mercredi 21 septembre 2016

Un Refuge Naturel Pour "Libérer" Les Dauphins Du Zoo de Barcelone

Le premier sanctuaire de ce type pourrait être la solution que recherche la Maire Ada Colau pour fermer le delphinarium de Barcelone.
Traduction: Julie Labille et Bertille Bellon-Basille

Capture d'écran de la vidéo publiée sur le site de El Pais, montrant la crique qui servirait à accueillir les dauphins. 
Ada Colau, Maire de Barcelone, doit prendre une décision qui pourrait être un événement marquant dans l'histoire des cétacés captifs. Le delphinarium du zoo barcelonais, qui dépend de la mairie, ne remplit pas les conditions requises : il faudrait choisir entre dépenser 15 millions d'euros pour l'agrandissement des installations ou les fermer définitivement et rechercher un nouvel emplacement pour ses six dauphins. 
Une nouvelle option vient de voir le jour et faciliterait la décision de Mme Colau : la création d'un sanctuaire marin pour dauphins sur une île grecque qui pourrait accueillir les cétacés d'ici quelques mois.

Une crique sur l'île grecque de Lipsi accueillera ce refuge pour les cétacés, qui deviendra alors le premier dans le monde lorsqu'il sera achevé.

Si jamais la ville de Barcelone décide d'envoyer ses dauphins là bas, ce serait une grande victoire pour les activistes pour qui l'intelligence de ces cétacés est telle qu'ils ne devraient pas vivre enfermés dans des bassins. Jusqu'à présent, il n'y avait  qu'un seul autre projet sérieux de sanctuaire dans le monde: l'Aquarium National de Baltimore, aux États-Unis, a annoncé il y a trois mois sa décision de placer ses huit dauphins dans un sanctuaire. Le temps que tout soit prêt, le projet pourrait se concrétiser en 2020.

C'est l'île grecque de Lipsi qui accueillera ce sanctuaire, qui est le nom donné à des endroits protégés situés en milieu naturel. Les dauphins évolueront donc dans la mer, en semi-liberté : il ne s'agit pas d'un bassin fermé et ils pourront interagir dans un environnement naturel, au milieu de plantes et d'autres créatures marines. Concrètement, il s'agit d'une crique d'une longueur de 350 mètres qui pourrait se fermer à l'une des extrémités avec un filet de sécurité afin de protéger les animaux. Les dauphins nés en captivité n'arriveraient pas à survivre seuls en mer, ils seront donc soignés et alimentés par des spécialistes, des vétérinaires et des étudiants.

Ce projet est à l'initiative de l'ONG grecque Archipelagos, dédiée à l'étude et à la conservation des océans, qui bénéficie déjà de l'autorisation des autorités locales, souligne la FAADA (Fondation pour le Conseil et l(Action pour la Défense des Animaux).
« La Maire est très enthousiaste à l'idée du projet et estime qu'il s'agit d'une bonne initiative pour booster le tourisme sur l'île », explique Míriam Martínez, vétérinaire auprès de la FAADA, qui vient tout juste de se rendre sur place pour constater l'avancement du projet et donner le feu vert de son organisation. À quelques kilomètres au nord de Lipsi se trouve l'île de Samos, près des côtes turques, qui abrite actuellement environ un millier de réfugiés syriens.

Spectacle de dauphins au zoo de Barcelone. Crédit photo: Alfred Casas / El Periodico

Les travaux d'agrandissement du delphinarium de Barcelone s'élèveraient à 15 millions d'euros, alors que seul un demi-million d'euros serait nécessaire pour terminer le sanctuaire.

Après s'être rendue sur les lieux du sanctuaire, la FAADA a l'intention de présenter un projet à la Maire de Barcelone, Ada Colau. Au cours du mois de septembre, le Conseil municipal a mis en place une commission spéciale ayant pour objectif un nouveau modèle de zoo et a organisé une réunion extraordinaire pour aborder le sujet du delphinarium. «Si l'on parvient à obtenir les financements, le sanctuaire serait prêt à recevoir des dauphins dès l'année prochaine », assure Míriam Martínez, qui estime qu'un demi-million d'euro sera nécessaire pour terminer la construction du sanctuaire, qui jusqu'à présent a été financé par des fonds privés. La ville de Barcelone avait prévu de dépenser 15 millions d'euros pour étendre les infrastructures de son delphinarium jusqu'à ce que les équipes de Ada Colau mettent un terme au projet.

Ce projet s'inscrit dans une campagne organisée à Barcelone, sous le nom de #AdéuDelfinari (#AdieuDelphinariums), pour que la municipalité ferme les portes des établissements détenant des dauphins captifs. Dans le contexte actuel, si Ada Colau fait envoyer les dauphins dans le sanctuaire, cela marquerait un changement de tendance très fort en Espagne, véritable puissance mondiale des parcs aquatiques. Plus de la moitié des dauphins captifs en Europe sont aux mains d'entreprises espagnoles et un douzième delphinarium est sur le point d'ouvrir ses portes à Lanzarote (Îles Canaries). Récemment,le zoo de Barcelone a pris la décision de mettre fin aux représentations théâtrales de dauphins et de privilégier l'observation.