lundi 9 mai 2016

Un Sanctuaire Côtier Pour les Cétacés

Avec la création du "Whale Sanctuary Project", ce rêve pourrait bien devenir réalité. Voici la traduction du communiqué de presse concernant ce projet, qui réunit de nombreux experts, parmi lesquels Lori Marino (neuro-scientifique, fondatrice et présidente de The Kimmela  Center for Animal Advocacy), Jeff Foster (qui a travaillé - entre autres - sur la réhabilitation de Keiko), Naomi Rose (cétologue réputée) ou encore Samantha Berg et John Hargrove (anciens dresseurs de SeaWorld, tous deux apparaissent dans le film Blackfish).

Enclos marin qui a servi à la réhabilitation de l'orque Keiko.
Le Whale Sanctuary Project pour créer un sanctuaire côtier pour les cétacés

Washington, D.C., 5 mai 2016 – C’est l’aube d’une nouvelle ère pour les orques et les dauphins retraités des delphinariums et ne pouvant être relâchés dans l’océan, grâce à une nouvelle organisation indépendante qui s’est donné comme objectif d’établir un modèle de sanctuaire côtier.

Lancé aujourd’hui avec le généreux soutien de Munchkin, Inc., le Whale Sanctuary Project s’attèle à créer un sanctuaire côtier où les cétacés – orques, dauphins et marsouins – pourront vivre de manière permanente dans un environnement le plus proche possible de leur habitat naturel et satisfaisant pleinement leur bien-être.

Les orques et les dauphins sont des animaux très intelligents qui ont une vie sociale complexe et l’opinion publique est de plus en plus opposée au fait de les garder captifs dans des bassins en béton. Cette nouvelle organisation à but non lucratif réunit une équipe d’experts en science et comportement des mammifères marins, en médecine vétérinaire, en élevage, en ingéniérie, en droit et en politiques, dans le but de poser les bases nécéssaires à la création de sanctuaires permanents pour cétacés. Cette équipe cinq étoiles a la tâche de produire un plan viable pour la construction et la gestion d’un sanctuaire nord-américain et de choisir l’emplacement le plus adéquat afin d’assurer un futur meilleur pour les cétacés captifs.

Cette nouvelle organisation à but non lucratif est dirigée par le Dr Lori Marino, directrice exécutive du Kimmela Center for Animal Advocacy, par le Dr Naomi Rose, spécialiste des mammifères marins au Animal Welfare Institute, et par David Phillips, co-fondateur et directeur exécutif du Earth Island Institute et directeur du International Marine Mammal Project.

Vue aérienne de la baie qui a accueilli Keiko.
« Il existe des sanctuaires pour d’autres grands mammifères, à la vie sociale complexe et parcourant de grandes distances, notamment les éléphants et les grands singes, mais il n’y en a aucun dans le monde pour les dauphins et les orques », rappelle le Dr Marino, une neuroscientifique et experte en comportement et cognition animale ayant travaillé à l’université Emory. « Les initiatives de sanctuaires pour cétacés sont attendues depuis longtemps et nous avons maintenant la meilleure équipe possible d’experts pour assurer une qualité de vie optimale et des soins pour les cétacés » .

Le sanctuaire prévu sera d’abord dédié aux orques, bélugas et dauphins endémiques des eaux froides qui seront retraités des delphinariums, et aux cétacés sauvages secourus en mer, blessés ou malades. Les animaux ainsi secourus pourront être réhabilités et réintroduits dans la nature, mais ceux retraités de l’industrie du divertissement, qui n’ont jamais connus la vie sauvage, sont considérés comme des candidats peu probables pour être relâchés et recevront donc un suivi et des soins à vie. Le sanctuaire serait ouvert au public sur des horaires fixes et réguliers, de façon à éviter de perturber les animaux, et offrirait des programmes d’éducation et de conservation.

Le Whale Sanctuary Project a reçu une donation initiale de 200 000 dollars américains de la part de Munchkin, Inc., une entreprise multinationale de produits pour bébés. Munchkin, Inc., avait précédemment lancé une campagne intitulée « Orcas Live in Oceans » (les orques vivent dans les océans) pour sensibiliser l’opinion publique à la situation difficile des cétacés captifs et a déjà retiré sa figurine d’orque de sa populaire collection de jouets de bain. L’entreprise a également promis un montant total d’au moins 1 million de dollars américains pour l’accomplissement de ce projet.


« Munchkin soutient depuis longtemps la création d’un sanctuaire en mer comme une solution alternative au maintien d’orques en captivité, nous sommes donc enthousiastes à l’idée de soutenir les efforts du Whale Sanctuary Project pour les cétacés retraités de l’industrie du divertissement » affirme Steven Dunn, PDG et fondateur de Munchkin. «  Nous nous consacrons non seulement à ces majestueux animaux, mais aussi à aider les parents et leurs enfants à comprendre ce qu’ils peuvent faire pour aider les orques et les autres à vivre le reste de leurs vies heureux et en sécurité.

Les fonds de Munchkin seront utilisés pour la recherche approfondie d’un site, ce qui implique une étude des conditions géographiques, océanographiques et anthropogéniques d’un certain nombre d’emplacement côtiers, et pour la mise au point d’un plan stratégique pour construire et faire fonctionner le sanctuaire ainsi que pour le transport et les soins des premiers animaux.

Le personnel, les membres du bureau et les conseillers du Whale Sanctuary Project représentent quelques uns des plus expérimentés scientifiques, cliniciens, ingénieurs, avocats, experts commerciaux et défenseurs des mammifères marins. Ils comptent parmi eux des biologistes, des vétérinaires spécialisés dans la faune sauvage, des zoologistes, des chercheurs universitaires et d’anciens dresseurs de parcs marins.

Pour plus d’informations, visitez ce site: http://www.whalesanctuaryproject.org

Merci à Théo pour la traduction de ce communiqué.

Lire aussi: Keiko, l'Orque de Sauvez Willy: Histoire d'une Réhabilitation Réussie