Bienvenue

Sur le site de l'association C'est Assez !

Ensemble

pour lutter contre les massacres et la captivité des cétacés.

Les parcs marins...

Ils ne préservent pas, ils exploitent.

STOP

aux massacres de cétacés dans le monde !

dimanche 30 octobre 2016

Delphinariums Français: Liste Des Cétacés Morts En Captivité

Liste des dauphins et orques morts en captivité sur le sol français.

Pour rappel, en liberté, la longévité maximale des dauphins tursiops est de plus de 40-45 ans pour les mâles, plus de 50 ans pour les femelles.
Quant aux orques, elles meurent en moyenne vers l'âge de 30-35 ans pour les mâles, vers 50-55 ans pour les femelles. Les mâles peuvent atteindre l'âge maximum de 50-60 ans, pour les femelles l'espérance de vie maximum est de 70 à 80 ans.

MARINELAND D'ANTIBES 
Décès depuis l’ouverture du parc (1970)


Les dauphins

La moyenne d'âge des dauphins tursiops libres est de 40-45 ans pour les mâles et de plus de 50 ans pour les femelles.

- Alizé, né captif au Marineland d’Antibes le 19 mars 1992, le dauphin «souffrait d’un problème rénal chronique», indique le communiqué du parc. Alizé est mort 13 mai 2016 à l’âge de 24 ans.

- Eclair, né en captivité le 13 septembre 1990 au Marineland d’Antibes, mort en février 2015 d’un cancer de la prostate. Il était âgé de 25 ans. 
Eclair, au Marineland d'Antibes.

- Mila-Tami, jeune femelle née en 2007, morte en janvier 2015 d’une occlusion gastrique. Elle était agée de 8 ans.

NOTE: Dans un premier temps, Marineland a caché les décès d'Eclair et de Mila-Tami mais a fini par communiquer sur ces morts suite à la pression des associations, peu de temps avant la manifestation anti-captivité du 12 juillet 2015.

- Ecume, une femelle née en 1981 et capturée le 27/09/1985, elle est morte en 2013. Age du décès 32 ans.

- Joséphine, capturée aux Etats-Unis en 1979 pour le parc marin d'Antibes morte le 23 août 2011 « des suites d’une maladie rénale », elle était agée de 38 ans. 

NOTE: Joséphine est connue pour avoir tourné dans le film "Le Grand Bleu".

- Kaly, née au parc en 2003, elle est morte le 7 juin 2011, âgée de seulement 8 ans. 
Kaly
- Le petit de Sharky, mort-né au Marineland le 30 mars 2010.

- Fenix, né en captivité le 23 décembre 2001, transféré au Marineland en 2005, mort le 10 octobre 2009 à l’âge de 8 ans.

- Manon, née au Marineland le 28/05/1993, morte en août 2006 à l’âge de 13 ans. 
Manon

- Aurore, capturée dans le Golfe du Mexique vers 1985, arrivée à Antibes le 27 septembre 1985, morte en septembre 2005, elle n'avait pas 30 ans.

- Tex, né libre en 1974, capturé au Texas entre 1978 et 1980, mort en septembre 2005, il avait à peine 32 ans.

- Ona, née en 1999 au Marineland Catalunya en Espagne, morte à Antibes en octobre 2004. Agée d’environ 5 ans lorsqu'elle est morte.

- Cornélius, né au Marineland le 28/05/1993, mort pendant un spectacle début 1996, âgé d’environ 3 ans.

- Oum/Kim, arrivé à Antibes le 4 avril 1973, lieu de capture inconnu , mort le 12 avril 1993 de broncho-pneumonie après 20 ans de captivité. Il avait une trentaine d'années.

- Nemo, mâle né probable en 1975, capturé le 23/11/1988 au large du Guatemala, mort le 27 août 1992 de décompensation généralisée. Agé d’environ 17 ans.

- Limo ou Léo, mâle, né aux alentours de 1975, capturé le 23/11/1988 au large du Guatemala, mort le 27 janvier 1992 de pneumonie chronique sévère. Agé d’environ 17 ans.

- Roissy, femelle, née vers 1974, capturée au large de Rockport (Texas) le 6/03/1979, morte le 31/03/1991 de septicémie et d’insuffisance rénale aigüe. Age estimé: 17 ans.

- Coraline, femelle, née vers 1981, arrivée à Antibes le 27 septembre 1985, morte le 14 mars 1991 lors de la mise bas. Agée d’environ 10 ans.

- Kay, capturée le 8 mars 1979, elle arriva à Antibes le 21 mai 1979 et mourut le 27 juin 1982. Elle avait moins de 10 ans.

- André, arrivé à Antibes le 22 juillets 1972, lieu de capture inconnu, il est mort le 20 octobre 1980. Il avait une dizaine d'années.

- Brigitte, arrivée à Antibes le 22 juillet 1972, lieu de capture inconnu, elle est morte le 19 janvier 1979. Elle avait une dizaine d'années.

- Stimey, capturé, son lieu de capture et son arrivée à Antibes ne sont pas connus , il mourut le 1er juin 1989.

- Robi, né aux alentours de 1970, capturé le 15 août 1978, arrivé à Antibes le 8 juin 1981, mort le 28 janvier 1987 d'artériosclérose et d'athérome. Agé d’environ 17 ans.

- Houston, né vers 1975, capturé le 6 mars 1979 au Texas, arrivé en France le 21 mai 1979, il mourut le 16 Janvier 1987 de bronchopneumonie . Agé d’environ 12 ans.

- Gem ou Kay, née vers 1971, capturée le 8 mars 1979, arrivée à Antibes le 21 mai 1979, morte le 27 juin 1982 d'insuffisance rénale . Age estimé: 11 ans.

- Flipper, mâle né au Marineland le 29/07/1979, fils d'Evelyne, mort le 15/06/1980 de péritonite après avoir avalé un objet qui flottait dans le bassin (autopsié), il avait 1 an.

- Evelyne, arrivée le 24 juin 1976 à Antibes, lieu de capture inconnu, elle mourra le 2 juin 1981 en mettant son petit Flipper au monde (non autopsiée), après seulement 5 années de captivité. Elle avait une dizaine d'années.

- Lucky, arrivé à Antibes après 1972, mort le 29 janvier 1978 d‘une pneumonie. Il avait une dizaine d'années.

Dauphins morts avant d'arriver à Marineland: 

- Virginia, capturée le 20 aout 1979 au Texas, morte avant d’arriver à Antibes.

- Ralf ou Calf, mâle, capturé le 6/03/1979 au large de Rockport (Texas), tué par le choc de la capture. Il était destiné au Marineland. Il avait tout au plus 10 ans.

Les orques

Les orques femelles peuvent vivre entre 50 et 90 ans (Granny, orque libre, a environ 104 ans) . L''Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA) ainsi que des spécialistes en cétologie estiment de 50 à 60 ans la durée de vie moyenne d’une orque femelle. Les mâles quant à eux vivent moins longtemps, leur durée de vie est estimée entre 30 et 50 ans en moyenne (parfois plus).

8 orques sont décédées depuis l‘ouverture du parc :

- Calypso, femelle, capturée au large de Colombie Britannique en décembre 1969, morte en 1970 au Marineland, elle n’avait survécu qu’un an à la captivité. Age estimé de 11 ans.

- Clovis, capturé le 8 août 1970, décédé en 1973. Il avait 4 ans.

Kim au Marineland d'Antibes
- Kim, mâle né en 1968, capturé le 1/06/1976 au large de l’Islande. Il a été malade durant toute sa vie captive. Ses problèmes de santé s’aggravèrent au point qu’il en devint aveugle et dut subir des injections dans l’œil. Il est mort le 24/07/1982 d’abcès aux poumons. Il était âgé d’environ 14 ans.

- Betty, femelle, née probablement en 1974, capturée le 13/11/1978 au large de l’Islande, morte le 8/09/1987 de pneumonie fulgurante. Age estimé: 13 ans.

- Kim II, mâle, né aux alentours de 1978, capturé le 6/03/1983 en Islande, mort d’une septicémie et d’une pneumonie en 2005. Age estimé à sa mort: 27 ans.

- Sharkane, femelle, née aux environs de 1986, capturée le 12 janvier 1990, soumise à l’insémination artificielle, elle eut 3 enfants. Elle est morte le 3 janvier 2009 d’une septicémie (Bacille Pyocyanique). Agée d’environ 23 ans.

Sharkane
- Freya n’avait que 2 ans quand elle fut capturée en Islande, en octobre 1982. Le 9 septembre 2008, Freya, alors âgée de 26 ans, entraîna sa dresseuse sous la surface pour la noyer. La femme parvint à s’échapper mais Freya lui sauta dessus de tout son poids à deux reprises pour l’écraser. Freya est morte le 20 juin 2015 des « suites d’une longe maladie » selon le communiqué officiel du parc. Elle n’avait que 35 ans.

Valentin à gauche, et sa mère Freya
- Le fils de Freya, Valentin, né le 13 février 1996 au Marineland d’Antibes. En 2008, à l’âge de 12 ans, Valentin attaqua son dresseur Niko. Il est mort seulement quelques mois après sa mère, le 12 octobre 2015, d’une torsion de l’intestin (Résultats de l’autopsie non communiqués à ce jour). Décédé à l'âge de 19 ans.


NOTE: Avant de donner naissance à Valentin, Freya fit 4 fausses couches en 1991, 1993, 2001 et 2003.

PARC ASTÉRIX
 Décès depuis 1989

Depuis son ouverture en 1989, 12 dauphins sont morts dans le delphinarium du Parc Astérix.

- Elizabeth : femelle, née sauvage au large de Cuba en 1982, arrivée au parc en 1988, elle est âgée d’environ 11 ans lorsqu'elle décède en juin 1993.

- Beila : femelle, née sauvage, capturée au large de Cuba en 1982, arrivée au parc en 1988, décédée en juin 1993, agée d’environ 11 ans.

NOTE: Beila et Elizabeth étaient sur le point de mettre bas au moment de leur décès.

- Laura : capturée dans les eaux cubaines, arrivée au parc en 1988, décédée en octobre 1995, à l’âge supposé de 15 ans.

- Cindy : femelle, née sauvage en 1982, capturée dans le golfe du Mexique, arrivée au parc en 1994, décédée d’une candidose en mai 2001, âgée d’environ 19 ans.

- Bébé sans nom (fils d’Amaya et de Pichi) : mort-né au parc en juin 2002.

- Byos : mâle, né au parc en juin 2003, décédé en Août 2003, il était âgé de 2 mois.

- Amaya : femelle, née sauvage au large de Cuba, capturée le 7 avril 1988, arrivée au parc en 1988, décédée en octobre 2004. Elle avait environ 22 ans.

- Athena : femelle, née au parc en juillet 1993, décédée en octobre 2006. Elle était âgée d’environ 13 ans.

- Thaïs : femelle, née au parc en juillet 2002, décédée en 2007. Elle avait 5 ans.

- Borea : femelle, née au parc en octobre 2011, décédée en octobre 2011. Elle n’avait que 7 jours.

- Baleos : mâle, né au parc en novembre 2012, mort en janvier 2013. Il avait 2 mois.
Baléos. Photo: Olivier Arandel

- Aloha : Juillet 2015, morte seulement 2 semaines après sa naissance suite à une altercation entre sa mère et une autre femelle.

- Petit d'Aya: le 11 juillet 2017, Aya met un monde un delphineau, il ne survivra que 6 jours.

Aloha est morte deux semaines après sa naissance.
NOTE: La femelle Femke semble, à ce jour, en très mauvais point. Elle a perdu son petit en septembre 2016.

PLANÈTE SAUVAGE 
Ouverture du delphinarium en 2009

- Théa : née en captivité, transférée du Breeding Dolphin Farm à Harderwijk (Pays-Bas). Arrivée à Planète Sauvage en novembre 2009. La cause de sa mort reste « indéterminée », elle a arrêté de s’alimenter pendant quelques jours et est morte subitement (Possible suicide) en 2011 à l’âge de 19 ans.

Théa à Planète Sauvage
- Minimos : Né en 2004, décédé en 2012 à l’âge de 8 ans. 

NOTE: Les rapports d’autopsie et les causes des décès de Théa et Minimos n’ont jamais été rendus publics par le parc.

- Little, bébé de Parel, tuée lors d’une bagarre entre sa mère Parel et Lucille en 2015, seulement 12 jours après sa naissance. La bagarre a eu lieu au début d'un spectacle devant les spectateurs. Le spectacle n'a pas été annulé.

- Aicko: Né en août 2010, Aicko fut transféré à Planète Sauvage en 2015, à l'âge de 4 ans et demi. En automne 2016, son état s'est dégradé, les soigneurs ont constaté des troubles alimentaires qui ont entraîné un amaigrissement rapide et anormal. Aïcko est mort le 6 novembre 2016, les causes de son décès ne sont pas connus à ce jour. Il avait 6 ans.

MOOREA DOLPHIN CENTER
 Arrivée des premiers dauphins en 1996

- Ellie , née en 1984, décédée en 1997, à l’âge de 13 ans.

- Benchley, né en 1984, décédé en 1998, à l’âge de 14 ans.

NOTE: Benchley réussit à s'échapper du lagon mais sans préparation, il mourut en liberté. Il  fut retrouvé mort quelques temps après sa fugue.

- Aito, né en 1988, décédé en 2010, à l’âge de 22 ans.

Aito
- Le petit d'Aito et Hina, mort-né en 1999.

Aito comme sa soeur Hina avaient été formés par l’armée américaine pour effectuer des tests en eaux profondes. Mis à la retraite, ils avaient été récupérés par l’entreprise “Dolphin Quest” qui les avait intégré dans son parc de Moorea devenu par la suite “Moorea Dolphin Center”.



LIRE AUSSI:







vendredi 21 octobre 2016

ACTION URGENTE- Empêchons la Namibie de Capturer des Cétacés Pour la Chine!

La demande émane de la Chine où le nombre de delphinariums ne cesse d'augmenter depuis quelques années. Si le gouvernement namibien répond favorablement à la demande chinoise, de nombreux animaux marins seront capturés pour être envoyés dans les différents parcs marins chinois. Il faut empêcher cela à tout prix!

Image d'illustration.
Une liste effrayante

Le Ministère Namibien des Pêcheries étudie actuellement la demande de la Chine, qui souhaite importer un nombre important de mammifères et d'animaux marins. La commande est assez précise et terriblement effrayante:
10 orques, entre 500 et 1000 otaries à fourrure d'Afrique du Sud, 300 à 500 manchots du Cap, 50 à 100 grands dauphins de l'océan Indien, 50 à 100 dauphins tursiops, et diverses espèces de requins pourraient bientôt être arrachés à l'océan pour finir dans des aquariums chinois.
Bon nombre de ces espèces sont protégées par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), un traité signé par 175 pays.
Malgré cela, la société chinoise "Welwitschia Aquatic and Wildlife Scientific Research" se prépare à exécuter cette ignoble mission. 

Le bateau Ryazanovka s'apprête à partir 

C'est dans le port de Walvis Bay en Namibie que le navire Ryazanovka et son équipage attendent la réponse du gouvernement. Le bateau qui arbore le pavillon russe appartient désormais à une société chinoise. Par le passé, il fut utilisé pour capturer des mammifères marins dans les eaux russes, vendus ensuite à des compagnies étrangères. 
Bien que ce navire soit connu des autorités, les organisations internationales maritimes n'ont jamais reçu la moindre donnée concernant sa position, ce qui démontre une volonté d'échapper aux lois internationales.

Empêcher cela à tout prix! 

Le gouvernement namibien n'a pas encore rendu sa décision face à la demande de la Chine. L'attention internationale sur cette affaire pourrait faire pencher la balance. Mais il ne reste que peu de temps pour agir.
Vous pouvez aider et empêcher le pillage de la faune marine de manière très simple, sans bouger de chez vous. Pour cela, il vous suffit d'envoyer un email aux adresses suivantes:

- Ministre de la Pêche, Bernhard Esau: 
besau@mfmr.gov.na
- Secrétaire permanent du Ministère des Pêcheries et des Ressources Marine, Dr. Moses Maurinhungirire:
Moses.Maurihungirire@mfmr.gov.na
- Ministre de l'Environnement et du Tourisme, Pohamba Shifeta: 
shifeta_za@yahoo.com
- Secrétaire permanent du Ministère de l'Environnement et du Tourisme,  Malan Lindeque:
malan.lindeque@met.gov.na
Email type en français: 

Je vous demande, par la présente, de refuser la capture et l'exportation d'animaux marins vers la Chine. Si votre pays accédait à la demande chinoise, les conséquences sur la faune marine seraient catastrophiques. De plus, l'impact serait très négatif pour l'image de la Namibie, pays aux ressources naturelles exceptionnelles. 
De grâce, laissez les animaux marins vivre dans leur environnement naturel, l'océan!
Cordialement, 

Prénom, nom, pays

Email type en anglais (recommandé): 

Through this email, I am asking you to refuse China's demand to capture and export wild marine animals. If your country allowed this to happen, the consequences on the marine fauna would be disastrous. Moreover, Namibia is a country with exceptional natural resources and the impact on its international image would be highly negative too.
Please, let marine animals live in their natural habitat, the ocean!
Best regards, 

Prénom, nom, pays

En plus des emails, merci de signer et de partager cette pétition

NOUS POUVONS ENCORE CONVAINCRE LE GOUVERNEMENT NAMIBIEN D'EMPÊCHER CES CAPTURES! AGISSONS! 

SOURCE PRINCIPALE: One Green Planet

Je Suis Japonaise, Mais Je n’Avais Jamais Entendu Parler des Massacres de Taiji Avant de Vivre aux Etats-Unis

Témoignage de Yuki Ikeda, publié le 21 janvier 2014 sur le site The Dodo.
Traduction: Audrey Verdière


J’ai appris l’existence des massacres de dauphins à Taiji, au Japon, il y a environ 4 ans, ici aux Etats-Unis. Un jour, alors que j’étais au travail, une accessoiriste avec laquelle je travaillais a dit quelque chose à propos d’une chasse aux dauphins au Japon. « Ce sont des gens tellement gentils, mais ils chassent les dauphins. Je ne comprends pas, » a-t-elle dit.

C’était la première fois que j’entendais parler de massacre de dauphins dans mon pays natal, le Japon. J’ai repensé à ses propos pendant longtemps. Une partie de moi voulait simplement nier les faits, mais je savais qu’il fallait que je fasse mes propres recherches. Je savais que la consommation de viande de baleine était populaire, en particulier juste après la deuxième Guerre Mondiale, lorsqu’il était extrêmement difficile de trouver de la volaille ou d’autres viandes et que par conséquent, les gens mangeaient plutôt de la viande de baleine qui était bien moins chère. Mais à part cela, j’ai grandi sans rien savoir de la chasse aux baleines et aux dauphins. Je n’ai jamais mangé de viande de baleine ou de dauphin (ce n’est en effet pas aussi commun que beaucoup d’américains peuvent le penser). Je ne savais tout simplement rien de tout cela.

J’ai entendu parler du documentaire de 2009 sur la chasse aux dauphins - The Cove (La Baie de la Honte)- et ai décidé de le regarder. Bien que le film était pénible à voir et bouleversant, je suis contente de l’avoir vu. Selon moi, c’est un sujet extrêmement sensible. La viande de dauphin n’est une spécialité culinaire que dans quelques régions du Japon, ce qui explique pourquoi les gens ont du mal à savoir et à comprendre la relation entre cette chasse et le pays. 



Certains n’ont pas saisi l’occasion d’en apprendre davantage sur cette coutume: il est facile de l’ignorer. Ils ne veulent pas admettre qu’une telle « tradition » existe encore au Japon.


Les critiques de l’ambassadrice Caroline Kennedy ont été mal reçues au Japon. Beaucoup de japonais semblent considérer ces critiques comme une manoeuvre politique et comme une attaque culturelle plutôt que comme un problème relatif aux droits des animaux. La meilleure façon de rendre les japonais plus sensibles et réceptifs sur cette question serait que la culture populaire s’empare du sujet: par exemple que des acteurs ou personnalités japonaises en parlent à la télévision, un peu comme l’émission américaine de Animal Planet « Whale Wars » (« Justiciers des Mers » en France, N.d.T). Ces dernières années, la chasse a été plus présente dans les médias japonais, mais cela reste insuffisant pour que la nation toute entière reconsidère cette tradition annuelle.

LIRE AUSSI:

samedi 15 octobre 2016

Une Association Américaine Prospecte en Nouvelle-Ecosse Afin de Créer un Sanctuaire pour les Cétacés Captifs

Article publié sur le site canadien localxpress.ca le 14 octobre 2016.
Traduction: Audrey Verdière

Le Whale Sanctuary Project cherche un site où les animaux pourraient plonger en profondeur dans les eaux froides de l’Atlantique Nord.

Le projet de sanctuaire pour les cétacés coûterait environ 15 millions de dollars, et compterait un lieu d’accueil pour les visiteurs ainsi que du personnel qualifié, dont la mission sera de s’assurer que les 5 à 8 cétacés, probablement des orques et des bélugas, soient correctement nourris et soignés. 
Photo: Whale Sanctuary Project

Une association basée aux Etats-Unis explore les côtes de la Nouvelle-Ecosse (au Canada) dans l’espoir de trouver un sanctuaire où d’anciens cétacés captifs pourraient plonger dans les eaux froides et profondes de l’Atlantique Nord.

Vendredi, la directrice de l’organisation à but non-lucratif Whale Sanctuary Project, Lori Marino, a déclaré qu’ils cherchaient actuellement un site où les animaux pourraient nager librement dans un périmètre sécurisé par des filets dont la surface équivaudrait à 40 grands terrains de football.

Selon elle, il est nécessaire de trouver une alternative pour les cétacés actuellement enfermés dans des parcs qui ont passé leur vie à faire des spectacles ou être exhibés au public.

« Je veux leur rendre un peu de bien-être, ainsi qu’une partie de leur habitat naturel et leur permettre de prendre leur retraite, pour qu’ils soient libres de faire ce que bon leur semble sans que cela ne leur soit imposé par des gens qui veulent monter sur leur dos, les toucher, ou faire des tours avec eux, » confia Marino dans une interview à Halifax vendredi dernier.

Le concept a pour but d’apprendre aux gens à voir les cétacés comme des animaux sauvages et non comme des objets destinés à divertir les humains, dans un environnement se rapprochant davantage de celui d’un parc national plutôt que d’un zoo. Les visiteurs pourraient observer les animaux dans leur habitat naturel à une distance respectueuse.

« Il s’agirait d’un endroit où les gens pourraient voir ces animaux, peut-être pour la première fois de leur vie, dans leur environnement naturel et où ils pourraient apprendre des choses sur eux de manière authentique, » expliqua Marino.

Elle estime que le projet coûterait 15 millions de dollars et inclurait un espace dédié aux visiteurs ainsi que du personnel qualifié qui s’assurerait que les 5 à 8 cétacés, probablement des bélugas et des orques, soient correctement nourris et soignés. La neuroscientifique et experte en mammifères marins pense que les cétacés captifs ne peuvent être relâchés dans la nature car ils n’ont pas développé les compétences nécessaires à leur survie, ce qui oblige à construire un sanctuaire contrôlé, avec de la nourriture.

Marino affirme ne pas souhaiter divulguer quelles zones de la Nouvelle-Ecosse sont envisagées, mais assure que les côtes de cette province comptent parmi celles qui pourraient potentiellement accueillir ce sanctuaire en Amérique du Nord. Des sites sur les côtes du Maine et de la Colombie Britannique pourraient également convenir. 

L’association caritative choisira un lieu possible d’implantation d’ici le milieu de l’année prochaine. 

L’association a également déclaré qu’elle consulte le Ministère Fédéral de la Pêche, les Premières Nations (autochtones) ainsi que d’autres acteurs de la communauté locale intéressés par le projet sur les autorisations réglementaires nécessaires pour exploiter les régions côtières et créer un sanctuaire fermé.
Marino a confié avoir rencontré le Ministère de la Pêche afin de connaître les procédures à suivre pour créer un tel sanctuaire.

Nous avons pris contact avec le porte-parole du Ministère qui n’était pas disponible pour commenter ce projet.