lundi 4 juillet 2016

Le Cas de Lolita, une Orque Menacée de Disparition, Va Repasser Devant un Tribunal

Publié le 1er juillet 2016 sur le site d'Animal Legal Defense Fund.

PETA, Animal Legal Defense Fund  et Orca Network font appel afin d’annuler une décision de justice dangereuse qui affaiblit l’Endangered Species Act (Loi pour Protection des Espèces Menacées)


Miami — Ce matin, PETA,  Animal Legal Defense FundOrca Network et son directeur Howard Garrett ont fait appel de la décision du tribunal de première instance qui avait rejeté leur  plainte contre le Miami Seaquarium.

Armés des témoignages d’experts en biologie, d’un vétérinaire et d’un ancien dresseur d’orques, les plaignants soutiennent qu’il est illégal de détenir Lolita sans la compagnie d’autres orques, avec des animaux ne pouvant cohabiter,  dans un bassin exigu et sans aucune protection contre le soleil brûlant. Ces faits constituent selon eux une violation  de l’Endangered Species Act (ESA). Mais un juge fédéral a affirmé que les violations à l’ESA ne s’appliquaient que lorsque la survie d’un animal captif protégé était « gravement » menacée — une décision considérée par les plaignants comme sans précédent et dangereusement étriquée.

 « Cette orque –qui est sur la liste des espèces menacées- devrait pouvoir bénéficier de la protection légale de l’ESA sans avoir à être en danger de mort, » a déclaré Jared Goodman, directeur de la Loi Animale à la fondation PETA.

« L’ESA interdit que des animaux comme Lolita, qui souffre dans son petit bassin du Seaquarium, soient harcelés et blessés. C’est sur ce point que PETA insistera auprès de la cour d’appel. »

« Heureusement, maintenir des animaux en captivité à des fins de divertissement devient de moins en moins acceptable aux yeux du public américain — même SeaWorld a annoncé publiquement la fin du programme de reproduction de ses orques captives et affirmé qu’aucune nouvelle orque ne serait acquise, » explique Stephen Wells, directeur exécutif de l’Animal Legal Defense Fund. « L’ Animal Legal Defense Fund continuera  à se battre pour Lolita et pour tous les autres animaux souffrant en captivité au nom du divertissement. »

Depuis des années,  PETA, l’ Animal Legal Defense Fund, Orca Network ainsi qu’un nombre incalculable de militants inquiets font pression afin que Lolita soit mise à la retraite et transférée dans un sanctuaire marin qui l’attend dans ses eaux natales au large des îles San Juan (dans l’état de Washington), où elle pourrait interagir avec sa famille.  Là où elle fut capturée il y a plus de 45 ans.

Traduction: Vox Delphini

Lire aussi: