrobaties, de la musique live et tout ce qui s’ensuit», a déclaré Rose. «Et il implique des animaux. Je pense que c'était le problème avec Ringling, bien sûr.»