jeudi 14 janvier 2016

Une Proposition De Loi Pour Abolir La Captivité Des Cétacés De Nouveau Déposée Au Canada

Si elle est adoptée, cette nouvelle législation interdirait l’acquisition et l’élevage de cétacés captifs.

Une proposition de loi fédérale visant à mettre un terme à la captivité des cétacés au Canada a été de nouveau déposée début décembre par un sénateur de la Nouvelle-Ecosse, Wilfred Moore. La proposition de loi avait fait une première apparition l’été dernier, lorsque le gouvernement conservateur de Stephen Harper avait le Parlement de son côté. Cependant, avec le récent changement de climat politique au Canada — à savoir, la nouvelle administration Trudeau — les choses pourraient s’améliorer pour les cétacés.

Photo d’abdallahh/Flickr
Un dauphin à flancs blancs du Pacifique à l’Aquarium de Vancouver. La Loi visant à mettre Fin à la Captivité des Baleines et des Dauphins a pour but de mettre un terme à l’utilisation des cétacés dans les aquariums au Canada.

Le Ending of Captivity of Whales and Dolphins Act (Loi Mettant Fin à la Captivité des Baleines et des Dauphins) a un but très simple — mettre un terme à l’utilisation des cétacés dans les aquariums au Canada. Cette loi étendrait les dispositions prévues par le Code Criminel contre la maltraitance animale en interdisant l’acquisition et l’élevage de cétacés captifs. Les captures ne seraient alors autorisées que dans les cas où des individus seraient blessés et auraient besoin d’être secourus.

Rob Laidlaw, directeur de Zoocheck, une association à but non lucratif de défense de la faune sauvage en captivité et en milieu naturel, affirme que cette proposition de loi est une initiative qui n’a que trop tardé au Canada. “On sait depuis un certain moment que la majorité des Canadiens sont favorables à la fin de l’incarcération de ces animaux hautement intelligents, extrêmement sociaux, dotés d’une grande longévité, parcourant de grandes distances et plongeant profondément, à des fins d’exhibition publique.” Zoocheck est l’une des organisations qui soutiennent cette initiative.

Cette proposition de loi va dans le sens de la législation adoptée l’été dernier qui rend illégal l’import, l’export et l’élevage d’orques dans la province de l’Ontario. En novembre, le député californien Adam Schiff a  également déposé une proposition de loi fédérale aux États-Unis dans le but de mettre un terme à la captivité des orques de manière progressive.
Des films comme Blackfish ont attiré l’attention du public sur la souffrance inhérente à la captivité des cétacés. Cependant, beaucoup de gens ignorent encore que d’un point de vue légal, les  cétacés sont toujours considérés comme des biens et ne sont pas autorisés à disposer de leurs propres vies. C’est pourquoi la captivité des cétacés est toujours légale au Canada, ainsi que dans d’autres pays du monde.

Ces propositions de lois au Canada et aux États-Unis représentent le début d’une reconfiguration fondamentale de la place qu’occupent les animaux dans nos systèmes juridiques et dans nos mentalités. Depuis des décennies, nous avons eu plus de preuves scientifiques que nécessaire pour affirmer que les cétacés, et probablement beaucoup d’autres espèces, répondent et même dépassent les critères qui donnent le droit aux êtres humains d’être considérés comme des personnes d’un point de vue moral et d’un point de vue légal. Nos lois actuelles sont basées sur des informations dépassées et doivent évoluer avec nos connaissances.

Sonar, l’une des ONG qui ont été consultées pour la proposition de loi canadienne, se joint aux voix qui s’élèvent pour demander la reconnaissance du droit des cétacés à disposer de leur propre vie, et la proposition de loi du sénateur Moore représente un pas décisif dans cette direction. Bien qu’elle ne reconnaisse pas explicitement des droits légaux pour l’orque solitaire ou pour les belugas gardés captifs dans de sordides conditions au Marineland, un parc à thème marin canadien, la proposition de loi reflète une compréhension grandissante du droit de chaque cétacé à vivre en liberté. C’est une reconnaissance des droits des cétacés à disposer de leurs propres vies, sans intrusion humaine. Si elle était adoptée, cette loi protègerait en effet les cétacés d’une utilisation par l’industrie du divertissement au Canada.

Quelle que soit l’issue de cette proposition de loi, les débats qu’elle suscite sont de la plus grande importance. C’est un signe avant-coureur de la graduelle déconstruction de l’exceptionnalisme humain alors que l’on en vient à réaliser que nous ne sommes pas les seuls êtres dont les droits doivent être respectés.


Ce que vous pouvez faire : Si vous pensez qu’il est temps de reconnaître et de respecter le droit des cétacés à vivre leur propre vie, merci de signer et de partager cette pétition


Par Laura Bridgeman – 30 décembre 2015

Traduction: Théo 

A lire également, notre article sur l'enquête menée au Marineland de Niagara Falls (Canada) par l'association Last Chance for Animals: ICI