dimanche 12 juin 2016

Le Parlement européen appelle le Japon à cesser à la chasse à la baleine

Le 8 juin dernier, les eurodéputés ont interpellé le Conseil européen et la Commission européenne au sujet de la chasse à la baleine pratiquée par le Japon. C'est lors d'une session plénière qu'ils ont demandé aux deux instances de condamner fermement la décision du Japon de reprendre la chasse à la baleine et de tuer 333 petits rorquals pendant la saison 2015-2016. 


En 2014, la Cour Internationale de Justice avait ordonné au Japon de cesser cette pratique, jugeant que cette chasse ne relevait pas de la recherche scientifique (comme le gouvernement nippon le prétend) mais qu'il s'agissait bien d'une chasse commerciale. La chasse commerciale à la baleine  est interdite depuis le moratoire international de 1986. Dès 1987, le Japon a donc utilisé le prétexte scientifique pour continuer à chasser des baleines.

Cette condamnation par la Cour Internationale de Justice n'a pas eu un grand effet. En novembre 2015, l'Agence japonaise de la pêche a informé la Commission Baleinère Internationale de son intention de reprendre la chasse à la baleine dans le cadre d'un nouveau plan, selon lequel le Japon s'autorise à tuer environ 4000 petits rorquals sur une période de 12 ans. 

Bien que ce nouveau plan "JARPA III" soit davantage axé sur l'aspect scientifique par rapport aux précédents, il n'en reste pas moins un prétexte pour continuer à commercialiser de la baleine, ce qu'ont dénoncé les députés européens lors des différents débats qui ont eu lieu à ce sujet. Selon l'eurodéputée Frédérique Ries, "Le Japon a toujours été un partenaire fiable pour l'UE, comme en témoigne l'accord de libre-échange actuellement en négociation. L'Europe a donc plusieurs cartes en main pour faire pression sur le Japon et protéger l'écosystème marin de la planète." 

La possibilité d'engager des poursuites judiciaires à l'encontre du Japon, également évoquée, ne semble pas d'actualité. Jyrki Katainen, Vice-Président de la Commission, a déclaré: "La Commission n'envisage pas d'action légale contre le Japon à ce stade. Nous devrions essayer de résoudre ce problème par le dialogue politique, et à travers des discussions lors du forum international compétent, la Commission Baleinière Internationale."

La prochaine réunion de la la Commission Baleinière Internationale se déroulera en octobre prochain. 

Sources: